Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

lundi 12 janvier 2009

CRISE :perspectives pour demain       


En ce début de crise inédite et majeure, mais prévisible, quel bilan est-il déjà possible de tirer ? Quelles perspectives pour l'avenir proche et plus lointain ?Quels remèdes apporter, avec quels risques?

Analyses, projections et hypothèses d'un économiste sur un futur incertain, par définition non programmable...


1-La crise globale des années 2010 (I/III) - Domestiquer la finance ?

"Dans la finance la marchandise prend le nom d’actif, et un actif n’est pas réellement consommé : il est aussi pure valeur qui cherche à se mettre en valeur. Cela signifie qu’à l’inverse de ce qui se passe dans la « paisible économie » la demande ne faiblit pas avec la hausse des prix. Elle peut même augmenter. Ce phénomène, inversion de ce qui est classique sur les marchandises traditionnelles, résulte du fait que le bien financier est évalué par le marché en fonction de l’idée que l’on se fait de sa valeur future. Parce que non consommé, ce qui est acheté est le prix futur du bien en question.Quand, dans la finance un prix monte, le phénomène est interprété comme une espérance de gain futur et donc plus le prix monte et plus le bien est désiré. Nous sommes ici au cœur de la bulle : la hausse de prix attire alors qu’elle devrait repousser. La hausse aujourd’hui implique presque mécaniquement une hausse nouvelle demain. Symétriquement il en est de même pour le phénomène de baisse : la baisse aujourd’hui suppose une raréfaction de la demande et simultanément une élévation de l’offre, d’où, tout aussi mécaniquement une baisse de valeur demain.Ainsi, dans la finance, les forces stabilisatrices du marché classique sont remplacées par des forces déstabilisatrices. « L’ordre spontané » devient ainsi ordre social où les automobilistes accélèrent lorsque les feux sont pourtant rouges...
les forces déstabilisatrices peuvent théoriquement se transformer en bombe atomique et faire sauter la totalité de l’ordre : il s’agit du risque systémique. Dans l’économie traditionnelle, la compétition entre acteurs peut parfois entrainer des désastres. Par exemple l’échec du lancement d’un modèle de voiture peut à l’extrême entrainer le dépôt de bilan de l’ensemblier et la ruine de ses sous-traitants. Il y a bien contagion de l’échec, mais celle-ci reste limitée et ce n’est pas l’ordre lui-même qui est potentiellement détruit. Dans la finance il en va autrement et les liens interbancaires sont par nature d’une toute autre force que ceux qui unissent ensemblier et fournisseurs. Ces liens sont créés par les clients des banques eux-mêmes, lesquels se livrent à des milliards d’opérations qui correspondent à autant de liens imposés aux banques. Ainsi des clients de la Société générale vont effectuer des règlements qui vont impacter la BNP, le Crédit du Nord etc. Les clients de ces autres banques effectuant eux aussi des opérations impactant toutes les autres banques. Il en résulte une nature complètement holistique du système financier qui fait qu’un dépôt de bilan ici, peut entrainer une catastrophe planétaire en un délai extrêmement court...
Maintenant, la finance sort de sa boîte si internationalement libérée : il est autorisé à n’importe quel type d’agent de spéculer sur les matières premières produites et utilisées économiquement par les acteurs d’un secteur d’activité. Aujourd’hui la plupart des grandes productions agricoles sont mondialement financiarisées par des acteurs qui n’ont rien à voir avec l’agriculture. Les grandes matières premières donnent lieu à émission de titres financiers pour des volumes parfois 100 fois supérieur aux volumes physiques. Tel est approximativement le cas du pétrole dont le montant papier est chaque jour de 1 milliard de barils alors que le montant physique n’atteint pas les 85 millions de barils. Les opérations d’échanges financiers sont totalement déconnectées de la base économiqueLa finance sort également de sa boîte si au-delà des places off shore (400 banques 1500 Hedge Funds et 2 millions de sociétés-écrans), les ratios prudentiels imposés par la réglementation bancaire sont contournés par la systématisation des engagements et activités hors bilan. C’est évidemment le cas de la titrisation dont on a vu qu’elle permettait de revendre des crédits immobiliers et ainsi de se débarrasser des contraintes de levier, le risque de défaut étant transféré sur des agents qui in fine ne savent plus ce qu’ils ont acheté...
Enfin la finance sort de sa boîte si, associé à la politique monétaire laxiste un gouvernement fédéral intervient lourdement auprès des acteurs pour développer le crédit hypothécaire au profit de ménages américains qui, insuffisamment solvables, voient ce handicap s’effacer par la hausse continuelle des prix de l’immobilier... qui en retour autorise de nouveaux crédits... La croissance du stock de crédits devenant ainsi un substitut à la hausse des revenus interdits par une politique de déflation salariale. Ce mécanisme a lui-même pris un nom : le « home équity extraction » lequel permettait une croissance économique particulièrement élevée...."

2- La crise globale des années 2010 (II/III) -Risque systémique et mondialisation

-Dans cette deuxième partie de son étude, l’économiste Jean Claude Werrebrouck analyse le deleveragging - ce cycle destructeur de désendettement et de liquidation qui entraîne les actifs dans une spirale déflationniste - puis il évalue les contre mesures qu’ont mises en place les autorités pour combattre et tenter de maîtriser ce processus, et s’interroge sur leurs chances de succès. La réussite ne peut être garantie, avertit-il, car les Etats sont « beaucoup plus faibles qu’en 1929, » comparativement au poids du secteur financier. Mais le problème n’est pas uniquement celui de la finance et de sa réglementation. Le couple étrange que forment la Chine et les USA, dont le déficit structurel est financé en partie par l’épargne chinoise, porte également une responsabilité dans l’ampleur exceptionnelle de cette crise. Jean Claude Werrebrouck estime qu’il faudra « revenir sur l’actuelle division internationale du travail, donc la tacite mondialisation sous sa présente forme. »-

3-La crise globale des années 2010 (III/III) -Scénarios de sortie de crise

-Dans ce dernier volet, Jean Claude Werrebrouck analyse les scénarios possibles de sortie de crise, et le rôle qu’y tiendront banques centrales et Etats, qui doivent désormais poursuivre l’accompagnement du processus de deleveragging, assister l’apurement du secteur financier, tout en relançant des économies atones. Les « hélicoptères » des banques centrales vont donc continuer de tourner à plein régime, estime-t-il, permettant ainsi de consolider la finance et de prévenir le risque systémique. Les Etats devront quant à eux s’endetter lourdement pour financer les relances économiques - et éventuellement assumer les garanties qu’ils ont accordées au secteur bancaire. Mais les difficultés croissantes qu’ils ne vont pas manquer de rencontrer dans leurs tentatives d’émettre de la dette pourraient bientôt contraindre à la généralisation du financement par émission monétaire, les banques centrales jouant alors le rôle d’acheteurs de dernier ressort des bons du trésor grâce à de l’argent créé pour l’occasion, en une remise en cause totale des dogmes du monétarisme, A terme ce processus est bien sûr potentiellement hautement inflationniste. Faut-il pour autant s’en inquiéter ? Pas forcément estime M. Werrebrouck, qui considère que l’inflation représente une partie de la solution requise pour la sortie de crise. Elle permettrait en effet de limiter les tensions spéculatives, de diminuer l’endettement des Etats, et du même coup l’ardoise intergénérationnelle accumulée depuis trente ans, sans oublier une remise en cause du statut du dollar, la devise de la mondialisation. Restent évidemment de nombreuses inconnues, au premier rang desquelles le comportement de la zone euro. Les tensions actuelles et futures risquent en effet d’aggraver le processus d’eurodivergence. « Les différentiels de compétitivité et d’inflation entre les pays de la zone se sont accumulés déjà depuis de longues années et la crise va jeter de l’huile sur un feu qui risque de ne plus être maîtrisable, » s’inquiète-t-il.-
----------------------------------------------------
- Un autre système financier

Aucun commentaire: