Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 19 décembre 2014

Israël: vers un tournant?

 ...Ou l'esquisse d'un début de tournant?
                                          Il y a lieu de rester prudent et circonspect.
          On a eu depuis Camp David,  Oslo, Annapolis, Genève, tant de raisons de croire à un tournant, une issue décisive.
  En vain.
  A chaque fois ce fut plutôt à un durcissement  auquel on assista, une radicalisation même parfois, une relance des colonisations.
     Actuellement, on s'active plutôt positivement dans les chancelleries.
Plusieurs pays, dont la France, moins timorée, le Parlement européen (du bout des lèvres) prennent des initiatives qui ont pour effet de rendre les autorités israëliennes furieuses.
 La Suisse fait même l'objet de pressions et de menaces.
    Cette réaction, ce revers pour la droite extrême de Tel Aviv, sont plutôt bon signe, l'Europe ayant été plutôt jusqu'ici en situation de retrait, voire de reniement.
  Mais "le compromis des eurodéputés paraît en retrait par rapport aux initiatives récentes dans certains Etats membres. La Suède a ainsi reconnu l'Etat de Palestine et les parlements français, britannique, espagnol, irlandais et luxembourgeois ont appelé à cette reconnaissance."
      Ce basculement, qui reste symbolique, est sans aucun doute la conséquence du traumatisme constitué par la dernière opération tragique de Gaza et la fuite en avant d'un régime compromettant l'avenir de la paix et de son pays, provoquant même une vive colère de nombre d'Israëliens restant encore lucides.
    C'est juste un bout de chemin, bien tardif.
Qui n'aboutira à rien, qui provoquera de nouvelles paralysies, s'il se heurte comme d'habitude au veto américain, l'allié toujours sûr  et le pourvoyeur de fonds.
   La surdité du régime de Netanyahou qui s'enferme dans la crispation est cependant toujours inquiétante et constitue un piège,  que d'aucuns estiment mortel.
       La crainte entretenue et instrumentalisée depuis des années, jouant sur la confusion entre antisémitisme et critiques légitimes d'un régime que bien des Juifs de par le monde et bien des Israëliens ne manquent pas de critiquer durement. Certains gardent le souvenir amer d'un Rabin courageux, victime de l'extrêmisme religieux.
     Ce courant désagrégateur n'a cessé de se durcir et de gagner du terrain au sein d'une opinion qui s'est de plus en plus droitisée, dans une société déchirée.
Il faudrait plutôt dire extrême-droitisée.
     Favorisant la montée inquiétante de faucons , comme Naftali Bennet..
L'armée, qui joue un rôle si fondamental, est de plus en plus colonisée par les religieux -(1)- est devenue explicitement l'armée de Dieu.    (2
           "... Début 2009, s’adressant à des soldats réunis sur la base de Tse’elim, dans le Negev, avant de participer à l’opération « Plomb durci », dans la bande de Gaza, un rabbin avait soutenu que « la bataille de Gaza est la guerre des fils de lumière contre les fils des ténèbres ». Un « halo de sainteté nous enveloppera dans cette guerre », avait poursuivi le religieux. Au cours du même rassemblement, une brochure du rabbinat militaire avait été distribuée aux soldats. On y lisait notamment qu’il est « interdit de céder un seul millimètre de la terre d’Israël » et que la cruauté à l’égard de l’ennemi « est parfois une vertu ».
En novembre de la même année, s’exprimant devant les étudiants de l’école militaire religieuse de la colonie de Karnei Shomron, à l’est de Qalqiliya, le rabbin Avichai Rontsky, aumônier en chef de l’armée israélienne, s’était référé au discours de Maimonide sur les lois de la guerre pour avertir ses auditeurs que « tout soldat qui manifesterait de la pitié à l’égard de l’ennemi serait damné »...
     Ce durcissement a de quoi faire réfléchir les plus enthousiastes.
          Le chemin sera encore long et seule une crise majeure provoquant un changement de régime et un changement d'attitude de Washington pourront modifier le paysage du MO.
  Heureusement, certaines personnalités israëliennes, ont encore quelques visions à moyen-terme:
       Dans un entretien à la chaîne israélienne Channel 2 accordé mi-janvier, l’ancien premier ministre Tzipi Livni disait : « Le monde ne comprend pas les implantations (sous-entendu "israéliennes en Cisjordanie"), affirme-t-elle. Les négociations de paix constituent une véritable digue contre cette vague (du boycott international). » Interrogée sur le risque pour Israël de se voir isolé à la manière de l’Afrique du Sud au milieu des années 1970, Livni répond sans détour : « Je crie :“réveillez-vous”», conclut-elle.
________________

Aucun commentaire: