Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 13 octobre 2018

Explosif!

 On dit qu'il pourrait bientôt se réveiller de son (relativement) long sommeil.
                                                        Mais que veut dire "bientôt" à l'échelle géologique?
    En tous cas, il attire l'attention de beaucoup de vulcanologues sur le terrain et de par le monde.
      Il dort sous la surface de plusieurs Etats américains, et on observe certaines manifestations symptomatiques de la future colère du géant. Mais pour quand?
   Car il est un des plus puissants de sa catégorie, dans la grande famille des volcans,  le long de la ceinture de feu du Pacifique, du nord au sud.
   Peut être les premiers signes du réveil d'un des plus puissants de sa catégorie, après plus de 600000 ans de vie tranquille.

  Yellowstone, la bien nommée. où le soufre montre sa présence disséminée au milieu des sources chaudes et des geysers.

   Parmi les-supervolcans, il est sans doute celui qui détient la palme de la puissance potentielle et de la dangerosité dévastatrice.
    ...Enfouis sous la Californie et le Wyoming, deux volcans en hibernation, dont le Yellowstone, sous le parc du même nom, pourraient un jour se réveiller avec une fureur difficile à imaginer. S’ils entraient en activité, ils enseveliraient sans doute la moitié Ouest des États-Unis sous une couche de cendres de deux mètres d’épaisseur en quelques heures. Cela s’est déjà produit au moins à quatre reprises lors des deux derniers millions d’années. Ces volcans dévastateurs sont nommés supervolcans.
L’éruption d’un supervolcan libère une énergie de l’ordre de un milliard de tonnes de TNT, l’équivalent de celle dégagée par l’impact d’un astéroïde de plus de 300 mètres de diamètre sur la Terre… et elle survient plus souvent. Une telle explosion est potentiellement l’une des catastrophes naturelles les plus dangereuses pour l’humanité ! Outre une destruction immédiate due à la libération de cendres brûlantes, les supervolcans perturbent notablement le climat global durant des années à cause des gaz qu’ils émettent.
      Cela peut peut paraître terrifiant, mais n'a peut-être pas grand sens à l'échelle de plusieurs générations humaines. Cela ne nous concerne pas dans un proche avenir. Quoique...
   Envisager le volcanisme sous son seul aspect (temporairement et localement) destructeur n'est pas raisonnable. Il est à l'origine de plus d'une formations terrestres et on se doute qu'il a quelque chose à voir avec les origines de la vie.et son développement.
      Sans eux, nous ne serions sans doute pas là pour en parler.
  L'immense caldeira intrigue depuis peu les spécialistes, qui y voient, derrière les fumerolles tranquilles du lieu, une véritable bombe à retardement.
  Malgré le conditionnel d'usage, nous ne serions peut-être pas loin de sa spectaculaire manifestation et c'est la terre entière qui serait affectée, ne serait-ce que par le long hiver qui s'en suivrait.
     Mais il n'y aurait pas lieu de s'affoler.
        Certains, dans leur rêve de puissance, rêve déjà de maîtrise du phénomène. Pourquoi ne pas changer un peu l'orbite de la terre pour neutraliser le réchauffement climatique, tant qu'on y est?..
  Nous avons été capables d'aller sur la lune, mais un fantasme de cette ampleur est proprement prométhéen.
    Le catastrophisme est déjà assez exploité comme cela. Pas la peine d'être survivaliste.
       De toute façon, le fatalisme tranquille s'impose. Nous n'avons pas le choix. Au lieu de considérer les volcans comme nos ennemis, on peut aussi se mettre  à les aimer, par seulement à cause de leur splendeur éruptive, mais aussi comme une nécessité dans l'histoire de la terre, de notre histoire, qui débute à peine, mais qui ne sera pas sans fin. Notre espèce est de passage, comme tant d'autres qui ont disparu.
     Et nous avons les moyens de nous détruire de notre propre fait, bien avant sans doute que le méga-volcan nous réveille de nos rêves de maîtrise, de nos fantasmes de toute-puissance....
____________________

Aucun commentaire: