Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

dimanche 23 novembre 2008

PS : obsèques programmées ?

PS : P(arti) S(uicidaire) ?
"Au secours , Jaurès...!"

Ce qui se passe au PS me désole sans m'étonner vraiment .L'éclatement était en gestation depuis des années...
Peut-on partager l'hypothèse de Dominique Reynié, professeur à Sciences Po: "
Peut-être le PS va-t-il entrer dans une crise dont il ne se relèvera pas. Ce pourrait être parce que les enfants du fondateur du parti (François Mitterrand) n'ont pas réussi à passer le relais".
On peut penser que se produiront bientôt de nouvelles recompositions sur la scène de la gauche française
.________

-"Le parti socialiste n'a plus rien à offrir à ses adhérents et aux Français qu'une somme d'égoismes qui ne peuvent s'entendre. L'avons-nous entendu sur la crise économique, sur la liberté de la presse, sur les élections américaines? Bien malin qui pourrait dire ce qu'on en pense rue de Solférino...Et pendant ce temps, l'UMP continue son travail de sape de la société et nos ministres monopolisent l'espace médiatique....) (J.Triaud -Mediapart)


Le PS se fracture en deux | Mediapart:

"...Le pire est toujours sûr, au parti socialiste. Et ce qui devait être le dernier round démocratique du processus de succession à François Hollande débouche sur une nouvelle incertitude. Selon la «totalisation» de la direction du PS, Martine Aubry arriverait en tête de 42 voix, avec 50,02% des voix. Mais Ségolène Royal n'accepte pas sa défaite, qu'elle juge entachée d'irrégularités. Elle propose à son adversaire un nouveau vote jeudi prochain. Une proposition qui n'a «pas de raison d'être» pour la maire de Lille.La soirée a été marquée par les revirements de tendance et les déclarations intempestives des deux camps, chacun annonçant tour à tour sa victoire et dénonçant les fraudes électorales. À 3 heures du matin, Daniel Vaillant a été dépêché par la direction du parti (en l'absence notable de François Hollande), pour calmer le jeu: «Je ne peux pas proclamer de résultats officiels, car ils sont extrêmement serrés. Chacun ferait mieux de laisser la démocratie s'exprimer jusqu'au bout. Car la démocratie, c'est aussi cela: des difficultés liées à un exercice parfaitement transparent.»...

"....La maire de Lille, qui indique dans sa profession de foi vouloir «défendre des alliances avec les seuls partis de gauche», voit revenir avec embarras la vidéo de sa conférence de presse d'entre les deux tours de l'élection municipale, enregistrée par des étudiants de l'école de journalisme de Lille, où elle annonçait et justifiait son accord avec le Modem. Ce particularisme local fragilise son intransigeance actuelle, fortement affirmée lors du congrès de Reims.Comment expliquer ainsi que «l'essentiel, c'est de bâtir ensemble un projet pour notre ville et nous savons que nous avons à côté de nous des hommes et des femmes qui partagent nos valeurs» en faisant référence à la tête de liste locale de Modem, Jacques Richir, sans se retrouver décalé en appelant à ne pas discuter avec François Bayrou au niveau national?D'autant plus quand on regarde les conditions de l'accord d'entre deux tours, essentiellement stratégique et consistant à s'assurer une large majorité à la communauté urbaine de Lille, quitte à faire se désister de force une candidate socialiste (Hélène Parra) aux cantonales, afin de faire élire le centriste Olivier Henno, un très proche de François Bayrou. Tout cela alors qu'elle n'avait pas besoin du MoDem pour gagner...".

Revient aussi en mémoire l'affirmation, démentie par Martine Aubry, selon laquelle elle aurait dit à François Bayrou avoir voté pour lui au premier tour de la présidentielle (révélé dans l'ouvrage de Renaud Dely, La Guerre des "ex", Editions du Moment, p. 115). Affirmation vraie ou fausse, la maire de Lille qui garde des amitiés avec de nombreux grands patrons n'est pas si viscéralement hostile au centre. Alors pourquoi s'arc-bouter avec Bertrand Delanoë (dont l'un des premiers soutiens, Michel Destot, a réalisé à Grenoble une alliance avec le Modem dès le premier tour au détriment des Verts… comme Georges Frêche et Hélène Mandroux à Montpellier, d'ailleurs) sur cette question?..."

-Sarkozy vainqueur par abstention
-Le PS en plein désarroi avant de se prononcer sur son scrutin
-Le PS va-t-il exploser?

-Rebatir la gauche ?
-Crise : et la gauche ?

Aucun commentaire: