Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 24 août 2017

Autre face cachée (2)

Celle du web
                      Que l'on a pu comparer à un iceberg, où la partie visible, utilisée couramment, par les voies d'accès reconnues, ne représente qu' une partie de ce qui se développe dans des profondeurs.



    Ces métaphores de la profondeur (deep web) et de l'obscurité (dark web) ne doivent pas faire illusion. Le "secret" de ces fonctions de la toile, inconnue ou méconnue du grand public, ne relève que la logique informatique, d'une rare complexité théorique pour le non initié, même si par le biais de Tor, une part des données sont accessibles à certaines personnes ou à certains services dont l'anonymat doit être garanti, pour des raisons évidentes, comme des services de police. Mais non sans failles possibles. Par ce biais, les données sont seulement accessibles via des logiciels, des configurations ou des autorisations spécifiques.
   Elles sont souvent associées à des activités illicites, voire criminelles, mais, si elles les permettent, du fait d'un anonymat garanti, elles ne réduisent pas à cela.
    Elles peuvent être utiles dans le domaine du savoir et de la recherche, dans le domaine universitaire ou militaire, ou dans celui de l'investigation policière.
 En fait, pour les praticiens expérimentés, le net profond est bien moins sombre que ce que l'on pourrait croire et peut être vulnérable (*)
    Un outil qui peut fonctionner pour le meilleur ou pour le pire. Le problème est que le pire peut proliférer étant donnée sa garantie -théorique- d'anonymat.
  Bref, sur ses deux niveaux cachés, l'usage du web présente de profondes ambiguïtés.
      Mais l'histoire de la toile, si récente, n'a peut être pas fait la moitié de son chemin...
________________________________________________
(*) ...Les développeurs de Tor, ainsi que certaines organisations comme l’Electronic Frontier Foundation (EFF), soutiennent que la majorité de ses utilisateurs sont des militants ou des gens simplement soucieux de protéger leur vie privée. Tor a été ainsi utilisé par le passé pour permettre les échanges entre les journalistes et les lanceurs d’alerte comme Edward Snowden.
   Mais en jetant un rapide coup d’œil sur Hidden Wiki – le principal indice répertoriant les sites du dark web –, on s’aperçoit que la plus grande part des sites mentionnés concernent des activités illégales. Certains d’entre eux ne sont que de vastes escroqueries, il est donc difficile de dire s’il est facile ou non d’acheter des armes ou de faux passeports. Mais il existe indéniablement des sites du dark web où ces choses sont tout à fait possibles.
   Bien que le dark web rende l’application des lois difficile, il y a eu de nombreuses arrestations mettant fin à des activités illégales et punissant les consommateurs. La plus retentissante fut sans doute celle de Ross Ulbricht, le propriétaire du site de vente de drogues, Silk Road."
__________________________

Aucun commentaire: