Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 1 mai 2010

Futurs délinquants?

Medicaliser les comportements?

Vers une certaine traçabilité des individus...







-Pas de 0 de conduite
:
" Face au tentatives toujours actives d’approches prédictives et normatives des difficultés des enfants, Pasde0deconduite poursuit son action pour promouvoir une prévention et des soins psychologiques sur la base d’une approche globale, prévenante, humanisante et éthique"

-"L'enfance sous contrôle", ou la médicalisation des troubles du comportement:
"Ils sont colériques, refusent de perdre et ne tiennent pas en place : des experts ou politiques médicalisent les troubles du comportement de l'enfant où ils voient les prémices d'un parcours délinquant, comme le montre le documentaire "l'enfance sous contrôle" de Marie-Pierre Jaury, diffusé vendredi 30 avril à 22h sur Arte.
___Les caméras de la chaîne se sont promenées dans plusieurs pays d'Europe (Belgique, Allemagne, Grande-Bretagne) mais aussi au Canada et aux Etats-unis, où la psychiatrie comportementaliste bat son plein. Armés du "Diagnostic and statistical manual", les psychiatres américains classifient minutieusement les symptomes des troubles de conduite, ce qui permet de médicaliser tous les comportements.
___Richard Tremblay, professeur de psychologie à Montréal, estime que "plus on a de problèmes de comportement à l'âge de 3 ans, plus on a de risques d'avoir des problèmes de comportement à l'adolescence et l'âge adulte". C'est comme le tabac et le cancer, dit-il. Le député UMP Jacques-Alain Benisti, auteur d'un rapport sur le sujet, théorise le parcours-type du jeune délinquant depuis l'enfance, et estime qu'"il y a un escalier de délinquance".
___En 2005, l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) avait publié une expertise sur les troubles des conduites chez l'enfant et l'adolescent. Les experts y recommandaient des examens de santé dès l'âge de 3 ans afin de mettre en place une intervention "à titre de prévention", et suggéraient même de "mettre en place un repérage et un suivi des enfants à risque dès la période anté- et périnatale".
___En 2006, sur la même lignée, Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, avait demandé le suivi comportemental de chaque enfant à partir de 3 ans.Pour appuyer cette médicalisation des problèmes psychologiques et sociaux, la neurobiologie recherche des causes physiologiques aux comportements antisociaux, qui ne viennent plus que d'un simple déterminisme chimique. "La maladie mentale est une maladie biologique", dit Richard Tremblay. Tout viendrait d'une trop faible activité de l'amygdale du cerveau --et donc tout peut se traiter à coup de médicaments, genre Ritaline ou Prozac.
Jean-Claude Ameisen, médecin immunologiste, s'insurge contre cette médicalisation et rappelle qu'"un enfant perturbateur est un enfant qui est en état de souffrance et qu'il faut aider"
.
"Qu'est ce qui fait que nous rendons compte des souffrances psychiques en termes de rationalités médicales, sans tenir compte du sens de ces symptomes dans l'environnement social et familial ?", renchérit Roland Gori, professeur de psycho-pathologie à l'université d'Aix-Marseille. Pour lui, "il y a une extrapolation abusive des normes".
Click here to find  out more!
_____-L'enfance sous contrôle:
"En France, en 2005, un rapport de l'INSERM intitulé «Les Troubles de conduite chez l'enfant et l'adolescent» suscite un tollé chez une partie des professionnels de la santé mentale et de l'enfance. Ceux-ci accusent l'organisme de prôner la mise sous surveillance généralisée des tout-petits, dès l'âge de 3 ans, sous l'influence de la psychiatrie comportementaliste anglo-saxonne, légitimant ainsi une idéologie sécuritaire en pleine expansion. Car il s'agit aussi de repérer les futurs délinquants potentiels afin de prévenir ce qu'un député appelle leurs «comportements déviants». Une vision qui détermine déjà les politiques sanitaires et sociales dans des pays aussi variés que le Canada, l'Allemagne ou la Grande-Bretagne.
-__Peut-on repérer chez le jeune enfant les troubles du comportement qui feront le délinquant de demain ? Certains parmi les scientifiques et les responsables des politiques publiques veulent le croire. En 2005, nombre de professionnels de la psychiatrie et de l'enfance s'étaient émus d'un rapport de l'Inserm sur « Les troubles de conduite chez l'enfant et l'adolescent ». Ce rapport semblait, selon eux, appeler à une mise sous surveillance des tout-petits dès 3 ans et déléguait à la médecine le soin de dépister les futurs délinquants.
___L'idée peut surprendre, voire choquer, mais elle fait son chemin dans de nombreux pays, comme le rappelle utilement ce documentaire de Marie-Pierre Jaury. Aux Etats-Unis, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, établi par l'Association américaine de psychiatrie, fait référence. Régulièrement mis à jour, il comptait à sa création une soixantaine de troubles, il en répertorie aujourd'hui plus de quatre cents. Les critères définis par ce manuel ont également été adoptés pour la mise au point d'un logiciel d'évaluation des comportements de l'enfant, le Dominic Interactive - largement utilisé dans le milieu scolaire outre-Atlantique et de plus en plus souvent en Europe.
__La tentation est grande de médicaliser des comportements qui menacent la société, de trouver pour chaque trouble sa molécule, en éludant le contexte social ou familial. Il y a quelques années, certains comptaient sur les progrès de la génétique pour identifier les gènes de la violence. Aujourd'hui, les avancées des neurosciences semblent prendre le relais. Or, comme le rappelle dans le film Roland Gori, psychanalyste et professeur de psychologie à l'université Aix-Marseille-I : « Cela ne vise pas tant à prévenir la délinquance qu'à habituer la population à une traçabilité des comportements. » Et à imposer une conception très normalisée et médicalisée de la santé mentale dès la petite enfance."
____-
Comment repérer les futurs délinquants
_____________________
-
Enfance et violence
-Psychiatrie sous influence
.

Aucun commentaire: