Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 28 janvier 2010

Facebook: tous copains?

Facebookmania

Band of brothers ou piège?
-Facebookpulsion
Netnarcissisme-"... C’est le paradis… Eh ! Oui ! Facebook est un gigantesque filet troué où s’échappent les infos personnelles… Mais, c’est si Fun ! Qui ne rêve pas de s’exposer au monde entier et d’exécuter un streap-tease devant tous ces « facebookeurs » affamés ?..." (une facebookeuse)

-Que des amis?-_________On ne meurt jamais sur Facebook...

Démocratie online_?___
Buzz politique et démocratie court-circuitée



"Alors maintenant, tout le monde est sur fesse-bouc. Les parents y rejoignent leurs ados, le patron ses salariés, le prof ses élèves, le curé ses pénitentes, le meunier son fils et l’âne.
L’individu contemporain, que philosophes et sociologues nous disent épris d’autonomie et de liberté, est libre de faire comme tout le monde et d’aller se mettre tout nu dans le même bain. Ah, m’objecte-t-on, mais tu ne donnes que les informations que tu veux ! Ça alors ! Il ne manquerait plus que d’être obligé…

____J’ai voulu aller voir comment ça se présentait. Le problème, c’est que pour voir, juste pour voir, il faut d’abord et déjà s’être inscrit. Et moi je n’aime guère ce système de portes qui se referment derrière moi. « Mais c’est pas grave ! » me jure-t-on. Fesse-bouc, en effet, est recruteur. Chaque affilié devient prosélyte. Déjà deux personnes m’ont fait savoir que je comptais au nombre de leurs « amis » sur fesse-bouc. Ça se présente comment, être ami de quelqu’un sur fesse-bouc, quand on n’y est pas soi-même ?
______Mystère.En tout cas, ça semble marcher. Les gens, sur fesse-bouc, ils ont 357 amis. Ça leur prend des heures. Le fait est que j’en ai moins que ça, moi, des amis. Et je n’ai déjà pas assez de temps pour eux. Depuis combien de semaines je n’ai pas rappelé Marc, Clémence ou Jean-Pierre ? Alors, si j’en avais 357 ! D’ailleurs, je n’ai aucune envie particulière d’être l’ami d’un tas de gens que je ne connais pas. On n’a pas gardé les cochons ensemble, après tout. Ni fessé le bouc.Je connais aussi des gens qui sont des contestataires du monde tel qu’il est (disent-ils). Ils dénoncent les banques, le capitalisme, le règne de la marchandise, la mondialisation, la télé, le système policier Edvige. Ce sont des guérilleros urbains. Des rebelles. Ils dénoncent même le collectivisme et le totalitarisme. Ils ont tous lu la Ferme des animaux (disent-ils). Eh bien, ils sont tous sur fesse-bouc. Là, ils obéissent, ces irréductibles. Sans se poser de questions. Et sans se demander à quoi. (La soumission à la technique est la première donnée sociale. C’est pourquoi on préfère le taire.)Au reste, il y a cinquante-trois ans, je me suis déjà inscrit sur un autre site, qui s’appelait la vraie vie. Là aussi, on me jurait que c’était gratuit, que c’était facile, qu’on allait me montrer, que j’aurais plein d’amis, etc. Je me suis laissé tenter. Je dois dire que depuis, ça m’occupe pas mal. Mes jours, mes nuits. Alors je crois que je n’ai pas vraiment le temps d’aller sur fesse-bouc
."(F.Taillandier:Fesse-bouc)

-Comprendre Facebook et l'Internet social
-Amitiés virtuelles et nouveau narcissisme:
"En partant de l’analogie avec les portraits que les riches faisaient effectuer pour s’immortaliser avec les pages d’autoportraits virtuels que chacun peut réaliser sur Myspace, Facebook et autres Friendster, Christine Rosen propose une lecture critique des réseaux sociaux, dont l’émergence et l’explosion posent des questions profondes sur les rapports humains et le narcissisme numérique.
Le premier objectif de ces réseaux est de se "faire des contacts", sur le modèle du "cercle d’amis". Ces réseaux redéfinissent les liens d’amitié entre les contacts liés, et sont du pain-béni pour les spammers, les publicitaires, mais également les politiciens. Ils lient les gens d’une manière inédite et permettent à chacun d’exhiber son individualité : goûts musicaux, photos, amis, films, images.
Cette explosion des réseaux à contacts, rappelle la théorie des degrés de séparation, élaborée par Stanley Milgram, selon laquelle deux personnes prises au hasard peuvent être reliée en utilisant en moyenne 5,5 intermédiaires. La théorie a été fortement remise en question depuis mais fait partie de la sagesse populaire. Mais quelle est la nature de ces intermédiaires ? Quels liens leur donne une cohérence ? Le sociologue Mark Granovetter indique que les relations les plus distantes sont souvent plus utiles.
La nature des relations, de "voisinage digital", et la perception que l’on a de ces amis virtuels, ces multiples contacts qu’on noue sur les sites de réseaux sociaux mérite d’être questionnée longuement. Plusieurs questions se posent, dont certaines n’ont pas encore de réponse sûre. Quelles sont les implications de la socialisation virtuelle pour les jeunes qui ont baigné dedans depuis toujours ? Les relations gagnent en quantité ce qu’elles perdent en qualité, indique Christine Rosen. L’utilitarisme prend une place très importante sur les sites sociaux, où l’on affiche non seulement un "profil" qui nous décrit, mais aussi un réseau, qui peut en dire beaucoup voire plus que la description que l’on donne. Le fonctionnement de ces sites pousse également à une course au contact. On cherche le statut, la reconnaissance, notamment par le nombre d’amis.
Malgré cette apparente explosion des individualités, Christine Rosen relève surtout une monotonie, une uniformité dans l’exhibition : pour être vu dans la multitude, il faut faire dans la surenchère. D’autant que les comportements de groupe sont assez prévisibles : plus une page est cliquée, plus elle attire le clic futur. Quitte à renoncer à l’anonymat, jusque là marque des pionniers dans l’utilisation du web. Les problèmes liés au manque de protection de la vie privée commencent à émerger, notamment dans le domaine professionnel.
On assiste, finalement, à une "bureaucratisation" des relations, et à une paupérisation de l’intelligence émotionnelle. Même si les utilisateurs ne confondent pas leurs amis et les contacts qu’ils peuvent se faire sur MySpace ou Facebook, les nouveaux comportements des utilisateurs de sites de réseau a de quoi soucier les chercheurs. La connexion constante, le désinvestissement dans la sphère réelle voire le désintérêt progressif pour les affaires de la "vie réelle" viennent non pas de l’utilisation mais, comme toujours, des abus
."
-Pour en savoir plus, l’intégralité de l’article de Christine Rosen

-Mon patron comme ami sur Facebook: attention, danger !
-
Facebook fait machine arrière après la révolte des internautes
-Le côté Big Brother de Facebook commence à énerver des utilisateurs
-De facebook aux urnes
-Facebook : L'espionnage social ? - AgoraVox
-Facebook : le Big Brother 2.0 ? - AgoraVox
-Facebook tombe dans l'illégalité ?

-Facebook ne réunit pas, il isole
- Facebook, réseau asocial

Aucun commentaire: