Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 19 août 2009

Les prisons, encore


Une situation qui empire

-"Cinq ans après deux rapports déjà accablants, le Conseil de l’Europe vient de classer les prisons françaises parmi les pires de l’Union"

-Pour Patrick Marest de l’Observatoire international des prisons (OIP), c’en est trop : « C’est s’attaquer aux conséquences sans jamais vouloir regarder les causes. Ces mesures, c’est le degré zéro du respect de la dignité humaine... »
________________

L'administration pénitentiaire «camoufle»-t-elle des suicides?:
"...L’empressement de Michèle Alliot-Marie à se saisir du dossier des suicides en prison laissait entendre que la nouvelle Garde des Sceaux voulait rompre avec l’ère Dati. Mais finalement il n’en est rien. En déplacement à la maison d’arrêt d’Orléans, l’ancienne ministre de l’Intérieur s’est bornée à annoncer une série de mesures d’urgence qui ne s’attaquent pas aux racines du mal. Parmi les idées avancées par MAM : former les personnels à détecter les comportements suicidaires et généraliser les « kits de protection » composés de draps et de couvertures indéchirables, de pyjamas en papiers et de matelas anti-feu pour les détenus présentant des risques.
Pour Patrick Marest de l’Observatoire international des prisons (OIP), c’en est trop : « C’est s’attaquer aux conséquences sans jamais vouloir regarder les causes. Ces mesures, c’est le degré zéro du respect de la dignité humaine... » Et le délégué national de l’OIP a décidé de frapper fort. Puisque les annonces du ministre de la Justice ne sont pas à la hauteur, il dégaine un document à l’en-tête de la direction de l’administration pénitentiaire (AP) qui révèle que le nombre de suicides enregistrés l'an passé devrait peut-être être revu à la hausse.

Des décès devraient être reclassés en suicides?

Qu’apprend-on à la lecture de ce document intitulé « Bilan provisoire des suicides en 2008 » ? Premièrement, que repérer un détenu au comportement suicidaire empêche peu le passage à l'acte : « Sur les 109 suicides en détention, 28,44% des suicidants n'étaient pas repérés comme fragile ou suicidaire. On a donc aussi, en creux, précise le document, 71,56% des suicidants repérés à différents niveaux. »
On découvre surtout qu’au 31 décembre 2008, 131 « décès (hors suicide) » ont été recensés et que « parmi ceux-ci 85 sont qualifiés “Autres” (hors “Mort naturelle” et “Homicide”) ». Et pour l’auteur du document de poursuivre : « Il convient de noter que les décès survenus suite à une ingestion médicamenteuse nécessiteraient un examen des résultats d’autopsie et, pour un certain nombre d’entre eux, une possibilité de reclassement en suicide. » Pour Patrick Marest, ça ne fait donc aucun doute : « Il y a des suicides qui sont camouflés car qui définit le reclassement de ces décès en suicides ? L’AP ! On est au mois d’août 2009 et elle ne l’a toujours pas fait ! »

Le responsable de l’OIP ne décolère pas et poursuit : « Il est temps que la ministre prenne la mesure de la situation et de l’attitude de l’AP. Michèle Alliot-Marie parle de “totale transparence”, mais l’AP lui ment. On est face à une institution incapable de se remettre en cause. » Et pour Patrick Marest d’avancer ses solutions : « Il faut une commission d’enquête parlementaire d’urgence et surtout, qu’à l’avenir, la prévention du suicide dans les prisons revienne au ministère de la Santé. C’est à lui de la mettre en œuvre et de la piloter. Ça tombe bien : il y a des médecins, des infirmières dans les prisons ! Aujourd’hui, on est dans une situation aberrante. Dans les écoles, c’est bien le ministère de la Santé qui intervient pour la grippe A et pas les enseignants ? Dans les prisons, ce devrait être pareil ! » L'administration pénitentiaire devrait apprécier et ne tardera pas, c'est sûr, à faire part de son point de vue...
-Le document de l'administration pénitentiaire est téléchargeable ici .

-"Nous sommes dans un vaudeville carcéral»:
"«On tourne en rond. Il y a quelques mois, Rachida Dati avait annoncé exactement les mêmes mesures», rage Florence Aubenas, la présidente de l’Observatoire international des prisons, jointe par Libération, quelques minutes après la conférence de presse de Michèle Alliot-Marie...

Rien de neuf en réalité puisque toutes ces mesures font partie du rapport Albrand remis à Rachida Dati en avril dernier. «La France est régulièrement condamnée par la justice européenne pour traitement inhumain et dégradant et en réponse à cela, on ressort les mêmes annonces. Nous sommes dans un Vaudeville carcéral», poursuit Florence Aubenas.

IMG_1450 «Elle reprend c’est vrai les conclusions de ce rapport, reconnaît le porte-parole du ministère Guillaume Didier qui insiste: elle a décidé de le rendre public alors que jusqu'ici il ne l'était pas.»

En avril dernier, ce rapport avait suscité la pagaille dans la communication du ministère. Le docteur Albrand avait au dernier moment boycotté la remise de son rapport, estimant qu’il avait été largement édulcoré par l’Administration pénitentiaire. «C'est pour ça qu'aujourd'hui, j'espérais que la ministre ait le courage politique de reprendre mes conclusions, avant qu'elles ne soient retouchées par l'AP. Et en fait, pas du tout. Je suis déçu et inquiet».Florence Aubenas dénonce l'absence de mesures plus radicales : «En 2008, 71% des 115 détenus suicidés avaient fait l’objet d’un signalement. Mais aucune mesure n’a suivi.» Et de regretter qu’on ne se serve pas des outils déjà existants, comme, par exemple, le contrôleur de prisons. «Il faut qu’il soit doté d’un pouvoir d’injonction et non porteur d’un simple avis consultatif."...

-Michèle Alliot-Marie «n’a pas le souci de sauver des vies"

-Les prisons en France: SOS droits de l'Homme, encore!

________________________

-Prisons: notre scandale

Aucun commentaire: