Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

dimanche 22 novembre 2009

Chine-USA : entente (moins) cordiale ?

Complémentarité conflictuelle


-La guerre des tigres-





-Grâce à sa vertigineuse croissance économique, la Chine génère des conflits, assimilés à une « guerre sans limites ». Le champ de bataille s’étend désormais à l’énergie, aux médias, à la finance, au commerce ou encore à l’industrie, et culmine avec le cyberespace, qui déploie des armées de soldats numériques. A la guerre militaire conventionnelle se substituent alors de nouvelles règles : « Gagner le combat sans tirer une balle ou plutôt gagner le combat sans perdre un seul homme », explique un ancien dirigeant de la CIA en Asie. Reste à méditer la phrase de Deng Xiaoping : « Il ne peut y avoir deux tigres sur la même colline. » (F5)

-"..Ce lundi matin, la République populaire, par la voix du porte-parole au ministère du Commerce, a taxé les Washington de protectionnisme croissant. «Les Etats-Unis et d'autres pays occidentaux étaient des partisans de la liberté de commerce (...), et nous avons soudain des Etats-Unis protectionnnistes, a déclaré à la presse Yao Jian. Les Etats-Unis (...) ne devraient pas créer diverses barrières commerciales pour protéger leur industrie nationale.»Le porte-parole de Pékin a par ailleurs réaffirmé que les autorités chinoises préserveraient la stabilité du yuan, s'indignant des pressions «injustes» des Etats-Unis pour une réévaluation de la monnaie chinoise, alors qu'eux-mêmes ont laisser le billet vert se déprécier «pour accroître leur compétitivité».«Il est préjudiciable à la reprise mondiale et injuste [de la part des Etats-Unis] de demander aux autres [monnaies] de s'apprécier tout en laissant le dollar continuer de plonger», a déclaré Yao Jian. Le yuan est de facto réarrimé au dollar depuis l'été 2008. Et les grands partenaires commerciaux de la Chine - Etats-Unis et Union européenne en tête - l'accusent de garder sa monnaie sous-évaluée pour favoriser ses exportations...(Libé)__________________

Chine-USA : G2 ou aimable discorde ?:
"Nicolas Sarkozy avait réussi à convaincre le Président brésilien Lula de militer en faveur d’un G14, alternative au G8 de l’ancien temps et au G20 trop lourd à manier. De son côté, Barack Obama avait fait savoir qu’il trouvait ce « G-agenda » un peu trop chronophage. On comprend mieux pourquoi en voyant comment l’administration américaine a mis les petits plats dans les grands pour recevoir une délégation chinoise imposante de 150 membres et inaugurer ainsi ce que la presse internationale a immédiatement décrypté comme un G2 susceptible de remettre le monde sur les rails. Ah, que ce sigle sonne délicatement aux oreilles de nos économistes ! Imaginez un instant une fusion Chine-USA : l’ensemble serait parfaitement équilibré entre le déficit américain et l’excédent commercial chinois, et assez complémentaire, les nouvelles technologies, la chimie, l’industrie militaire et l’agro-alimentaire américains s’articulant bien aux atoûts industriels chinois. L’économiste Patrick Artus ne cesse de célébrer les vertus de cette alliance.
Oui mais la géolitique est plus proche de l’algèbre que de l’arithmétique. Autrement dit, on est peut-être en train de célébrer un G2 au moment où Etats-Unis et Chine voient se multiplier les sujets de discorde. La Chine et les Etats-Unis apparaissent comme les deux géants du monde. Mais ces géants ont de nombreuses faiblesses. Le déclin de l'empire américain n'est plus une lubie pour personne. Chacun sait que le leadership du dollar est compté et que l'industrie américaine aura toutes les peines du monde à se redresser. Quant à l'émergence chinoise, elle suscite de plus en plus d'inquiétude. Dans combien de temps la bulle immobilière du pays éclatera-t-elle ? Quand découvrirons-nous les actifs pourris de ses banques ?Chine et USA doivent aussi compter avec leurs nombreux différents. Pékin a besoin que les consommateurs américains continuent à acheter du made in China, alors qu’Obama espère de ses concitoyens qu’ils vont moins consommer et davantage épargner. Washington exigeait du gouvernement chinois qu’il réévalue la monnaie chinoise pour faire baisser le déficit commercial américain. Ce n’est plus de saison. En cédant une partie de leurs bons du Trésor et en évoquant l’hypothèse d’un nouveau système monétaire qui se passerait du dollar, la Chine a montré que les cartes économiques et monétaires étaient désormais dans sa main.
La Chine souhaite aussi que les capitaux de son plan de relance servent d’abord les intérêts des grands groupes chinois, d’où l’apparition d’un protectionnisme discret dans les appels d’offres de grands travaux. De son côté, le gouvernement américain est parfois obligé de lâcher du lest devant les lobbies industriels américain qui exigent des mesures protectionnistes.
Bref, si un nouvel équilibre se fait jour, il traduit le rapport de forces d’un moment et non les contours d’un nouveau monde. En fait, il faut lire à l’envers, à la manière d’Orwell le discours de Barack Obama : si le numéro un américain tend la main à la Chine aujourd’hui, c’est peut-être parce que celle-ci n’a pas vraiment besoin de la saisir. Ce G2 à moitié réussi pourrait finalement n’avoir qu’une seule vertu : montrer aux Européens, aux Russes et aux Japonais qu’ils auraient tout intérêt, eux aussi, à se concerter. Pour jeter les bases d’un capitalisme libéré de son virus spéculatif. On peut toujours rêver
. "
-Geithner fait "confiance" à la Chine pour laisser sa monnaie remonter

-La Chine avertit les USA qu’elle pourrait bientôt cesser de financer leur dette:
Les USA ne doivent pas espérer se sortir de cette crise en empruntant sans limite, car la Chine n’est pas prête à continuer ad vitam aeternam à recycler ses dollars sous forme de bons du Trésor, avertit le China Daily, un quotidien en langue étrangère contrôlé par le Parti Communiste. La Chine s’irrite visiblement du risque croissant de la chute de la valeur des bons US, et lance des menaces à peine voilées : « toute négligence sur la gravité de ce problème causerait de graves difficultés à la fois pour le débiteur et le créancier. »
-Vers une nouvelle guerre froide
-Vers une nouvelle guerre froide?
- La Chine verte et Gulliver verrouillé
- Le jeu dangereux du yuan faible
-Chine et USA engagés dans une nouvelle guerre froide pour l’or noir africain
____________________
-Chine: si loin, si près
- Que fera la Chine ?
-Craindre la Chine ?
- Mondialisation à crédit
- Economie chinoise : fragilités
-Chine et Etats-Unis : condamnés à vivre en paix ?

Aucun commentaire: