Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 26 juin 2013

Nouvelles technologies et emplois

___ La course aux  nouvelles technologies, et notamment à la robotique, dans des secteurs de plus en plus nombreux, nous confronte, du point de vue de l'emploi, à des problèmes redoutables pour l'avenir immédiat, à moins qu'elle nous oblige à terme à repenser complètement le travail, ses conditions, son temps, la place qu'il prend dans la vie...
__Les technologies en gestation vont d'une certaine manière changer le monde, entrainer une productivité inouïe, être créatrice de nouvelles richesses  et avoir des incidences sur le travail encore difficile à imaginer.
Toute technologie est ambivalente, créatrice de nouveaux emplois et destructrice d'autres, accentuant le retard des pays les moins industrialisés, marginalisant les moins qualifiés, créant parfois des effets pervers.. .
Dans la finance mondiale, par exemple, le caractère envahissant des ordinateurs dans la spéculation haute fréquence, rendant l'ultra cout-termisme des marchés aveugles, conduise parfois à des ravages .  «  Il faut 350 millisecondes à un être humain pour cligner de l’œil, et en seulement quatre clins d’œil 91 millions de dollars s’étaient envolés... »
 ___Le débat sur les conséquences à moyen ou à long terme des technologies de pointe, dont beaucoup sont encore dans le berceau, ne faiblit pas: les sauts technologiques seraient-ils créateurs ou destructeurs d'emplois?
Les optimistes ne manquent pas d'arguments: la robotique permet de sauver certaines entreprises en "déplaçant le travail vers des emplois plus qualifiés."
Cela semble évident dans certains cas, localement et à l'échelle d'un temps court.
Mais l'optimisme n'est pas unanime, surtout dans les conditions économiques actuelles et l'horizon de l'emploi et de la formation dans ce contexte globalisé.
La course mondiale à la compétitivité à tous prix conduit à une fuite en avant sans merci:
Jeremy Rifkin en question
"...Depuis 1975 et de façon exponentielle, la redistribution des richesses via le travail se réduit tendanciellement et de façon exponentielle depuis le début des années 2000. Poids des délocalisations d'un côté, progrès technologiques de l'autre, sans oublier les gains de productivité massifs générés par les technologies Internet au sens large qui commencent juste à donner toute leur puissance.Celui qui ne veut pas voir ne verra pas. Quel que soit le pays, quelle que soit la couleur politique du gouvernement en place, que l'on parle de l'Allemagne où le chômage est officiellement bas avec une tripotée de travailleurs pauvres, ou de la France avec son chômage élevé mais ses « assistés » aussi riches que les travailleurs pauvres allemands, le problème est le même.Il n'y a plus assez de travail disponible pour tous. Le constat n'est pas plus compliqué que cela... le Japon est très en avance dans le domaine de la robotique. Au moment où la France, avec son ministre du Redressement productif, lance un plan, tenez-vous bien, de 100 millions d'euros pour soutenir la filière robotique française (ce qui est pitoyable compte tenu des enjeux), le Japon, lui, en est déjà au stade de l'exploitation industrielle des humanoïdes avec retour sur investissement en moins de 24 mois...La révolution robotique est vertigineuse économiquement mais aussi en termes sociétaux et philosophique. Il peut en sortir le meilleur. Un monde d'où la pauvreté serait éradiquée et où l'homme oisif pourrait méditer, créer, inventer, imaginer en toute indépendance financière..."
___La fin du travail, annoncé par Rufkin, est sans doute sans fondement réel, mais il est sûr que le travail  sera profondément affecté et redistribué. Pour le meilleur, si changent les rapports sociaux et les rapports de production.
Un défi pour demain... 
_____________________________________________________

Aucun commentaire: