Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 1 août 2017

Téléréalité à Washington

Naufrage à la Maison Blanche?
                                        La  navigation à vue ou à l'instinct continue, dans un désordre sidérant pour plus d'un Américain.
          Imprévisible. On était prévenu dès le départ.
                                              Dans des eaux agitées et incertaines.
  Est-ce l'expérience malheureuse du Titanic qui se prépare? se demandent certains.
     Rien ne se passe totalement comme prévu. C'était annoncé.
  Rien qui ressemble à une diplomatie un tant soit peu cohérente. C'est la succession des coups de tête et les tweets à la petite semaine, dans un bricolage où les proches ne s'y retrouvent plus quand ils ne sont pas en conflit entre eux, l'un chassant l'autre, au gré des humeurs du moment et de la pesanteur du réel.
  Les grandes annonces claironnées sont reportées ou contrées
     Le bilan est, va-t-on dire, mitigé. Les contre-pouvoirs finissent par fonctionner un tant soit peu.
 Le Grand Twitter a trouvé à qui parler
   De plus, Trump met fin à un programme secret de la CIA visant à armer des rebelles anti-Assad en Syrie,
 Tout en se soumettant aux souhaits des Faucons de la guerre
     L’avenir, on verra demain....
        Le grand perturbateur n'en fait qu'à sa tête, encore persuadé que le réel se pliera  à ses fantaisies.               A en donner le tournis aux observateurs.
                         Peut-on encore sauver l'Amérique de Trump, la remettre sur rails?
  Difficile, quand on connaît le degré d'immaturité, d'obstination, de  culture du patron et sa capacité d'inadaptation et de méconnaissance des réalités. Au charbon, il a montré son impréparation et ses revirements d'enfant gâté.
  C'est mieux qu'un feuilleton de téléréalité.
    Déjà certains parlent sérieusement de destitution, craignant des aventures tragiques pour le pays désemparés.  Attendez-vous encore à être surpris, comme disait autrefois la chroniqueuse G.Tabouis
       Le tragique pourrait bien prendre la place du burlesque.
____________________________

Aucun commentaire: