Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 24 août 2012

Afrique du sud : platine et vie humaine..

Les damnés de la mine                  
______________________________________________________________________ __Notes sur une révolte_
Welcome to Lonmin
__________________ Germinal en Afrique du Sud
_Régulièrement, ce pays se rappelle à nous par des flambées de révoltes parfois sauvagement réprimées.
La récente tuerie de Marikana en est la dernière et tragique illustration.
 "Tout d'un coup, notre pays a basculé dans les années noires de son passé et nous avons vu la 'nation arc-en-ciel' disparaître rapidement dans le sillage d'une telle brutalité", a déclaré Mathole Motshekga, chef du groupe parlementaire de l'ANC au cours d'un débat mardi.
La première puissance économique d'Afrique connaît un taux de chômage record, une situation sociale très dégradée, surtout dans les townships (40% des villes).
Peu de choses ont changé depuis la fin de l'apartheid. Les vrais producteurs sont toujours exclus des richesses qu'ils extraient de la terre dans des conditions qui ont peu évolué.
La situation des plus pauvres s'est considérablement aggravée, surtout pour les mineurs, souvent recrutés à l'extérieur du pays par des rabatteurs, pour des raisons essentiellement salariales. La «flexibilité régulée» avantage les grandes compagnies, sud-africaines ou étrangères.
_L'apartheid n'est plus racial, mais économique et social. La division syndicale, parfois violente, est entretenue dans l'intérêt des puissantes compagnies.
L'ANC n'est plus ce qu'elle était. La politique libérale qui s'est appliquée après Mendela a instauré de nouvelles fractures sociales. Le pays, devenu bon élève du FMI, le courtise maintenant.
Malgré les massacres, le platine flambe...
Sans doute cet événement marque-t-il un tournant...
 "...Ce que personne – à part les mineurs eux-mêmes – n’a osé dire, c’est que l’industrie minière reste dépendante d’une main d’oeuvre bon marché et flexible, dont beaucoup continue à venir des pays voisins. Du point de vue historique, c’est ce qui a été la source de la plupart des doléances des mineurs. Une étude récente de la Fondation Bench Marks sur les mines de platine dans la province du Nord-ouest a divulgué un certain nombre de facteurs qui entraînent le mécontentement croissant des travailleurs de la région.
La mine de Lonmin s’est distinguée par son niveau élevé d’accidents mortels, les piètres conditions de vie des travailleurs et le fait qu’elle n’engage pas assez de mineurs de la région. Le fait peut-être le plus significatif est que presque un tiers de la force de travail de Lonmin est engagé par des entreprises sous-traitantes. Cette forme d’emploi n’est pas nouvelle dans l’industrie minière. En effet, depuis la découverte de ces ressources minérales au XIXe siècle des recruteurs de main-d’œuvre ont sillonné la moitié sud du continent à la recherche de travailleurs. La présence continuelle de ces «courtiers de travail» sur les mines et la réticence de l’ANC à les bannir – optant au contraire pour un système de régulation croissante – est la vérité sanglante de la soit-disante «flexibilité régulée» en Afrique du Sud.
Cette même étude de Bench Marks livre bon nombre de conclusions qu’il vaut la peine de mentionner dans la mesure où elles éclairent certaines des critiques réelles qui se sont perdues au milieu des photos de machettes brandies. Le nombre d’accidents mortels à Lonmin a doublé depuis 2011 et la compagnie a systématiquement ignoré les demandes de recruter parmi les populations locales, favorisant les sous-traitants et les travailleurs migrants. Voici ce qu’a révélé une visite de l’équipe de recherche de la Fondation Bench Marks à Marikana:
«Une prolifération de cahutes et de bidonvilles, la détérioration rapide de l’infrastructure formelle et des logements à Marikana même, et le fait qu’un secteur du township construit par Lonmin n’a pas reçu du courant électrique pendant plus d’un mois au moment de notre dernière visite. Au Township RDP nous avons trouvé, dans trois emplacements différents, des systèmes d’égouts endommagés qui se déversaient directement dans le fleuve."..."
__________________
-Paru dans Agoravox

Aucun commentaire: