Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 12 mars 2011

Notre pain quotidien

Ou notre poison quotidien?...

Vous reprendrez bien encore un peu de pesticides...

Le pain est notre quotidien, même s'il a perdu son importance dans notre alimentation

Peut-on encore dire: bon comme du bon pain?
Mais il n'y a pas que la pain...

_______Après Le monde selon Monsanto, Marie-Monique Robin récidive: fille d'agriculteur, connaissant les effets sournois de l'utilisation à haute dose des produits phytosanitaires (développement inquiétant des cancers de la prostate, notamment), elle continue à explorer méthodiquement les conséquences des dérives de l'agrobusines, du point de vue sanitaire surtout.
Issue du monde rural, elle a pu observer, comme bien d'autres, ces paysans malades du progrès
__Une question de fond est posée, que se pose aussi un nombre croissant d'exploitants agricoles lucides: faudra-t-il que le monde agricole change ses méthodes et ses techniques hyperproductivistes
"lorsque l'espérance de vie baissera…"?
L'objectif d'une telle l'agriculture , où la qualité est sacrifiée aux dépens de la qualité, a un objectif depuis des décennies: sortir de la pénurie d'après-guerre, ouvrir les marchés, exporter, pouvoir nourrir un nombre croissant d'hommes sur terre, mécaniser au maximum pour libérer une main d'oeuvre disponible pour l'industrie et les services, etc.... D'où la nécessité de standardiser méthodes, normes, machines et produits et d'utiliser massivement des pesticides, herbicides,etc... pour de meilleurs rendements et d'appréciables économies de main d'oeuvre.
Les effets à long terme des
pesticides sont maintenant mieux connus.
Pourra-t-on nourrir le monde, sans pesticides, 9 milliards d’humains en 2050 ?
E. Pisani pensait que oui , mais il réfléchissait dans le cadre de l'agriculture des années 70, sans connaître ses effets pervers et la logique commerciale de l'OMC, qui affaiblit les cultures vivrières, en les soumettant brutalement à la concurrence..
Aujourd'hui, on en doute et on ne souhaite plus poursuivre la logique d'antan.
"...
Nous n'avons pas le choix, il faut encourager l'agriculture biologique, manger bio, cuisiner des produits frais, éviter au maximum les plats préparés vendus dans les supermarchés et introduire dans son alimentation des produits simples comme le curcumin, qui sont des anti-inflammatoires naturels corrigeant les défauts et excès de la malbouffe..."(MO Robin)
Ca ne mange pas de pain...

Aucun commentaire: