Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 16 mars 2011

Brader le royaume ?

GRANDE BRETAGNE A L’ENCAN ?

Une démocratie malade

_Malgré le rôle éminent de paradis fiscal que joue la City, le pays de Sa Gracieuse Majesté vit des heures difficiles.
L'austérité à l'anglaise est à l'ordre du jour depuis un certain temps. Le massacre continue.
La hache est tombée sur les pauvres. On renoue, plus rudement encore, avec les années Maggie, après la "parenthèse" T.Blair.
On assiste à une fin de cycle, une crise de confiance profonde.
___On avait proposé à la Grèce de vendre quelques îles pour payer ses dettes, elle a finalement cédé Le Pirée aux chinois.
______________Pourquoi ne pas vendre aussi les bijoux de famille, pour sortir d'une impasse où l'appétit des grandes banques, de la spéculation effrénée et à hauts risques, a placé le Royaume-Uni?
Heureusement, les joyaux de la Couronne ne seront pas vendus aux enchères _ Elisabeth devra tout de même se priver un peu (shocking!
)_, mais certains biens d'Etat pourront être bradés...
__"Quand on n’a plus d’argent pour payer ses dettes, on vent les bijoux de famille, n’est-ce pas ? Pourquoi alors l’Etat britannique ne ferait-il pas ce que les particuliers font d’eux-mêmes quand ils sont endettés ? C’est cette idée simple que, le lundi 7 mars, la chaîne publique Channel 4 a voulu expérimenter avec ses téléspectateurs, dans le cadre de l’émission Dispatches : « Selling off Britain » (littéralement : « vendre/liquider la Grande-Bretagne »).
__Rappelons le contexte : au mois de février dernier, le gouvernement Cameron a été contraint de renoncer à son projet de vendre au moins la moitié des 258 000 hectares de forêts du pays. Un projet mal ficelé (il est apparu que l’opération ne serait pas rentable pour le Trésor, rien de garantissait l’accès du public aux forêts privatisées, etc.), une mobilisation citoyenne massive (une pétition de plus de 500 000 signatures, des manifestations ponctuelles) et une opinion largement hostile à la vente du domaine forestier (84 % selon un sondage) ont eu raison de cette « folie » (selon le mot d’Ed Miliband, le leader travailliste).
__L’idée pourtant est dans l’air du temps – l’idée que, pour rétablir les comptes publics, le gouvernement pourrait vendre le patrimoine appartenant à l’Etat et aux collectivités locales. D’où le programme
« Selling off Britain » de Channel 4 : puisque les actifs publics sont estimés à 337 milliards de livres (de Buckingham Palace à Stonehenge en passant par les usines d’uranium), pourquoi ne pas en céder une partie pour réduire la dette publique de 867 milliards ? Cela permettrait de réduire les intérêts de cette dette et, par là même, le déficit budgétaire (un peu comme « réduire le montant de son emprunt immobilier permet de réduire son découvert », comme le précisait avant l’émission le présentateur Krishnan Guru-Murthy sur son blog). De nouvelles dépenses, plus propices à la croissance, pourraient alors être engagées…
______Nous avons (là) toutes les données pour comprendre l’impasse politique que connaît l’Angleterre : la gouvernance néolibérale du pays en est réduite à construire des « représentativités » ad hoc pour justifier une politique économique qu’une majorité de la population réprouve ; les médias dominants donnent un large écho à la colère publique – selon les canons du pluralisme démocratique dont ils prétendent être les garants – mais, dans le même temps, ils s’avèrent incapables de diffuser et d’articuler une critique radicale et cohérente du système ; le citoyen rumine sa frustration, et tire de son impuissance la conclusion que les élections sont une farce n’aboutissant qu’à une concentration accrue du pouvoir et des richesses. Nous sommes au point de rupture du légal et du légitime, mais sans discours alternatif audible. Bref, si le capitalisme anglo-saxon est à l’agonie, la démocratie britannique est également bien malade..."
(E.Quilgars)
____La France va-t-elle aussi s'engager dans cette voie?

Aucun commentaire: