Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 2 août 2017

Yemen: tragédie oubliée

Et occultée.
                  Qui connaît le Yemen?
                                      Bien peu,sinon abstraitement.
      Qui connaît l'état du pays, réduit à un état effroyable du fait de la guerre qui s'y livre depuis quelques années, largement victime collatérale des confits affectant les pays voisins, sous la pression meurtrière du voisin, l'Arabie Saoudite?
      Dans le quasi-silence diplomatique. Alors que l'état sanitaire du pays est catastrophique.
            Un pays en voie de destruction avancée
   Juste quelques entre-filets dans la presse, quand elle s'y intéresse. 
         Silence! On bombarde, on affame.
   Déjà en 2010, dans ce pays compliqué, des menaces se manifestaient dans ce qu'on appelait parfois le triangle du diable. Des intégrismes y trouvent refuge après le désastre irakien, s'insérant dans ce pays fragile déjà divisé et animé de conflits internes. sur fond d'intérêts gaziers.
      Un pays devenu une proie facile pour les extrémismes se livrant à une guerre interposée et ouvert à la violente intervention aérienne de l'Arabie saoudite, suréquipée par l'Occident.
    On comprend comment s'explique que ce conflit soit si peu médiatisé et pourquoi la France se tait...
      Une guerre dont les enjeux sont occultés:
...Le Yémen est un des théâtres de la féroce lutte d’influence entre l’Arabie saoudite et l’Iran, qui se joue aussi en Syrie ou en Irak. Mais la guerre agit aussi comme le révélateur d’autres fractures, notamment celle entre le nord et le sud du pays. Alors que le conflit semble enlisé et que la situation humanitaire devient intenable, le Yémen semble menacé de destruction massive. Dans ce contexte, les djihadistes, à commencer par Al-Qaida dans la péninsule Arabique (AQPA), tapis en embuscade, voient des opportunités à saisir.
....Il revient à quelques fonctionnaires du Fonds monétaire international (FMI) d’avoir, involontairement, allumé l’étincelle d’une situation qui n’attendait que d’exploser. En 2014, sous pression de l’institution financière, le pouvoir de l’époque – avec à sa tête le président Abd Rabo Mansour Hadi – annonce la suppression de subventions sur les produits pétroliers. Les manifestations s’étendent,...
    Le pays est devenu tragiquement un otage.
         La population paie un prix très lourd les affrontements qui la dépassent.
                      Une tragédie à nos portes.
_______________________




Aucun commentaire: