Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 2 mai 2009

Agrobusiness et subventions

De si chères subventions...

«La PAC est une politique européenne à 55 milliards d'euros fondée sur un ensemble soigneusement calculé de mythes et de tromperies. C'est une histoire de gens puissants et fortunés qui exploitent la sympathie du public en faveur des petits et des faibles. Il faut que cela change»- Jack Thurston-





-"Plus de 63 millions d'euros en 2008. Le volailler Doux est le champion des subventions européennes, selon la première liste complète divulguée ce jeudi par le gouvernement sur www.telepac.agriculture.gouv.fr. Cette liste recense 508.000 bénéficiaires d'aides de la PAC en 2008 pour un montant de 10,39 milliards d'euros.
Parmi les 24 principaux bénéficiaires, qui ont touché des aides supérieures à 5 millions d'euros, on ne trouve aucun agriculteur. Si les agriculteurs (487.177) ont capté la plus grande partie de cette aide (9,5 milliards), sociétés, collectivités, associations caritatives, et forestiers en ont aussi largement bénéficié. A elles seules 3.880 entreprises ont perçu, au titre d'aides à l'investissement, à la restructuration ou à l'exportation, plus de 580 millions d'euros
."
[La reine d'Angleterre aussi est subventionnée... Elizabeth II, une des femmes les plus riches du Royaume-Uni, a perçu près de 530.000 euros de subventions agricoles européennes en 2008, selon les chiffres communiqués jeudi par le ministère de l'Agriculture, via la «ferme de Sandringham». Le prince Charles, son fils aîné, a reçu 95.222,56 livres pour son duché de Cornouailles, et 86.262,98 livres pour la ferme du Duché, soit un total de 181.485,54 livres.]
______________________

-Subventions agricoles en France: le système post-colonial se sucre | Mediapart:

"Contraint et forcé par la réglementation européenne, le ministère français de l'agriculture a mis en ligne dans la nuit du mercredi 29 au jeudi 30 avril la liste des bénéficiaires des subventions de la Politique agricole commune (PAC), au titre des paiements directs et autres soutiens à la production. Il s'agit ici du «premier pilier» de la PAC, celui qui représente pour France quelque 90% des subventions colossales (plus de 10 milliards d'euros chaque année) que l'agriculture, et surtout l'agro-business français, reçoivent du budget communautaire. On est dans le lourd, rien à voir avec les montants liés au développement rural («deuxième pilier») que Mediapart avait analysés lors de leur publication le 30 septembre 2008.On comprend à leur lecture que les dirigeants politiques français aient tout fait pour retarder la publication de ce qu'on hésitera pas à qualifier ici de chiffres de la honte. Et pour maintenir la plus grande opacité possible sur la ventilation de ces subventions. Avec 62,8 millions d'euros perçus entre le 16 octobre 2007 et le 15 octobre 2008, c'est le volailler Doux (basé à Châteaulin, Finistère) qui émerge en tête de la liste des 730 bénéficiaires ayant touché plus de 250.000 euros. Liste compilée par l'équipe de Jack Thurston, de l'ONG britannique farmsubsidy.org, pionnier de la lutte pour la transparence sur les subventions agricoles européennes, afin de suppléer la mauvaise qualité intentionnelle du moteur de recherche du ministère.

Derrière le roi du poulet de batterie, on trouve un fort peloton de groupes sucriers, bénéficiaires d'un des régimes agricoles européens les plus iniques, et qui le reste après la réforme récente. Saint Louis SNC (Paris VIIIe) au 2e rang avec 38,6 millions, Sucrière de la Réunion (à Saint-Louis, Guadeloupe) avec 22,57 millions, Eurosugar, «SucDen» (Sucres et denrées SA), Saint Louis Sucre S.A., Sucrerie de Bois Rouge, etc. «Le dernier petit sou...» s'écriait déjà un Michel Piccoli au sommet de son art dans Le Sucre, satire féroce de l'univers des spéculateurs au royaume de la betterave et de la canne.Responsables, le sucre, la banane, et surtout, explique Pierre Boulanger, du Groupe d'économie mondiale (GEM) de Sciences-Po, le fait que «les dernières réformes de la PAC ne s'appliquent pas dans les DOM». Pas de «découplage» des aides par rapport à la production, «tout est couplé à la production», explique ce chercheur, qui décortiquent depuis des années les incohérences économiques et sociales de la PAC.«Cela fait sept ans que j'ai publié le premier document plaidant pour la publication des bénéficiaires de la PAC. C'est donc un grand jour pour nous», a confié Jack Thurston à Mediapart. «Mais nous en sommes seulement au commencement», ajoute-t-il aussitôt. «Désormais, nous pouvons voir qui reçoit quoi, même s'il n'y a pas d'explication sur le pourquoi. Il y a un gros travail à faire pour rassembler et analyser les données, et surtout pour encourager les gens à trouver par eux-mêmes comment leur argent est dépensé», explique-t-il. Cela concerne tout spécialement la France, premier «bénéficiaire» de subventions qui absorbent encore près de 40% du budget de l'Union européenne.«La PAC est une politique européenne à 55 milliards d'euros fondée sur un ensemble soigneusement calculé de mythes et de tromperies. C'est une histoire de gens puissants et fortunés qui exploitent la sympathie du public en faveur des petits et des faibles. Il faut que cela change», affirme Jack Thurston. Parmi les quelques rares principaux bénéficiaires français identifiables par un patronyme, on trouve d'ailleurs La Compagnie Fermière de Rothschild à Favières (Seine-et-Marne), avec 271.892 euros et la SAS le Prince Albert de Monaco à Marchais (Aisne), pour 253.986 euros...

Les données arrachées à grand peine aux autorités françaises viennent donc confirmer ce que l'on savait déjà: l'extrême concentration des subventions sur les plus grosses exploitations dans une logique qui veut que plus on est riche, plus on est aidé..."(P.Ries)

-Top French CAP beneficiaries, 2008
-Subventions agricoles en France - Google Actualités
-Qui sont les principaux bénéficiaires de la politique agricole commune en France?
- Les subventions agricoles au banc des accusés
-L'avenir de la PAC en question
-Effets de la libéralisation agricole
-La politique agricole commune vidée de son contenu,
______________________
- Agriculture : autre régulation
--Prix alimentaires : le vrai et le faux
- Agriculture et spéculation
- Famine mondiale : causes, remèdes ?
- Emeutes de la faim
-Multinationales et agriculture
-Emeutes de la faim

Aucun commentaire: