Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 15 août 2012

Syrie: révolution brouillée

Modestes clés pour percer le brouillard...médiatique

La première victime d'une guerre, c'est la vérité

___Sur un conflit qui risque de durer encore longtemps, Assad bénéficiant encore de nombreux soutiens, notamment le noyau de l'armée et les services spéciaux,  les  chiites alaouites,  les communautés non musulmanes et non arabes, même s'il ne contrôle plus qu'une partie réduite du territoire, dit-on, tout en gardant la maîtrise de l'information sur le net.
 Comment arrêter la course à l'abîme se demandait-on il y a quelques mois, à l'écoute  des échos ambigüs ou contradictoires, parfois manichéens, qui parvenaient de la Syrie.
_Quel nom donner à ce conflit apparemment sans fin, aux enjeux géostratégiques complexes, qui n'est ni une guerre civile classique , ni seulement un conflit interethnique, ni un pur affrontement religieux..
Une révolution? En un sens oui, mais d'un type particulier, qu'on ne peut mettre absolument en parallèle avec les printemps arabes de Tunisie et d'Egypte, même s'ils n'ont pas été sans conséquences  à Damas.
Les informations officielles qui nous parviennent, comme celles qui nous parvenaient de Libye, peuvent être souvent sujettes à caution. Cela se confirme dans cet entretien.
Mieux comprendre ce qui se passe en Syrie demande de la distanciation par rapport aux médias dominants, simplifiant à l'excès la situation sur le terrain.
__Ce qui est sûr, c'est que les  racines de la colère sont anciennes et que ce régime, ayant  favorisé un « complexe militaro-mercantile », laissant les plus modestes au bord du chemin,  ne pouvait perdurer.
_________________________________________________________

Aucun commentaire: