Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 24 janvier 2012

Iran: gesticulations diplomatiques?

Points de vue
_______________Ormuz:
option militaire?

Intox ou vraie menace? Un embargo contre-productif

"Le programme nucléaire iranien a été annoncé par les services américains et israëliens comme imminent pour 1994, puis 1996, maintenant pour 2011..." (P.Conesa)
Fiables, leurs services, quand on connaît leurs moyens...

_Ce qui se passe depuis quelques temps entre USA, Israël et Iran semble digne d'un roman de J Le Carré, difficile à décrypter. Un jeu diplomatique très complexe, une partie de billard à multiples bandes, un regain de tension, où l'essentiel nous est masqué. Si les choses sont sérieuses et peuvent déraper, il n'est sans doute pas justifié de dramatiser à l'excès. Si le but implicite est de changer le régime iranien, la méthode préconisée semble aussi peu adaptée que celle utilisée en Irak.
Un conflit armé coûterait gros à une Amérique exsangue financièrement, et les conséquences seraient incalculables.
_Pourtant, il y a le pétrole, souci majeur et pressant de l'Oncle Sam. Le vrai enjeu, comme pour l'Irak?
__Où mène la logique guerrière avec l'Iran ?
Pour Pierre Conesa, pour qui la menace nucléaire iranienne est une « escroquerie intellectuelle », le décor semble planté pour un conflit :
"L'embargo sur le pétrole que discutent les Européens constitue sans nul doute un casus belli pour Téhéran qui tire des hydrocarbures 60 % de ses recettes budgétaires (et financent aussi le logement, l'éducation, etc.). La république islamique y a donc répondu de la même façon, par des menaces de blocage du Détroit d'Ormuz. Le décor est donc planté pour un conflit. Au regard des insuccès obtenus par les Occidentaux en Afghanistan et en Irak, on peut se demander qu'est ce qui pousse nos décideurs à repasser les plats ? Que cherche-ton en Iran ? Le Washington Post du 10 janvier citant un responsable du renseignement américain dit que c'est le changement de régime (regime change) par une révolte contre les autorités. Espérer qu'une population durement marquée par un embargo stupide par son étendue et sa généralité (sur les pièces détachés d'avion, sur les médicaments…) va se révolter contre son gouvernement est méconnaitre l'histoire. Comme on l'a vu en Irak et en Afghanistan, le mécano qu'utilisent les responsables occidentaux pour changer un régime ne marche pas...."
_Une guerre de l'ombre semble engagée...il y a deux ans déjà...
_Aux USA, les néoconservateurs repartent à l’offensive, même si officiellement (élections obligent?) l'attitude d'Israël alarme les États-Unis :
Officieusement, Israël dédramatise (pour bénéficier d'une aide militaire US accrue?)
"Alors que de nombreux pays occidentaux et certains pays arabes de la région du Golfe ont condamné la quête présumée l’Iran vers l’arme nucléaire, Israël détient quelques 200 armes nucléaires et a refusé de signer le traité de non-prolifération, évitant ainsi les inspections de l’AIEA. Les Israéliens informés ont des idées sur la question. Répondant au journaliste de PBS Charlie Rose qui lui demandait : « si vous étiez l’Iran ne voudriez-vous pas une arme nucléaire ? » le Ministre de la Défense, Ehud Barak, a déclaré : « Probablement, probablement. Je ne me leurre pas sur le fait qu’ils le feraient juste en raison d’Israël. Ils ont une histoire de 4000 ans. Ils observent autour d’eux et voient que les Indiens ont le nucléaire. Les Chinois ont le nucléaire, le Pakistan a le nucléaire, ainsi que la Corée du Nord, sans parler des Russes. » Le gouvernement de l’Iran - dont le PIB est inférieur à celui du Massachusetts - est terrifié. Il est entouré par des adversaires puissants, y compris les militaires américains, sur trois de ses frontières. Le président George W. Bush avait classé l’Iran, avec l’Irak et la Corée du Nord, dans l’« axe du mal ». Téhéran se souvient de ce qui s’est passé en Irak après les déclarations de la Maison Blanche. Ils savent aussi que la Corée du Nord s’est protégée contre une invasion en procédant à des essais de bombes nucléaires. Et tous les Iraniens se rappellent que les Etats-Unis ont renversé le très populaire Premier ministre Mohammad Mosaddegh en 1953 et installé la dictature du Shah qui a régné tyranniquement durant 27 ans.
L’Iran a été victime récemment d’un mystérieux sabotage informatique, de violations de son espace aérien par des drones, de meurtres de ses scientifiques nucléaires et du sabotage de ses sites militaires, y compris une installation majeure de missiles. Les responsables israéliens et américains ne font que peu d’efforts pour dissimuler l’existence de cette guerre de basse intensité.
Le stratège et historien militaire israélien Martin van Creveld a déclaré en 2004 que les Iraniens « seraient fous de ne pas construire des armes nucléaires compte tenu des menaces de sécurité auxquels ils font face. » Trois ans plus tard, il affirmait que « le monde doit maintenant apprendre à vivre avec un Iran nucléaire, à la façon dont nous avons appris à vivre avec une Union soviétique nucléaire, et une Chine nucléaire .... Nous, Israéliens, avons ce qu’il faut pour dissuader une attaque iranienne. Nous ne sommes pas du tout en danger de voir une arme nucléaire iranienne tomber sur nous ... grâce à la menace iranienne, nous recevons des armes des États-Unis et de l’Allemagne. » Le général américain John Abizaid est un des nombreux militaires qui déclarent que le monde peut tolérer un Iran nucléaire - qui, comme les autres pays, ne veut pas se suicider. L’utilisation de la « menace iranienne », a servi le Premier ministre israélien Netanyahu qui, lors de son premier mandat en 1996, s’adressant à une assemblée plénière du Congrès, avait marqué des points en évoquant une future bombe iranienne..."
______Voilà qui permet de dissiper quelques fausses croyances sur l’Iran, diabolisé de manière manichéenne , beaucoup plus complexe que ce qu'en présente la grande presse en général
_Voilà que l'Europe, par américano-mimétisme, veut se mettre à imposer un embargo pétrolier sans précédent, qui pénalisera surtout les pays asiatiques. La Chine ne restera pas passive...
________"Une gesticulation diplomatique" à valeur surtout politique? Sans aucun doute, même si Moscou s'inquiète, le but étant sûrement de pousser le régime iranien à la faute et de dresser contre lui une population appauvrie par un manque important de ressources. On a vu ce que cette méthode avait pu donner en Irak, dans l'épisode pétrole contre nourriture, appauvrissant la masse des gens et renforçant le pouvoir de S.Hussein...
Ne serait-il pas encore temps de réfléchir avant d’agir, d'enclencher un processus guerrier, dont le déroulement et l'issue pourraient être dramatiques pour tous.
Qu'en est-il de l'ouverture d'Obama, il y a deux ans?
_De nouvelles formes de citoyenneté sont en gestation dans ce pays. Une intervention les compromettrait certainement en durcissant un pouvoir affaibli, en difficulté avant les élections.
_______________________
Où va l'Iran?
Les Etats-Unis peuvent-ils empêcher Israël de bombarder l'Iran?

Aucun commentaire: