Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 4 mai 2011

Nicolas et Clovis

Récidive

___Notre
Chanoine du Latran remet ça.
Les fastes romains le fascinent, ainsi que l'antique pouvoir qu'ils incarnent.
Le trône papal semble devenir sa référence et son appui, loin des valeurs républicaines, de la laïcité, qui devrait être sa position constante.
Imagine-t-on De Gaulle, pourtant catholique, voire Chirac, se rendre plusieurs fois personnellement dans la Ville éternelle pour faire allégeance au successeur de Pierre?

Nicolas rêve éveillé d'une histoire passée, glorieuse à ses yeux, où la France, "Fille aînée de l'Eglise", montrait le chemin à l'Europe chrétienne et au monde entier.
Pourquoi ne pas se référer à Clovis, quitte à distordre l'histoire, à prendre des libertés avec les faits?
Comme disait Lavisse au début du siècle dernier aux instituteurs, il faut apprendre l'histoire de France aux enfants, même
" enveloppée de légendes":
"
...Lorsqu’il avait été consacré avec ostentation chanoine d’honneur à la basilique de Saint-Jean de Latran, en 2007, au lendemain de son élection, le chef de l’Etat avait déjà cru bon de reprendre la vieille lune cléricaliste sur « les racines chrétiennes de la France ». Il avait même précisé au passage: « C’est par le baptême de Clovis que la France est devenue Fille aînée de l’Eglise. Les faits sont là ».
___En politique, les symboles, voire les mythes, pèsent lourds, du moins le croit-il, surtout en période préélectorale, surtout à destination d'un certain public (encore?) croyant ou seulement nostalgique d'un ordre ancien, plus fantasmé que réel.
L'obsession du désordre, au sommet de l'Etat, est prête à utiliser tous les expédients pour l'exorciser, sans jamais mettre en lumière les vraies sources de désordre, économiques et sociales et tenter d'y répondre de manière adéquate, pas par des incantations et des mots d'ordre moraux.
"Cette apologie de la religiosité en général, et du « dogme chrétien » en particulier, est une constance de la vulgate sarkozyenne. Il en résulte une approche révisionniste de la laïcité qui fait du chef de l’Etat un enfant spirituel de Benoît XVI"
__Il est vrai que notre Président, comme sous la Restauration, semble avoir des notions assez floues du principe républicain de laïcité, fondamental, qui préconise la stricte séparation de l'Eglise et de l'Etat.
__L’hommage à Jean-Paul II en voie de canonisation, l'admiration affichée qu'il porte au Prince de l'Eglise actuel, gestes à l'appui, la fréquente référence à une morale d'inspiration chrétienne (le curé valant mieux que l'instituteur...), le désir manifesté de
sortir la religion de la spère privée, l'invention de cette notion étrange, mais révélatrice, de"laïcité positive"...autant de tentatives feintes ou réelles de détourner de son sens le pacte républicain.
Une nouvelle forme d'alliance du trône et de l'autel ?

Aucun commentaire: