samedi 23 janvier 2021

Réseaux de pouvoir

Ils sont partout

                En France, il faut pousser un peu l'investigation pour en découvrir l'ampleur. Ceux qu'un ministre de De Gaulle appelait les "copains et les coquins". Des réseaux parfois informels, parfois quasiment institutionnalisés, basés sur de vieux copinages, des renvois d'ascenseurs pour services rendus, des intérêts croisés de haute volée.  Ce n'est pas seulement dans le monde des affaires qu'on les rencontre, s'ils se révèlent un peu, et ils ne sont pas toujours visibles publiquement. C'est aussi en marge des institutions politiques qu'ils peuvent agir, par des rencontres ou des rassemblements réguliers où s'échangent plus que des banalités ou de vieux souvenirs de prépa, de l'Ena ou autres institutions de prestiges.                                                                  __ Une "institution" en apparence mineure fonctionne en France de cette manière, où les grandes orientations politico-économiques y sont souvent en question, pas seulement sur le mode informatif; Le Siècle : du beau monde, un entre-soi particulier, des réunions régulières où l'on ne fait pas qu'échanger des informations, dans un lieu qui n'est pas un café du commerce, mais un endroit huppé de la capitale, où ne parle pas de la pluie et du beau temps....

          L'affaire Duhamel nous a rappelé son existence et son influence. Certes, ce n'est pas le (grand) siècle, le pouvoir absolu, mais un lieu où des pouvoirs de tous horizons se côtoient et échangent. "...Ce club ultrasélect du Tout-Paris des affaires et de la politique réunit tous les mois, pour un dîner, banquiers, hauts fonctionnaires, ministres, journalistes de cour et universitaires du sérail....  Le Siècle n’est pas un think tank mais un pur lieu de pouvoir. Un point de rencontre obligé pour ceux qui aspirent à diriger et ceux qui veulent continuer à le faire .Infiniment mieux qu’une légion d’honneur, être invité aux dîners du Siècle suffit à signifier une appartenance à cette nomenklatura satisfaite surtout d’elle-même. « Ces agapes transpirent un entre-soi incurable et maladif » raille un éminent membre. Réglés comme un métronome, ces dîners à 250 couverts constituaient jusqu’au 26 février 2020, date à laquelle ils se sont arrêtés pour cause de Covid, les noces mensuelles de cette nouvelle aristocratie...."         ____"....JP. Anselme (2010) parle d'un comité central de l'élite, là où s'organisent rois de l'économie et de la finance, princesde la haute administration, seigneurs de la politique (de droite et de gauche), barons des médias et de l'édition, chevaliers de l'intellectuelle courbette, vassaux du syndicalisme... C'est là que se préparent entre gens de bonne compagnie les contre-réformes libérales qui seront ensuite votées par les "représentants du peuple" et promues par les médias de connivence. C'est là que, depuis plus de soixante ans, les apparatchiks de la classe dirigeante décident de la vie des Français. En toute discrétion...."             ____Une institution où se diffuse et se renforce l'idéologie dominante, où le politique et les affaires savent se conjuguer. Même les Echos lève un coin du voile. Certes, ce n'est pas une loge maçonnique. Pourtant le secret est de rigueur et les complicités, parfois inattendues, se nouent ou se dénouent. ___________

Aucun commentaire: