Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 20 juin 2018

Y a comme un défaut

L'embêtant, c'est la mortalité.
                                            Et si on changeait la donne?
     Nos premiers géniteurs ont tout fait capoter, ces cons.
          Nous étions bien destinés à une vie sans fin, dans des conditions on ne peut plus idéales.
      Hélas! Eve n'a vu que son intérêt à court terme.
  Et patatras! Un jour notre corps nous abandonne.
     Le Grand Architecte aurait pu anticiper cette défaillance fatale.
       A croire qu'il était en RTT, comme trop souvent depuis. désertant son ouvrage.
   Pas étonnant qu'on finisse par l'oublier, à part quelques-uns.
                    Heureusement, quelques petits gars qui n'ont pas froid au yeux, veulent réparer l'erreur.
  Pas seulement en pensée, mais dans leurs laboratoires, ou plutôt devant leurs ordinateurs.
   Le numérique sortira l'humanité de l'ornière fatale, de la fameuse grande blessure narcissique dont parlait Freud. Il va falloir s'y préparer, c'est pour demain. Sans rigoler.
   L'homme éternel est presque à notre portée selon les petits génies de la Silicon Valley, reprenant avec sérieux un vieux rêve et les vaines tentatives de certains utopistes soviétiques des années 20. Il ne manque plus que quelques algorithmes à affiner.
      Le plan Ambrosia ne suffira pas.Le patron d'Amazon veut aller plus loin: Jeff Bezos a investi dans Unity Biotechnology, qui travaille sur le ralentissement des cellules humaines. Serge Brin, cofondateur de Coogle a déboursé un milliards de dollars a créé Callico, pour des recherches intensives sur l'allongement (infini?) de la vie.
   Ray Kurzwail, directeur technique chez Google, est un précurseur du transhumanisme. Il annonce pour 2045 le saut vers l'immortalité. Comme Peter Thiel, de paypal, fervent de biotechnologie.
  Voilà qui va redonner vigueur à la notion de progrès, qui avait du plomb dans l'aile.
    Au-delà de la médecine 2.0, asservie aux big data.
  L'homme de demain est à notre portée. La posthumanité nous sourit. L'éternité est à l'horizon.
             La mort va cesser d'être un problème métaphysique pour devenir un problème technologique.
      C'est aussi simple que cela...
  Vive la régénération perpétuelle de l'espèce...à condition de s'abstenir de faire des enfants, cette source de tracas!
  Tant pis si l'éternité pourra paraître bien longue, surtout à la fin...
__________________________________

Aucun commentaire: