Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 2 octobre 2008

École de l'ennui ?

Ennui : expérience psychologique assez commune , difficile à définir, aux formes multiples
L'ennui scolaire : inévitable et universel ,car "la culture scolaire n'est pas faite pour être divertissante" (L.Ferry) ?
Pathologique et contreproductive , signe de temps agités , sans objectifs à long terme,où priment les valeurs de plaisir immédiat, exacerbées par la publicité omniprésente ?
Symptôme de résistance inconsciente à l'extériorité du savoir et de l'autorité qui ne font plus sens?
L'absence de désir , le désintérêt (la vie serait "ailleurs") n'est-il pas la contrepartie de la culture de l'agitation , de la télécommande , de l'atomisation des connaissances ,d'une certaine déculturation , alors que l'école est le lieu de la lenteur , de la distanciation ,de l'approfondissement ?
L'effet de nouvelles formes de pédagogie perdant de vue l'essentiel de ce qui fait une culture?_____________________________

"...A l'occasion de la consultation sur les savoirs au
lycée, organisée par Claude Allègre en 1998, les lycéens avaient ainsi fait
part de leur "absence de désir". Certaines matières avaient recueilli tous
les suffrages, signe du désintérêt des élèves : la grammaire, la géologie,
les dates en histoire, les vecteurs en mathématiques sont, pour les élèves,
des disciplines qui "endorment", selon leurs propres mots. La critique
portait également sur certaines activités. 72 % des élèves citaient les
efforts de mémorisation comme particulièrement rébarbatifs, 61 % l'étude de
phénomènes trop éloignés dans le temps ou l'espace de leur mode de vie, 58 %
l'étude de disciplines jugées secondaires.
"Pour les élèves, la vie est ailleurs", résume Jacques Birouste, professeur de psychologie, auteur d'une enquête sur l'ennui des lycéens technologiques. "Ils ont souvent le sentiment de passer d'une classe à une autre, d'une explication à une autre sans faire de lien. Ils ressentent cela comme une forme d'atomisation des connaissances", souligne le chercheur, en insistant sur l'absence de "rapport libidinal au savoir". ...

"Nous sommes face à des enfants de la télécommande. Ils ne supportent pas de
ne pas pouvoir agir", explique Philippe Meirieu. "La culture scolaire s'est
historiquement construite en opposition avec la famille et la religion.
Aujourd'hui, il faut ajouter un autre concurrent : la culture médiatique, qui
est fondée sur la rapidité, les loisirs", analyse Gilles Lipovetsky, membre
associé du CNP et professeur de philosophie. Or, pour le philosophe, "l'école
est le temps de la lenteur", le contraire du "zapping", ce qui rend l'ennui
"inévitable". L'ennui, l'ascétisme, l'austérité comme passages obligés ? Philippe Meirieu
relève que le débat a toujours traversé le milieu enseignant, divisé entre
tenants de la "pédagogie de l'exercice" – pour lesquels la répétition, même
fastidieuse, est formatrice – et défenseurs de la "pédagogie de l'intérêt"
– pour lesquels le travail scolaire doit d'abord partir de l'élève..."( Luc Bronner)

-Ébauche d'un manuel scolaire du jouir sans peine:

>>>Sauver les lettres_________>>>>L'imposture pédagogique (1)
"...La " pédagogie par objectifs " est apparue aux U.S.A et s’est épanouie sur un vide culturel effrayant. Puisque c’est cette école-là qui est supposée nous fournir un modèle pour l’école de demain, voyons au moins ce qu’elle est, et considérons cette question qui est, là bas, d’une brûlante actualité : " Pourquoi le petit John ne sait-il pas lire ? " ou, d’une manière plus large, comme le note Hannah Arendt : " Pourquoi le niveau scolaire de l’école américaine moyenne reste tellement en dessous du niveau moyen actuel de tous les pays d’Europe ?" Les articles d’Hannah Arendt, réunis dans l’ouvrage intitulé La crise de la culture, ont été écrits entre 1954 et 1968. Il faut avouer que, depuis, ce n’est plus seulement le petit John qui a des difficultés avec la lecture, mais aussi le petit Jean et on peut penser que des causes analogues produisent des effets identiques. Or, Hannah Arendt énonce les causes qui, selon elle, ont eu aux Etats Unis de si déplorables effets : parmi ces causes, deux retiendront particulièrement l’attention :
Sous l’influence de la psychologie moderne et des doctrines pragmatiques, la pédagogie est devenue une science de l’enseignement en général, au point de s’affranchir complètement de la matière à enseigner. Est professeur, pensait-on, celui qui est capable d’enseigner...n’importe quoi. Sa formation lui a appris à enseigner et non à maîtriser un sujet particulier. (...) En outre, au cours des récentes décennies, cela a conduit à négliger complètement la formation des professeurs dans leur propre discipline, surtout dans les écoles secondaires. Puisque le professeur n’a pas besoin de connaître sa propre discipline, il arrive fréquemment qu’il en sait à peine plus que ses élèves.
..."
--------------------------------------------------

-L'ennui à l'école - Jean-Didier Vincent:
«l’effort exigé par le travail scolaire prendra toujours le visage de l’ennui […] Il faut s’en accommoder : l’élève travaille d’abord sous la contrainte, et ce qu’il apprend lui donne le désir d’en apprendre plus.»
-Typologie de l'ennui des lycéens
- Besoin de savoir, désir de savoir, refus de savoir
-------------------------------------------------
-Entre les murs : la Palme de la démagogie | AgoraVox:
"...Rejetant la mise à distance (l’école « n’est ni une forteresse, ni un sanctuaire (11) »), le professeur adopte une approche compassionnelle qui relègue au second plan la transmission des connaissances. Qu’enseigner en effet lorsqu’il s’agit d’abord « d’accepter une remise en question du savoir par les élèves (12) » ? Bégaudeau se refuse à s’associer au rôle salutaire d’une école dont les murs devraient faire écran entre les difficultés quotidiennes des enfants et leur découverte des savoirs. Ainsi, flattant les petites individualités – la sienne y compris –, il adopte une pédagogie de la séduction qui révèle un désir de fusionner avec une éternelle adolescence qu’incarneraient ses élèves..."
-« Entre les murs » : une opération politique réfléchie pour un exorcisme national ? | AgoraVox

>>>>-Faisabilité de l'ajustement OCDE(Objet application/pdf)

Aucun commentaire: