Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 17 septembre 2015

Tutelle européenne

Les dessous de Bruxelles (suite)     
                                              Beaucoup l'affirment: l'Europe est devenue une usine à gaz et avance comme un mastodonte géant sans cap ni souplesse, ni véritable idéal démocratique.
Une équipe de comptables à courte vue, loin des idéaux des fondateurs, gérant sans âme un espace de libre-échange, que J. Delors regrettait bien tardivement et bien hypocritement.
        C'est   Jean-Claude Juncker  qui l'affirme: "Les Européens n’aiment pas l’Europe"
                S'est-il déjà interrogé sur les causes profondes de cette désaffection? Il s'enferme, comme tant d'autres, dans l'incantation et le déni.
    Certains rêvent d'une nouveau traité, celui qui changerait tout...
La fuite en avant sans perspectives mobilisatrices sur le fond sur les sentiers ultralibéraux, la politique de l'autruche, l'inertie sans auto-critique n'ont que trop duré.
  La direction "disciplinaire" de Bruxelles Berlin ne peut durer sans préparer un avenir plus qu'incertain.
      Les peuples doivent reprendre leur place, dans une nouvelle configuration, qu'il reste à repenser, sans attendre des divorces violents au sein de l'Union
      L'euro-mark bride les économies, les investissements de croissance, tout en favorisant les intérêts à court terme d'une Allemagne viellissante, mais devenue hégémonique.
   La voix des critiques les plus chevronnés, comme celle de Krugman ne parvient pas aux oreilles de nos  experts, qui défendent un « pragmatisme » qui dissimule des choix théoriques marqués....Tusk ne s'en cache pas, toujours dans l'entretien du 17 juillet (dans la version publiée par le Financial Times, cette fois), où il dresse l'éloge de l'ordo-libéralisme,(ce libéralisme à la sauce allemande) cette théorie économique dominante à Berlin, arc-boutée, pour le dire vite, sur la lutte contre l'inflation et l'indépendance de la Banque centrale à l'égard de tout pouvoir exécutif.
   Les dessous de Bruxelles sont généralement peu connus.
____On comprend mieux pourquoi  pourquoi Paris tremble devant Bruxelles:
           Pour comprendre la difficulté dans laquelle se situe le nouveau gouvernement français actuellement face à la Commission européenne, il faut avant tout saisir la réalité et le sens de la nouvelle architecture institutionnelle européenne mise en place pendant la crise. Cette architecture a cinq volets qui s'entrecroisent, ce qui rend sa visibilité parfois complexe....
  L'esprit de ces réformes est clair : il s'agit de limiter le plus possible l'autonomie budgétaire des Etats. Certes, en théorie, nul ne peut contraindre directement un parlement à voter un budget qui accroit son déficit et ne respecte pas les recommandations de la Commission ou le pacte budgétaire. Mais désormais, un tel comportement est un revers infligé à la volonté du conseil européen, donc à la solidarité européenne. Et à ce titre, elle se paie directement par des sanctions quasi-automatiques. Les Etats sont donc contraints désormais de négocier avec Bruxelles et de suivre ses recommandations. La marge de manœuvre des Etats membres est très réduite....
 Chaque Etat doit « faire ses devoirs », comme on dit en Allemagne et ne dispose pas d'éléments de solidarité ou d'aides à la croissance pour y parvenir. La solidarité n'intervient que de façon conditionnelle en cas de crise grave, notamment d'absence d'accès aux marchés pour se financer par le Mécanisme européen de Stabilité (MES), qui, par son traité fondateur, doit imposer, en retour, des « plans d'ajustement.
       ____ Bruxelles-Berlin ont donc mis l’Europe sous tutelle:
 .............En particulier, la surveillance des politiques économiques des États membres ne devrait plus se limiter à la surveillance budgétaire, mais devrait inclure un cadre plus détaillé et formel en vue de prévenir les déséquilibres macroéconomiques excessifs et d’aider les États membres affectés à établir des plans de mesures correctives avant que les divergences ne s’ancrent. Cet élargissement du périmètre de la surveillance des politiques économiques devrait aller de pair avec un renforcement de la surveillance budgétaire....
       ___Du début à la fin, règnent le juridisme et l'économisme:
..... Les États membres conduisent leurs politiques économiques en vue de contribuer à la réalisation des objectifs de l’Union, tels que définis à l’article 3 du traité sur l’Union européenne, et dans le contexte des grandes orientations visées à l’article 121, paragraphe 2. Les États membres et l’Union agissent dans le respect du principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre, favorisant une allocation efficace des ressources, conformément aux principes fixés à l’article 119....____On est loin de la réalité.
____Le projet politique attendra...
_______
(Suite...) 
__________________________________________

Aucun commentaire: