Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 26 janvier 2018

Lisbonne se soigne

Un exemple pour Bruxelles.
                                            On en parle peu, mais le fait mérite d'être souligné.
      D'une situation économique critique après la crise de 2008, on assiste à une remontée discrète mais notée par maints observateurs.
    Un virage dû à des choix politiques qui redonnent vie à un pays jugé naguère exsangue.
       Toutes choses égales par ailleurs, un improbable redressement s'esquisse là-bas avec des signes encourageants, qu'on peut considérer comme un camouflet au culte de l'austérité de Merkel et Bruxelles, grâce à des mesures misant sur le pouvoir d'achat:
       " ...le salaire minimum a été augmenté en 2016 puis en 2017. En parallèle à cela nous avons assisté à une baisse des cotisations employeurs de 23 à 22%. Enfin, le gouvernement n'a pas lésiné sur le plan de relance du pouvoir d'achat: hausse des retraites et allocations familiales, renforcement du droit du travail, baisse des impôts pour les salaires les plus modestes, arrêt net des privatisations... Pour clore le tout, le Portugal a compris qu'il ne servait plus à rien d'essayer de concurrencer les pays de l'est à bas coûts, donc, on est monté en gamme, dans l'industrie et dans le tourisme. Un point dont la France devrait s'inspirer: la montée en gamme du pays et des politiques de stimulation de la demande, conjointement à un simple abaissement des charges des entreprises...
     Le Portugal, qui revient de loin, montre l'exemple
                         Une politique anti-austérité qui fonctionne, malgré une situation encore en demi-teinte.
       Le Portugal a démontré depuis 2 ans, qu'une politique — inverse aux politiques austéritaires, et donc basée sur une relance par la demande et l'amélioration des protections sociales — pouvait fonctionner. Ce que le FMI avait déjà confirmé en 2016 en annonçant à propos de la Grèce que "l'austérité ne fonctionnait pas"....
     On fait le ménage.
  Les années de cauchemar sont passées pour un pays qui côtoyait une quasi économie de guerre 
      Les dérapages en chaîne sont neutralisés
         Certaines affaires semblent oubliées.
   Certes, le malade n'est pas encore guéri définitivement, mais le rétablissement est en bonne voie, avec un taux de croissance qui fait rêver les pays voisins.
    Un exemple pour la France à bien des égards:
            La fin de la politique d'austérité, qui a mené à un miracle économique sans que le tourisme, redevenu florissant, soit devenu l'élément déterminant.
     "...Selon le ministre de l’économie Manuel Caldeira Cabral, le Portugal est enfin libéré du carcan de la politique d’austérité. En rassurant les citoyens en leur garantissant qu’ils ne subiraient plus de coupes dans leurs pensions ou leurs allocations, et en permettant aux salaires d’augmenter, le gouvernement a reconquis la confiance des entreprises comme des investisseurs. Au cours du dernier trimestre, les investissements ont augmenté de 10 %, les exportations de 9 %, des pourcentages supérieurs à ceux des Pays-Bas et de l’Allemagne. La relance d’une industrie laissée pour morte..."
______________________________

Aucun commentaire: