Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 21 mars 2009

Obama et l'Iran: tournant historique ?


Message d'espoir?

Après trente ans de tensions et une période encore récente de rumeurs d'aventure militaire, assiste-t-on à un début d'un changement radical de la politique américaine à l'égard de ce pays-clé au M.O. ou s'agit-il d'une habile initiative tactique pour prendre l'avantage , affaiblir les radicaux au pouvoir à Téhéran et neutraliser les dangereux projets offensifs israeliens à l'égard d'un Iran diabolisé?L'avenir le dira....
-La sagesse, sans doute, la nécessité certainement : la crise ne permet plus d'entretenir des moyens militaires dévoreurs de budget en cette période de faillite financière, dans des zônes finalement peu contrôlables et les ambitions pétrolières de la période Bush, vraies raisons d'un conflit de trente ans, semble passer au second plan...
"Barack Obama est capable de comprendre la pluralité des mondes et des cultures. Il va instaurer un dialogue plus réel, plus constructif. On va sortir de l’ère de l’arrogance, du discours méprisant symbolisé par le vice-président Dick Cheney ou l’ancien secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, qui ont réussi à dilapider le capital de sympathie qui s’était porté vers les Etats-Unis après le 11-Septembre." (C.Durandin)
Souhaitons-le, mais Obama saura-t-il résister aux faucons républicains et aux pressions de l'AIPAC?...
Trop tôt pour prendre la mesure d'une telle initiative...
___________________
Mon administration est désormais résolue à pratiquer une diplomatie qui traite la totalité des problèmes que nous avons devant nous, et à chercher à établir des relations constructives entre les Etats-Unis, l’Iran et la communauté internationale. Ce processus ne progressera pas par la menace. Nous cherchons au contraire un dialogue honnête et fondé sur le respect mutuel», dit-il dans ce message sous-titré en farsi. Obama offre ainsi aux dirigeants iraniens un «avenir où les anciennes dissensions ont été surmontées, où vous et tous vos voisins et le monde en général vivent dans une sécurité et une paix plus grande».Il dit cependant aux dirigeants iraniens qu’ils ont un «choix» à faire eux aussi. «Les Etats-Unis veulent que la République islamique d’Iran prenne la place qui lui revient dans la communauté des nations», mais «on ne peut obtenir cette place par le terrorisme ni par les armes»
_____________________________
Obama s'adresse à l'Iran, Téhéran accueille favorablement son message:
"L'Iran accueille favorablement le message du président américain Barack Obama à l'occasion du nouvel an iranien mais demande des actes concrets pour réparer les erreurs passées, a déclaré à l'AFP Ali Akbar Javanfekr, le conseiller de presse du président Mahmoud Ahmadinejad.Le président américain Barack Obama a pris l'initiative historique de s'adresser directement aux dirigeants iraniens et leur a offert de surmonter trente années de conflit, dans un message diffusé pour le nouvel an iranien dans la nuit de jeudi à vendredi.
-La main tendue d'Obama à l'Iran

-L'Iran et les Etats-Unis d'Obama: un dégel sous conditions:
"...Attention, cependant, de ne pas avoir la mémoire courte pendant cette période d’euphorie, qui a même poussé Hugo Chavez à complimenter un président américain. Le 4 juin dernier, assuré depuis la veille d’affronter John McCain, Obama le sénateur de l'Illinois s'était engagé, devant le Comité américano-israélien des affaires publiques, à empêcher la République islamique de se doter de l'arme nucléaire.
Lors des primaires, Obama avait évoqué une possible rencontre avec Mahmoud Ahmadinejad. Vivement critiqué par McCain et la communauté juive du pays, il avait reculé, expliquant qu'il ne pourrait, une fois élu, garantir une rencontre avec son homologue iranien. Il est allé un peu plus loin le 4 juin, en posant de strictes conditions à une telle entrevue. «Il y aura des préparatifs méticuleux. Nous ouvrirons des voies de communication, nous bâtirons un ordre du jour, coopérerons étroitement avec nos alliés et nous évaluerons les chances de succès».
Avant de souligner: «Je n'ai aucun intérêt à m'asseoir avec nos adversaires s'il ne s'agit que de discuter. Mais, en tant que président des Etats-Unis, j'adopterai une diplomatie ferme et fondée sur des principes avec le dirigeant iranien compétent au moment et à l'endroit de mon choix, si et seulement si cela peut servir les intérêts des Etats-Unis»...
L'analyste politique Saïd Leylaz, proche des modérés, a ainsi estimé ce mercredi que l'ouverture éventuelle d'un dialogue avec Téhéran pourrait «affaiblir les radicaux en Iran. Les slogans durs et extrémistes ne trouveront plus preneurs».

-Un « jour nouveau » entre Obama et l'Iran ?
"..Voici quelques extraits de la réaction officielle du gouvernement iranien, diffusée via un communiqué de presse préparé par Ali Akbar Javanfekr, le conseiller de presse du président Ahmadinejad :«Les Etats-Unis doivent reconnaître leurs erreurs passées et les réparer afin de mettre de côté les différences entre les deux pays», a-t-il dit.«Si la bonne volonté du président Obama va au-delà des mots et qu'il fait des actes concrets, le gouvernement et les responsables iraniens ne vont pas lui tourner le dos», a-t-il ajouté.Parmi les «erreurs passées», le conseiller a cité le rôle des Etats-Unis dans le «coup d'Etat contre le gouvernement nationaliste de Mohammad Mossadegh en 1953», «le soutien des Etats-Unis à Saddam Hussein» durant la guerre Iran-Irak (1980-1988), mais aussi «les sanctions économiques contre l'Iran ou encore le soutien aux Monafeghines», littéralement «hypocrites» - terme utilisé pour désigner les Moujahidine du peuple, le principal groupe d'opposition armé iranien..."

-Israël met en garde Obama sur l'Iran:
"Israël a mis en garde jeudi le président élu des Etats-Unis, Barack Obama, contre les risques d'un dialogue direct avec l'Iran, susceptible d'être perçu comme un signe de faiblesse. "Nous vivons dans un environnement où, parfois, dans une situation où après avoir imposé des sanctions vous vous tournez vers le dialogue, ce dernier peut être interprété comme une faiblesse", a déclaré la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, sur Radio Israël. La ministre, interrogée sur une éventuelle modification de la politique américaine au Moyen-Orient, est la première responsable israélienne à exprimer une note discordante après la victoire d'Obama. Au journaliste lui demandant si elle était partisane d'un dialogue entre les Etats-Unis et l'Iran, elle a poursuivi: "La réponse est non." Mais Livni, qui conduira le parti Kadima aux législatives israéliennes anticipées du 10 février, a aussi relevé que le futur président refusait la perspective de voir l'Iran accéder au rang de puissance nucléaire"

-Etats Unis - Iran : histoire d’une divergence d’intérêts | AgoraVox
-Iran - Wikipédia
_____________
-BUSH et l'IRAN
-IRAN et bruits de bottes
- Etre iranien aujourd'hui

Aucun commentaire: