Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

lundi 17 mars 2014

"Partenariat" transatlantique(suite)

 TTIP toujours en question
                                             Le  dossier est déjà  lourd...
          La négociation qui se poursuit, dans l'urgence et la plus grande discrétion,  semble ne pas beaucoup préoccuper les responsables européens. On se demande même s'ils sont bien informés. Les réseaux d'influence sont actifs ainsi que les nombreux lobbies. Quant aux citoyens ordinaires, il sont soigneusement écartés d'un dossier jugé trop technique. Le secret est de rigueur.
     Le parlement européen, ne jouant qu'un rôle mineur,  applaudit officiellement, même si une minorité fait de la résistance, et les informations essentielles ne sont pas ou peu diffusées... Ce serait tout bénéfice pour notre économie, prétend-on. Ce serait sans doute vrai dans les profits de nos quelques multinationales. On voit mal Michelin ou Total s'opposer à une telle ouverture des échanges.
      Dès le départ, l’objectif de ce vieux projet est clair : “libéraliser autant que possible le commerce et l’investissement entre les deux blocs”. Le moyen d’y parvenir reposera essentiellement sur la réduction des barrières non-tarifaires. Celles-ci sont des restrictions résultant d’interdictions ou d’exigences spécifiques rendant difficiles ou onéreuses les importations ou les exportations. Elles sont en général aménagées par des réglementations gouvernementales concrétisées en de longues procédures bureaucratiques de contrôle, de mise en conformité,
La notion de partenariat est un terme qui fait illusion. Elle sous-entend une négociation entre égaux.
     Faut-il que la question soit d'importance pour qu'on commence à réagir Outre-Atlantique contre les  faux semblants du TTIP
   Les risques ne sont pas mineurs et il ne s'agit pas seulement d'harmoniser le commerce des biens matériels... La levée des barrières ne concernera pas que le fromage ou le vin...où il semblerait que nous ayons tout à gagner.
   C'est une menace globale, qui touche des questions de fond, pas seulement économiques.
Cela renforcera la main mise économique sur l'Europe, faible politiquement. Telles seraient les conséquences d'un tel accord, s'il est voté en l'état..
    L'affaiblissement des réglementtations étatiques sera de toutes façons favorable à la puissance des multinationales, qui poussent à l'ouverture maximale.
   Le lobbying à Bruxelles est intense pour activer le processus.
Les lignes Maginot invoquées ne tiendront pas, même si des concessions pourront être accordées sur des problèmes mineurs.
   La vassalité de la France, entamée depuis la fin de la guerre, accélérée depuis les années 80, pourrait connaître un virage décisif et difficilement réversible.
     Même les plus modérés commencent à s’inquiéter...
___________________

Aucun commentaire: