Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 13 mars 2008

Un VIETNAM si attachant






Vietnam d'hier et d'aujourd'hui .

Un pays en voie de rapide changement....
___________________________________
[Photos personnelles]

Après plus de quinze jours de circuit du Sud au Nord du pays, mes impressions se bousculent . Il va falloir du temps pour dégager de l'expérience brute vécue sur place, en touriste pressé et absorbé par les apparences, quelques lignes directrices significatives, tant les régions parcourues présentent de contrastes saisissants, géographiquement et ethniquement, tant la réalité culturelle et politique est déconcertante , faite à la fois de mouvement incessant , de dynamisme entreprenant et de rigidités institutionnelles , héritage d'un lourd passé de tragédies subies et de résistance obstinée .
Le Vietnam séduit par la beauté de ses paysages , la gentillesse et le courage de sa population. Il déroute aussi l'esprit occidental par ses paradoxes apparents : immuable par ses traditions bien visibles et en mouvement sur tous les plans, fidèle au passé et avide de modernité , plus séduit par Honda et Samsung que par les consignes du Parti diffusant encore avant l'aube des mots d'ordre que personne ne semble plus écouter

-
Ebullition vietnamienne
-Ombres et lumières sur le Vietnam actuel
-Vietnam (Monde Diplo)
-Au Vietnam, le Parti contre l'Etat
-Population au Vietnam

Problème des minorités:
"...Sur le plan social, le Viêt-Nam compte 53 minorités ethniques. Les Viêt (ou Kinh) représentent le 85 % de la population vietnamienne. Les 52 autres ethnies, très différenciées entre elles, forment le 15 % de la population. Ainsi, Rérat (2001 : 157) considère le Vietnam comme un « pays dual ». En effet, les Kinh dominent numériquement et politiquement et occupent les basses terres alors que les peuples minoritaires sont pour l’essentiel localisés dans les piémonts, sur les plateaux et flancs de montagne.
Les ethnies du centre de pays, appelées « montagnardes », sont devenues partout minoritaires sauf dans les zones les moins accessibles et les moins favorables à l’agriculture. En effet, les flux migratoires intérieurs sont positifs dans les hauts plateaux, du fait de l’explosion démographique kinh conjuguée avec la création de nouvelles zones économiques dans ces régions. Ainsi, les Montagnards voient leurs (meilleures) terres confisquées, réduisant leur surface agricole, ce qui entraîne une augmentation de la malnutrition. Les défrichements et l’exploitation illégale du bois provoquent la déforestation, ce qui équivaut à la destruction de leur milieu naturel, compromettant leur style de vie.
De fait, la culture des minorités ethniques est en train de disparaître. Le gouvernement a mis en place une politique de préservation sélective, mais celle-ci a le double effet de bannir ce qui semble contraire au progrès, selon l’image que s’en font les responsables locaux (par exemple l’agriculture sur brûlis, les maisons sur pilotis et les sacrifices rituels d’animaux) et de transformer de nombreuses formes culturelles afin de s’accorder avec l’éthique socialiste. D’autre part, selon Salemink (2001 : 201), on assiste à une « folklorisation de la culture dont les aspects esthétiques et expressifs sont valorisés, alors que ses aspects éthiques et cognitifs sont niés ».
Dans les années à venir, il semble que les ethnies minoritaires vont devoir s’orienter en direction d’une marginalisation accrue ou d’une intégration complète dans la société vietnamienne assortie de la perte irréversible de leur identité culturelle (Rérat, 2001 : 175). En effet, le vietnamien reste la seule langue pratiquée par l’administration et l’école. Ainsi, la promotion des langues et cultures autochtones à l’école et dans les médias est la solution privilégiée par de nombreux auteurs. Cette action permettrait de faire prendre conscience à l’ensemble de la nation de l’importance de ces cultures et de restituer aux groupes minoritaires la fierté de leurs identités. Dans l’idéal, il faudrait que les minorités puissent en toute liberté pratiquer leurs rites ou leurs cérémonies. L’Etat aurait dans ce sens un rôle important à jouer en assurant la protection juridique et administrative des minorités. Cependant, l’action du régime paraît pour l’instant antinomique à l’idée de liberté. Mais pour combien de temps encore ?, serait-on tenté de penser...
En effet, les mentalités changent et le modèle qui prédomine actuellement dans la population est sans aucun doute l’american way of life. Le régime ne peut empêcher l’individualisme et la recherche du profit personnel de se développer. Comme me l’a dit un guide vietnamien : « La raison du plus fort est toujours la meilleure. Aujourd’hui, le plus fort, c’est l’argent ». Il reste à espérer que le sens de la convivialité et la joie de vivre qui frappe tout Occidental voyageant en Asie n’en pâtissent pas trop."(Jude Schindelholz)
-Album photos : Vietnam
-Carnet de voyage Vietnam
-Vacances Vietnam tout compris(notre circuit)
_____________
L'Indochine coloniale (riche documentation)





Aucun commentaire: