Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 30 mai 2008

Réduction de la mondialisation ?


Bonne nouvelle pour les entreprises et l'emploi si la tendance se maintient...
Vers une relocalisation...

La mondialisation est «réversible», selon la CIBC:

"La hausse des coûts de l'énergie limite les avantages de la mondialisation, en augmentant les frais de transport à un point tel qu'ils contraignent les entreprises à se rapprocher de leurs marchés respectifs, selon un rapport de Marchés mondiaux CIBC."
-
La hausse du pétrole diminue les avantages compétitifs de la Chine

-Transports : la mondialisation du yaourt aux fraises - Et maintenant ?
"... le yaourt aux fraises aura parcouru une distance effective de 9000 km, soit 13 fois la distance qui sépare son lieu de production de son lieu de consommation.

Déclinable à l'ensemble des biens de consommation, l'exemple illustre à merveille les effets de la mondialisation sur le développement des transports. Dans une optique de développement durable, cela pose au politique plusieurs questions :
- un enjeu économique : la forte dépendance des systèmes productif aux coûts de transport soulève le problème de leur rentabilité face à l'inéluctable hausse du pétrole du fait de sa raréfication prévisible.
- un enjeu sociétal : le développement des transports a de nombreux effets induits (maladies respiratoires, dégradation du patrimoine naturel et bâti, congestion des infrastructures...) dont le coût pèse sur la collectivité et singulièrement sur les systèmes de protection sociale.
- un enjeu écologique : l'emission de gaz à effets de serre fait peser une lourde menace sur l'évolution du climat et des fragiles équilibres qui ont permis l'émergence même de notre civilisation....
...
- Il faut repenser l'organisation territoriale des moyens de production. Il semble essentiel de limiter autant que possible le recours aux transports. L'application du principe du "pollueur-payeur", en internalisant le coût réel du transport dans les coûts de production serait en ce sens une incitation forte pour les entreprises à territorialiser leur production selon un schéma en filières verticales, alors qu'elles privilégient aujourd'hui une concentration horizontale sur le seul critère des coûts salariaux à chaque étape (matières premières, matériaux transformés, produits finis). Cette spécialisation en flilières des territoires doit être accompagnée politiquement, en donnant aux collectivités davantage de marges de manoeuvre pour attirer les investissements les plus cohérents en termes de débouchés pour leur activité économique...."

-
La mondialisation peut-elle durer ?

Aucun commentaire: