Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 17 juin 2010

Dossier retraites (suite)

Une réforme juste?

__Faut-il écouter le son du COR?
Des esprits bien préparés



Deux poids deux mesures
__Ou le pâté aux alouettes (
"il sera demandé cinq fois plus au travail qu'au capital".)

_______________
- Les Français les moins qualifiés "vont payer l'essentiel de cette réforme
__La répartition guillotinée
-Le vrai problème, c'est le chomage

-“Le chef de l’État entend montrer à ses partenaires européens et aux marchés financiers qu’il s’attaque au problème de la dette. Tant pis si les retraites ne constituent qu’un aspect partiel du problème : il faut donner un signal et ne surtout pas perdre la note AAA dont bénéficie encore la France sur les marchés”. (Les Échos, 13 avril 2010)

_______"La vérité est que le gouvernement veut avant tout donner des gages aux marchés financiers pour tenter de prouver que la France est bel et bien entrée dans une politique de rigueur sans le dire."(Corinne Lepage)

_________-Le travail accablé, le capital épargné
"... La mesure prévoyant le relèvement de 60 ans à 62 ans de l'âge légal du départ à la retraite, qui est la mesure phare du projet gouvernemental et qui pénalisera lourdement les salariés, rapportera à elle seule près de 19 milliards d'euros, à l'horizon de 2018, selon les projections officielles du gouvernement. Or, par comparaison, la totalité des recettes nouvelles qui pèseront sur les hauts revenus ou sur le capital n'atteindra que 3,7 milliards d'euros en 2011 et 4,6 milliards d'euros en 2020...
C'est donc la première mesure de l'iniquité du plan: comme l'établit le tableau réalisé par le gouvernement (la version intégrale du plan peut être téléchargée ici), il sera donc demandé cinq fois plus au travail qu'au capital. Pour être précis, et isoler les mesures spécifiques nouvelles qui vont peser sur le capital, il faut même déduire des 4,6 milliards les taxes qui seront à la charge des ménages fortunés et ne retenir que celles à la charge des entreprises. Dans ce cas, on parvient à un partage des efforts encore plus déséquilibré: en face des 19 milliards d'euros qui seront à la charge des salariés, on ne trouve que 2,650 milliards d'euros à l'horizon de 2020 qui seront à la charge des entreprises. Dans ce mode de calcul, le rapport n'est donc plus de un à cinq mais de un à huit...

La mesurette sur les retraites-chapeau – autre scandale qui défraie périodiquement les milieux du CAC 40 – ne vaut guère mieux: elle générera elle aussi moins que rien. Tout juste 110 millions d'euros.

Quant à la dernière mesure, celle prévoyant de relever de 40 à 41% le taux marginal de l'impôt sur le revenu, elle ne fait pas plus illusion. D'abord son gain est aussi microscopique: 230 millions d'euros. Et surtout, il s'inscrit dans une logique d'affichage. Car, en France, les vraies inégalités sont évidemment beaucoup plus celles face au patrimoine que celles face aux revenus. En supprimant presque totalement les droits de succession en 2007, et en relevant de 1% le taux supérieur de l'impôt sur le revenu, Nicolas Sarkozy sait donc pertinemment ce qu'il fait: il a offert, dans le premier cas, un gros cadeau aux plus grandes fortunes, et va soumettre à une mini-taxe des contribuables parmi lesquels figurent d'abord les cadres.

En bref, cette réforme des retraites, c'est l'histoire du pâté aux alouettes: il n'est fait mention de taxe sur les hauts revenus et le capital que pour l'apparence. Et cette iniquité du dispositif est d'autant plus choquante que le gouvernement disposait d'un levier majeur avec la fiscalité du capital et de l'épargne, comme nous l'évoquions dans un «parti pris» récent (voir notre article
Hypocrisies et leurres autour de la fiscalité du capital). Dans son contre-projet sur les réformes des retraites (que l'on peut consulter ici), le Parti socialiste avait préconisé, lui, des réformes autrement plus hardies sur la fiscalité du capital et de l'épargne..
" (L.Mauduit)
_______________________
Thomas Piketty plaide pour une « révolution fiscale »___-Thomas Piketty: «Ne dramatisons pas la question des retraites!»
-Réforme des retraites: le chantage financier auquel l'Elysée a cédé

-Les inégalités face aux retraites
-Retraite devant les marchés
-Retraites: arrêtons de ne parler que de l'âge légal!
-Point de vue de Mélanchon
-Trimer jusqu'à 67 ans !

-Retraites : le problème est ailleurs !
-Lettre aux apôtres de la capitalisation
-La pénibilité prise en compte, mais pour les salariés qui peuvent le prouver
-Retraites : l'ère de la complexité

-Emmanuel Todd : « Le débat n'a aucun sens »
- Retraites : le gros et le détail
-Un problème de croissance

-Un problème européen
_____________________
-Retraites : d'autres pistes...___-Retraites : préparer les esprits___- Retraites demain...___-___Retraites:aubaine de la privatisation___Fonds de pension : alerte !__-Retraites: Logique purement comptable ?

Aucun commentaire: