Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 10 janvier 2013

FMI: on avait tout faux...

Alertez La-garde!  
_______________Madame la Marquise,
On déplore un tout petit rien, un incident, une bêtise...♪♫
Juste une erreur de calcul...
 Pardon pour les sacrifiés sur l'autel de l'austérité, en Grèce et ailleurs..
  C'est ballot!
Une erreur de formule : ΔYi,t:t+1 = α + β Forecast of ΔFi,t:t+1|t + ε i,t:t+1...
  "Voilà à quoi ressemble l’équation qui a été incapable de faire le lien entre coupe budgétaire des Etats - les fameuses "économies" exigées sous la menace - et baisse de rentrée fiscale. C’est le « multiplicateur fiscal », outil économique qui a plus ou moins montré qu’il fonctionnait entre la seconde guerre mondiale et 2008, mais qui est incapable de prévoir l’ampleur des effets d’une panique généralisée ou d’une franche baisse de moral des populations..."
Et voilà pourquoi votre fille était muette! 
 Une banale  erreur humaine. Mais c'était bien sûr!
_Voilà, c'est réparé. Faute avouée....Tout le monde peut se tromper.
Mais on fait quoi, maintenant?...
____________
_______Faut-il en rire ou en pleurer?
Voilà qui est digne du Père Ubu.
 Comme le médecin qui se trompe gravement  de remède et propose de le poursuivre, malgré l'accentuation du mal.
Les experts disaient: la rigueur est incontournable. Même en Grèce, il faut doubler les doses, sans morphine.
Le bon sens remarquait pourtant: elle est absurde et contreproductive. Il ne fallait pas être grand clerc pour imaginer ce qui devait arriver. Faire crever le malade dans les pires conditions.
Et il n'y a pas que la Grèce...Le FMI... remet en cause désormais tous les modèles appliqués à 26 pays européens.
 L’Espagne s’enfonçait, mais les économistes— « les meilleurs du monde », selon le mot de M. Michel Camdessus quand il dirigeait cette institution __poursuivaient leur tâche très professionnelle...
Comme dit Paul Krugman, "...Il est tentant de dire que les échecs économiques des dernières années sont la preuve que les économistes n'apportent pas de réponses. Mais la vérité est en fait bien pire : en réalité, l'économie a apporté de bonnes réponses, mais les dirigeants politiques – et bien trop d'économistes – ont choisi d'oublier et d'ignorer ce qu'ils auraient dû savoir."
Le FMI a retenu ce qui l'arrangeait, ce qui correspondait à ses prénotions, ses a priori idéologiques. 
Les modèles mathématiques et les algorithmes complexes ont montré leurs limites depuis longtemps, leur fonction de paravents de pratiques douteuses et de multiplicateurs de crise, comme dans le Trading haute fréquence.
Lordon avait depuis longtemps fustigé la misère épistémique de certains comportements économiques, les dérives de certains économistes, surtout ceux qu'on appelle d'influence, en phase avec les errances des marchés, aveuglés par un ultralibéralisme à courte vue.
_____"Ce que nous voulons simplement rappeler, c’est que les décisions humaines engageant l’avenir sur le plan personnel, politique ou économique ne peuvent être inspirées par une stricte prévision mathématique, puisque la base d’une telle prévision n’existe pas" disait un certain Keynes en 1936.
__________________
Paru dans Agoravox

Aucun commentaire: