Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 20 janvier 2009

Obama: ruptures ?

La fête aujourd'hui , les larmes demain...?

"Nous faisons face aux jours difficiles qui nous attendent avec le chaleureux courage de l'unité nationale ; avec la claire conscience de rechercher de vieilles et précieuses valeurs morales ; avec la satisfaction claire provenant de l'accomplissement sérieux du devoir par l'âgé autant que par le jeune. Nous visons la sûreté d'une vie nationale complète et constante.
Nous n'avons pas perdu foi dans le... le futur de l'indispensable démocratie. Le peuple des Etats-Unis n'a pas échoué..." (B.O.)


I mean, I think personally he [President George W. Bush] is a good man who loves his family and loves his country.” (B.O.)

-Bush peut partir avec le sentiment du désastre bien fait | Rue89






-Obama passera-t-il de Lincoln à Roosevelt? | Mediapart:

Barack Obama a placé son investiture sous le signe de Lincoln, qui a rédigé le 13ème amendement, celui qui abolit l'esclavage. Pourtant, la situation qu'il va devoir gérer ressemble beaucoup plus à celle qu'a rencontré Roosevelt.Ce week-end, le "président élu" a fait le voyage de Philadelphie à Washington dans le train de Lincoln. Mardi, le "nouveau président" prêtera serment sur la bible du même. Pourtant, il ne faut pas se tromper sur les intentions véritables de ce "grand Républicain":

"Mon objectif principal dans cette lutte est de sauver l’Union, non de sauver ou de détruire l’esclavage", avouait-il. "Si je pouvais sauver l’Union sans libérer aucun esclave, je le ferais ; si je pouvais la sauver par la libération de tous les esclaves, je le ferais ; et si je pouvais la sauver en en libérant certains et en laissant les autres de côté, je le ferais également. Ce que je fais au sujet de l’esclavage et des gens de couleur, je le fais parce que je pense que cela aide à sauver l’Union." La raison d'Etat. Elle, seulement!

Plus discrètes, les allusions à un "grand Démocrate", Franklin Delano Roosevelt, sont peut-être plus pertinentes. En 1933, le président sortant, le républicain Herbert Hoover vient d'être battu alors qu'il n'a pas su réagir au grand krach de 1929, parce qu'il n'a pas sur la reconnaître, parce qu'il n'a pas su dire la vérité aux Américains.Roosevelt, dans son discours d'investiture, leur tient un autre langage: celui de la transparence. "C'est par dessus tout le moment de dire la vérité, toute la vérité, franchement et courageusement. Nous ne pouvons faire l'économie de l'honnêteté face à la situation de notre pays aujourd'hui." Mais c'est aussi un discours de combat, dont l'Histoire retiendra une formule: "la seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même"....

OBAMA"...C'est par dessus tout le moment de dire la vérité, toute la vérité, franchement et courageusement. Nous ne pouvons faire l'économie de l'honnêteté face à la situation de notre pays aujourd'hui. Cette grande nation résistera, comme elle a résisté, se relèvera et prospérera. Donc, premièrement, permettez-moi d'affirmer ma ferme conviction que la seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même - l'indéfinissable, la déraisonnable, l'injustifiable terreur qui paralyse les efforts nécessaires pour convertir la déroute en marche en avant. Lors de chacune des noires heures de notre vie nationale, un franc et vigoureux commandement a rencontré cette compréhension et ce soutien du peuple même qui sont essentiels à la victoire. Et je suis convaincu que de nouveau vous lui donnerez votre soutien en ces jours critiques...."
---------------------------------
-L'Obamania : une pure bulle spéculative:
"...L'élection d’Obama nous annonce-t-elle vraiment une nouvelle Amérique qui aurait enfin compris la nécessité de réformer en profondeur son modèle de civilisation ? Une Amérique qui aurait enfin compris qu'elle ne pouvait plus continuer vivre indéfiniment au crochet du monde ? Une Amérique qui aurait renoncé à la prétention de se croire une nation élue de Dieu, disposant de tous les droits, infaillible et prédestinée à conduire le monde ? Le discours de Barack Obama après son élection ne contenait pourtant rien qu'un storytelling dégoulinant sur le thème de l’espoir et du changement, célébrant l'Amérique éternelle et l'ère nouvelle de son avènement. Tout cela sonne vide et creux. De l'apparence, de la forme, de l'illusion. Du vent. Un vent frais et agréable après 8 ans de bushisme, mais du vent tout de même..."

-L’élection de Barack Obama : ’change’ ou donner le change ? | AgoraVox
-Sous l'intronisation d'Obama, la crise s'approfondit
- Paul Krugman : le plan de relance d’Obama est loin du compte
-M. Obama devant les décombres
-Le déclin de l’empire américain | AgoraVox
-(Pire hypothèse (?):Destruction du dollar | AgoraVox
-Obama-actualité avec Libération
___________________________________
- Obama : et le changement ?...
- L'héritage d'Obama
- Obama : mandat à haut risque
- USA : séisme social
- USA : période cruciale
- Où va l'empire ?
____________________
Reconstruire l'Amérique (?) avec MoveOn.org: Democracy in Action

Aucun commentaire: