Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 17 juin 2016

Points du jour

*  Contrairement à ce qui est dit parfois, Hillary Clinton n'est pas "la première femme candidate à la présidence".

*  Une fusillade de plus. 
              Les armes à feu, nouvel enjeu de l’affrontement entre Trump et Clinton
                      Les tueries se suivent...

EDF renvoie le démantèlement de ses vieux réacteurs... au siècle prochain(?)
            Un cadeau empoisonné laissé aux générations futures.
              Insuffisances des provisions d'EDF pour financer les démantèlement à venir.

Bruxelles : la définition des perturbateurs endocriniens par la Commission européenne provoque un tollé.:
        Une bombe à retardement.

*  Certains métiers ont de l'avenir...

*  Le blasphème,  hier et aujourd'hui.

*   Les gouvernements ont démissionné face aux marchés financiers.
                ...Une contre-révolution fiscale s’est déployée depuis plus d’un quart de siècle. Son fil directeur a été de baisser par de multiples moyens les impôts payés par les ménages les plus riches et par les entreprises, en particulier les plus grandes. L’impôt sur le revenu est devenu de moins en moins progressif avec la diminution du nombre de tranches et les baisses successives du taux marginal supérieur. L’impôt sur les sociétés, véritable peau de chagrin, pèse trois fois plus lourd sur les PME que sur le CAC 40. Résultat imparable, l’Etat s’est appauvri : ses recettes représentaient 15,1% du PIB en 2009 contre 22,5% en 1982. On trouve là une des raisons de l’accroissement régulier de la dette publique avant même la crise financière. Car, contrairement à une antienne dont on nous rebat les oreilles, ce n’est pas l’explosion des dépenses publiques qui a creusé les déficits. Avant la crise, elles avaient même tendance à baisser : 55% du PIB en 1993, 52% en 2007. La crise, dont il faut rappeler qu’elle trouve son origine dans les délires de la finance, a évidemment gonflé la dette. Baisse des recettes fiscales dues à la récession, plan de relance pour éviter la dépression et, enfin, sauvetage des banques se sont combinés pour arriver à ce résultat...

________________________________

Aucun commentaire: