Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

lundi 14 décembre 2015

Energies renouvelables: un tournant?

 Peut-être.
              Pour une fois, suivons les plus optimistes.
                      Malgré le bilan très mitigé de la COP 21, qui a eu au moins le mérite d'exister et a vu une certaine convergence d'intentions internationales, mais  sans aspects vraiment contraignants...
       Que penser de l'engagement verbal de certains groupes industriels et financiers?
   On peut rester sceptique mais on peut entendre en partie certaines raisons d'être optimiste, avec les nuances nécessaires dues à de multiples silences et incertitudes, si on peut faire confiance aux organismes publics et privés à l'origine de certaines projections et ambitions:
   Telles qu'elles sont formulés ici:
           Quelle que soit l’issue de la COP21, l’année 2015 restera celle du grand tournant des énergies renouvelables. C’est ce qu’affirment les analystes des groupes financiers Bloomberg et Goldman Sachs, peu suspects d’être des militants écolos.
    En 2015, l’énergie éolienne est devenue la source d’électricité la moins chère, même sans aides de l’État, en Allemagne et au Royaume-Uni, deux pays du G7, dont les économies sont parmi les plus puissantes de la planète, d’après Bloomberg. Le Danemark, qui ne fait pas partie du G7, a franchi le même seuil en 2014. Les États-Unis et la Chine le franchiront d’ici 2023. Et en 2030, l’éolien et le solaire photovoltaïque seront les sources d’énergie les moins coûteuses dans l’ensemble de l’Europe.
Parc éolien de Whitelee, Écosse, en 2009 © Reuters/David Moir                                           [Parc éolien de Whitelee, Écosse, en 2009 © Reuters/David Moir]
        D’ici 2040, les deux tiers des investissements mondiaux pour construire de nouvelles centrales électriques, soit 8 000 milliards de dollars, seront placés dans les énergies renouvelables, selon une étude de Bloomberg New Energy Finance (BNEF), branche du groupe Bloomberg spécialisée dans l’énergie.
     Les analystes de Goldman Sachs abondent dans le même sens. Ils observent qu’en 2015, la capitalisation boursière des quatre premières compagnies de charbon aux États-Unis a baissé de plus de 90 %. Cette même année, « l’éolien et le solaire photovoltaïque vont pour la première fois dépasser le seuil de 100 gigawatts de nouvelles installations et permettent désormais, d’après nos estimations, d’éviter une gigatonne d’émissions de CO2 par an, écrivent-ils dans un rapport tout récent. Alors que les débats politiques se focalisent souvent sur les prévisions pour 2030 et les objectifs pour 2050, nous prévoyons que les plus grands bouleversements du marché se produiront entre 2015 et 2025 ».
       Entre 2009 et 2014, les investissements globaux dans l’énergie éolienne et solaire ont été de 1 000 milliards de dollars, entraînant une baisse importante du coût de ces énergies (précisons qu'il s'agit des éoliennes terrestres, celles installées en mer étant encore coûteuses). Les nouvelles éoliennes et les panneaux solaires installés dans le monde vont produire plus d’énergie dans les cinq prochaines années que le gaz de schiste aux États-Unis pendant la période 2010-2015, prévoient les analystes de Goldman Sachs. Ils estiment que le marché du bas carbone représente 600 milliards de dollars par an (550 millions d’euros), et sera dominé par quatre technologies : les lampes LED (qui consomment jusqu’à 80 % de moins que les ampoules électriques classiques), le photovoltaïque solaire, les éoliennes terrestres et les véhicules hybrides ou électriques.
     « D’ici 2020, six sur dix lampes seront des LED et les constructeurs de voitures vont vendre 25 millions d’électriques et hybrides », lit-on dans le rapport de Goldman Sachs. Les mêmes experts prévoient que d’ici 2020, la Chine construira 23 gigawatts de centrales à charbon et 40 gigawatts de centrales au gaz, mais dans le même temps installera 193 gigawatts de solaire et d’éolien. Autrement dit, trois fois plus d’installations utilisant les énergies renouvelables que les combustibles fossiles.
Au total, les analystes pensent que ces développements technologiques vont permettre de faire baisser les émissions globales de CO2 dès 2020, et d’éviter 5,3 gigatonnes d’émissions en 2025.
      D’ores et déjà, la progression de l’éolien est irrésistible et observable à l’échelle mondiale. En 2008, il y avait 120 gigawatts de puissance éolienne installée dans le monde, à peu près deux fois l’équivalent de toutes les centrales nucléaires françaises. Fin 2014, les éoliennes dans le monde représentaient 369,6 gigawatts, plus du triple de la puissance installée en 2008 et plus de vingt fois celle qui existait en 2000. La Chine est le leader mondial, avec une puissance éolienne qui devrait dépasser en 2015 celle de toutes les centrales électriques françaises. Les États-Unis viennent au deuxième rang, l’Allemagne au troisième, suivie de l’Espagne et de l’Inde, et la France est en huitième position.
      Déjà en 2013, une étude de Bloomberg montrait qu’en Australie, il devenait moins coûteux de construire des éoliennes que de nouvelles centrales thermiques à charbon ou à gaz, même sans subventions. Le prix de l’électricité fournie par une nouvelle ferme éolienne était de 80 dollars australiens par MWh, contre 143 pour une nouvelle centrale à charbon et 116 pour une nouvelle centrale à gaz, en tenant compte du coût des émissions. Même sans prix du carbone, l’éolien était 14 % moins cher que le nouveau charbon et 18 % moins cher que le nouveau gaz.
         « La notion que les combustibles fossiles sont bon marché et que les énergies renouvelables sont chères est dépassée, déclare en février 2013 Michael Liebreich, directeur exécutif de BNEF. Le fait que l’énergie du vent soit maintenant moins chère que le charbon et le gaz [en Australie], pays dont les ressources en combustibles fossiles sont parmi les meilleures mondiales, montre que l’énergie propre est capable de changer la donne et de renverser l’économie des systèmes d’énergie. »
    Conclusion de BNEF : dans le futur, d’ici 2030, l’économie australienne s’appuiera en grande partie sur les énergies renouvelables et l’investissement dans les combustibles fossiles devrait être limité, même si les vieilles centrales thermiques resteront rentables, du fait que leur coût sera amorti. Même le gaz devrait être moins rentable que les éoliennes et les grands panneaux photovoltaïques d’ici une décennie, du fait que l’on disposera de technologies pour gérer l’intermittence du vent et de l’ensoleillement, estiment les analystes de Bloomberg. 
      L’Allemagne, elle, a affirmé une forte volonté politique en faveur de l’environnement. Elle a mis en place un programme de transition énergétique très volontariste, « Energiewende », qui a commencé par la sortie du nucléaire, d’où un recours au charbon et des émissions accrues dans une première phase. Mais les émissions sont aujourd’hui redescendues à leur niveau de 2009 et la production éolienne allemande représente désormais 45 % de celle de l’Europe. (*) 
     L’efficacité du programme Energiewende s’est manifestée juste au moment de l’ouverture de la COP21, grâce à la météo. Fin novembre, l’Allemagne a connu quelques jours de grand vent qui ont mis en vedette les éoliennes installées Outre-Rhin. Le soir du dimanche 29 novembre, les fermes éoliennes d’Allemagne ont produit un record historique de 35,25 gigawatts d’énergie, rapporte Leonid Bershidsky sur Bloomberg. Pendant la plus grande partie du week-end, plus de la moitié de l’électricité germanique était issue du vent, et quasiment gratuite.
  En été, par une journée ensoleillée, le photovoltaïque combiné au vent peut produire jusqu’aux trois quarts de l’électricité allemande. Le 25 juillet dernier, le record de 78 % d’électricité renouvelable a été atteint en cumulant éolien, solaire photovoltaïque, biomasse et hydraulique.
Bien sûr, ces performances se produisent de manière ponctuelle, et il y a aussi des jours sans vent ni soleil. Mais au total, l’Allemagne est en passe de franchir le seuil d’un tiers d’électricité renouvelable en 2015, contre 27,4 % en 2014. Et l’objectif de 45 % d’ici 2040 sera sans doute atteint plus tôt que prévu. À terme, le principal obstacle sur la route vers les 100 % d’énergies renouvelables est le caractère fluctuant du vent et de l’ensoleillement, mais les technologies de stockage qui permettront de pallier ce problème progressent rapidement.
       Certains pays disposent d’une configuration très favorable qui limite le handicap de l’intermittence. C’est le cas du Danemark, qui a produit 39 % de son électricité par énergie éolienne en 2014. Selon The Guardian, en juillet 2015, les éoliennes danoises ont produit assez de courant pour satisfaire la demande du pays et exporter de l’électricité en Allemagne, Suède et Norvège (voir notre article). Un jour très venteux, les éoliennes danoises ont produit 116 % de la demande du pays, avec un pic de 140 %. L’interconnexion a permis de récupérer 80 % du surplus de courant et de le partager entre l’Allemagne et la Norvège, qui peuvent le stocker par des systèmes hydrauliques. La Suède a bénéficié des 20 % restants (on peut observer en temps réel la production d’électricité du Danemark et ses échanges avec ses voisins sur le site energinet.dk).
      Le Danemark ambitionne de parvenir à 50 % d’électricité renouvelable d’ici 2020. L’énergie du vent produit 20 % de l’électricité au Portugal et 18 % en Espagne. En France, avec 9,285 gigawatts installés fin 2014, on est encore très loin des capacités potentielles, et l'électricité éolienne ne représente qu'environ 3 % de la production du pays, aux trois quarts nucléaires. Mais l'Ademe (Agence nationale de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a conçu un scénario d'électricité produite à 100 % par des énergies renouvelables à l'horizon 2050 (voir notre article).
      Aux États-Unis, les éoliennes terrestres représentent 31 % des nouvelles capacités de production d’électricité installées de 2008 à 2014. L’électricité d’origine éolienne a atteint son prix le plus bas en 2014 et continue de diminuer, de même que le photovoltaïque solaire qui progresse rapidement. Les deux combinés produisent environ 5 % de l’électricité aux États-Unis, ce qui est une petite fraction, mais un cercle vertueux est en train de se mettre en place et la part de production par les renouvelables augmente exponentiellement.
En tenant compte des aides gouvernementales, l’électricité éolienne est devenue la moins chère aux États-Unis en 2014, et le sera sans subventions avant dix ans. La situation est similaire pour le solaire, avec un décalage de cinq à dix ans. Mais les experts de BNEF pensent qu’à partir de 2025 environ, les panneaux solaires seront devenus moins chers et prendront le pas sur les éoliennes aux États-Unis, et un peu plus tard en Europe et en Chine.
      En 2040, selon les prévisions de BNEF, l’Europe dans son ensemble aura suivi l’exemple de l’Allemagne et du Danemark : un tiers de l’électricité européenne devrait être produite par des panneaux solaires et un cinquième par des éoliennes, tandis que la part des combustibles fossiles ne serait plus que d’un sixième environ, et celle du nucléaire d’un vingtième. Les États-Unis, la Chine et l’Inde devraient recourir davantage aux combustibles fossiles. Pour la planète entière, la prévision est que la part des combustibles fossiles sera encore de 44 %, contre deux tiers aujourd’hui. De ce fait, les analystes de BNEF pronostiquent que les émissions de CO2 n’atteindront pas leur pic avant 2029 et vont rester élevées jusqu’à 2040.
     Leurs collègues de Goldman Sachs pensent, eux, que le pic pourrait survenir dès 2020. Ils prévoient un déploiement rapide des éoliennes terrestres et des panneaux solaires, remplaçant le charbon et le gaz à proportions égales. En associant leurs projections à une forte volonté politique, il semble plausible de parvenir à un scénario à 100 % d'énergie renouvelable dans plusieurs pays d'Europe d'ici 2030 ou 2040. Le scénario de l'Ademe pour la France, qui vise le milieu du siècle, apparaît relativement prudent.
     Les analystes observent cependant que les réductions obtenues avec leurs hypothèses ne suffiraient pas à éviter un réchauffement supérieur à 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Cela vient de ce que même si les renouvelables sont portées par une dynamique industrielle, des pesanteurs économiques et politiques vont prolonger l'emploi des énergies fossiles.
     Pour aller plus loin et plus vite, il faut tabler sur des politiques incitatrices et volontaristes, à l'image de celles de l'Allemagne ou du Danemark. Les analystes soulignent que les techniques bas carbone dont ils prévoient l’essor – éolien, photovoltaïques, LED et véhicules hybrides ou électriques – ne sont pas le seul moyen de réduire les émissions. Remplacer le charbon par du gaz ou économiser l’énergie est aussi efficace, et peut être moins coûteux. Et si l’on veut vraiment rester sous les 2 °C, il faut une stratégie agressive de remplacement du charbon.
     Un autre document, dû à Climate Policy Initiative, think tank financé par le milliardaire Georges Soros, montre que 80 % des réductions d’émissions nécessaires pour rester sur la trajectoire des 2 °C pourraient être obtenues en diminuant la consommation de charbon. La moitié de cette baisse du charbon concernerait la Chine. Ce qui amplifie la dimension politique du problème. Pour des pays comme la Chine et l’Inde, le charbon est la manière la plus accessible de répondre à la demande énergétique. Et même dans une économie riche comme celle de l’Australie, il y a une pression pour maintenir l’usage du charbon.
   Seule une politique très volontariste peut conduire à réduire rapidement l’utilisation du charbon, et plus généralement des combustibles fossiles. Or, globalement, plus de la moitié des actifs des combustibles fossiles appartiennent à des gouvernements, ou sont contrôlés par eux. Autrement dit, si le développement des renouvelables est irrésistible et va réduire les émissions par une logique économique inéluctable, les décisions à l’échelle nationale des différents pays vont continuer de jouer un grand rôle. Car ces décisions vont peser lourdement sur la vitesse à laquelle on se débarrassera des énergies fossiles.
    « Les discussions les plus chaudes à la COP21 (…) vont porter sur la manière de partager le coût de la réduction des émissions entre pays riches et pauvres, écrit Leonid Bershidsky pour Bloomberg. L’Allemagne a déjà répondu à la question en choisissant de porter unilatéralement le fardeau de la transition énergétique. C’est une question de volonté, et le degré de volonté requis diminue chaque année à mesure que les progrès technologiques font des énergies renouvelables une alternative viable économiquement aux combustibles fossiles. »
(Merci à Mediapart)__________
- Un accord de Paris schizophène
- Un sommet d'ambigüité
-Le rapport caché sur une France 100% renouvelable Par christophe Gueugneau et Jade Lindgaard 
-Le pari de la révolution verte du Danemark
- Avenir de l'énergie hydrolienne
-(*)   Allemagne: transition énergétique problématique
_______________________________________

Aucun commentaire: