Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 10 novembre 2015

Les (demi) vérités de Giscard

 VGE sur le tard...
                            La vérité sort parfois de la bouche des ...anciens
                                                                    Eloignés des affaires, à l'ultime étape de leur vie, parfois pour continuer à exister au moins médiatiquement, certaines anciennes figures de la République, qui ne vivent pas de peu, se rappellent à notre bon souvenir et semblent éprouver un plaisir parfois malin (pervers?) à mettre les pieds dans le plat, à revenir les yeux à demi-ouverts sur leurs actions passées et leurs conséquences.
Des aveux ou des demi-aveux souvent tardifs, qui ne manquent pas toujours d'intérêt.
     Giscard fut un président se voulant atypique, avec son mode de rupture vis à vis d'un certain protocole empesé gaullo-pompidolien, sa proximité plutôt jouée avec le peuple, son allure résolument moderne. On changeait d'époque, après un Mai 68 qui avait ouvert une brèche dans la société française jugée sclérosée. Il fallait selon lui ouvrir les portes de cette puissance moyenne.et la faire entrer dans la nouvelle ère libérale qui s'annonçait, la mondialisation heureuse.
   Il fut, avec la foi d'un croyant, un des pères fondateurs des institutions européennes...mais reconnaît aujourd'hui que son oeuvre a dérapé.
  Comme J. Delors, l'autre initiateur désabusé, un géniteur qui ne reconnaît plus son enfant.
      Pourtant la troisième voie ouverte par Valy ne pouvait aboutir essentiellement qu'à dissoudre peu à peu la souveraineté en aboutissant à un vaste marché libéral satisfaisant pleinement les intérêts américains.
    Le Traité de Lisbonne ne fut, comme il le reconnaît qu'une copie presque illisible des précédents traités. Une ruse électorale en quelque sorte.
  «Dans le traité de Lisbonne, rédigé exclusivement à partir du projet de traité constitutionnel, les outils sont exactement les mêmes. Seul l'ordre a été changé dans la boîte à outils. La boîte, elle-même, a été redécorée, en utilisant un modèle ancien, qui comporte trois casiers dans lesquels il faut fouiller pour trouver ce que l'on cherche.»
   Ardent militant d'une nouvelle Europe, Il finit par en briser les dogmes.
         Notamment en envisageant (inconstitutionnellement) une sortie possible de la Grèce qu'il a contribué à faire entrer contre l'avis de l'Allemagne (  La Grèce, berceau de la démocratie, ne peut jouer en deuxième division) et reconnaissant finalement qu'il était absurde de la faire entrer  dans la zone euro..
   Repentance, cynisme ou inconsciente?
        Sur la crise russo-ukrainienne, il se fait remarquer par ses remarques non orthodoxes, mais ne manquant pas de bon sens.
  ,        VGE: l'apôtre d' une modernisation contestée, aux zônes d'ombre reconnues?
  Favorisant l'entrée des capitaux privés danx la gestion financière de l'Etat et affaiblissant l'autonomie budgétaire, dont nous héritons aujourd'hui, après une ére de désindustrialisation poursuivie par Mitterand, d'inspiration thatcherienne. L'OMC dictait une nouvelle religion., Lamy, (même un peu repenti), était son prophète.
    Un miroir des contradictions de la construction européenne, aujourd'hui déséquilibrée et à l'arrêt, bien en panne..sur le bas côté d'une route aujourd'hui sans panneau indicateur...
         On attend le dépanneur...
____________

Aucun commentaire: