Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 11 septembre 2010

Fin de l'empire US: un mythe?

Déclin de l'Amérique: réalité ou illusion?



C'est l'Amérique...




On le sait, "Les civilisations sont mortelles"(Valéry). Les empires aussi. L'histoire nous en fournit assez d'exemples.
L'empire américain, comme l'appelait déjà Claude Julien dans les années 70, ne semble pas devoir s'écarter de la norme.
["A l’échelle internationale, les Etats-Unis se retrouvent (donc) placés dans une situation de suprématie qu’aucune puissance n’a connue depuis plus d’un siècle. Désormais, " l’empire américain est le seul au monde, c’est une hégémonie exclusive, et c’est la première fois que ce phénomène étrange survient dans l’histoire de l’humanité ".Certes, dans le monde contemporain, la prépondérance d’un empire ne se mesure plus à la seule emprise géographique. Outre de formidables attributs militaires, elle résulte essentiellement de la suprématie dans le contrôle des réseaux économiques, des flux financiers, des innovations technologiques, des échanges commerciaux, des extensions et des projections (matérielles et immatérielles) de tous ordres. A cet égard, nul ne domine autant la Terre, ses océans et son espace environnant que les Etats-Unis"...(I.Ramonet)]
___________-Il y a quelques années, E.Todd écrivait Après l'empire. Il diagnostiquait les facteurs qui entraînaient le déclin, à ses yeux prévisible, de la puissance américaine après l'effondrement de l'ex-URSS, où pourtant le triomphalisme dominait.
Il remarquait que "...les Etats-Unis sont condamnés à jouer le rôle de « gendarmes du monde » pour légitimer l’énorme tribut qu’ils prélèvent depuis la seconde guerre mondiale sur les économies de ceux qu’ils prétendent protéger. Si les dangers disparaissaient la justification des Etats-Unis s’évanouirait, entraînant la fin du tribut qui s’exerce via la suprématie du dollar et les déficits gigantesques du budget américain et qui permettent le train de vie démesuré des Américains et les profits de l’oligarchie américaine. En quête de sécurité, les capitaux des épargnants du monde entier affluent vers les États-Unis sous forme d’obligations, de bons du Trésor ou de prêts à long terme, et sont dilapidés sous forme de consommation à court terme pendant que les États-Unis se désindustrialisent à grandes enjambées. Toute la problématique pour les Américains est de continuer à se rendre indispensables. Ils ont besoin d’une certaine insécurité pour justifier la confiance des épargnants du monde entier..."]
__________________________Victime de sa propre puissance, de ses aventures militaires ruineuses, d'une monnaie de référence mondiale, le dollar roi, de plus en plus contestée, dont l'hégémonie semble terminée. Dans
American parano, Immarigeon met aussi en évidence les faiblesses croissantes d'un pays qui a développé une forme particulière de capitalisme, où la réussite personnelle et l'enrichissement individuel sont les valeurs les plus exaltées aux dépens de la solidarité, phénomène déjà bien décrit par Tocqueville.
___-Aujourd'hui, le système a échoué. La crise récente, dont elle n'est pas prête de sortir, qui est loin d'avoir produit tous ses effets, est là pour nous le rappeler. Le système bancaire est malade de ses dysfonctionnements. Les dettes des USA sont abyssales. Le pays vit à crédit. Son économie est délabrée, gangrenée par une crise qui vient de loin, dont les causes restent présentes, malgré quelques corrections marginales, annonçant d'autres répliques. Des zônes comme Détroit sont ravagées. Des Etats sont en faillite. La déflation menace.L'installation d'un chômage structurel, les inégalités qui se creusent, l'appauvrissement de larges couches de la population: un vrai séisme social, effets d'une priorité donnée depuis longtemps à la rente, à la spéculation, aux intérêts de Wall Street plutôt qu'aux salaires et aux investissements publics et productifs.
50 millions d'Américains sont mal-nourris. Un changement d'ère s'annonce. Le libéralisme d'antan n'a plus la cote. L'économie américaine est en danger.
["
Comme l’a si bien écrit l’économiste Robert Reich, ancien ministre du Travail de Bill Clinton, dans le New York Times du 2 septembre, « ce Labor Day est le pire pour les travailleurs dans notre mémoire récente, » car aujourd’hui ils travaillent beaucoup plus pour gagner moins.Le revenu moyen d’un travailleur aujourd’hui, après correction de l’inflation, est moins élevé qu’il y a 30 ans. Et puisque le pouvoir d’achat décline, un ouvrier d’aujourd’hui travaille en moyenne 100 heures de plus chaque année qu’il y a deux décennies pour rester la tête hors de l’eau, tandis que l’ouvrière moyenne travaille 200 heures de plus chaque année.-En même temps, les riches sont toujours de plus en plus riches. Comme l’a noté Reich, « à la fin des années 70, le top 1% plus riche des familles américaines gagnait 9% du revenu total du pays ; mais en 2007 le top 1% a encaissé un énorme 23,5% du revenu total » - et aujourd’hui avec la crise ces chiffres sont sans doute encore pires. Le pays n’avait plus connu une telle concentration de sa richesse dans les mains de l’élite depuis 1928, juste avant la Grande Dépression..." (Bakchich)]
______-La montée en puissance des possibles rivaux met en péril le monopole qu'elle exerçait sur les affaires mondiales. La dépendance économique par rapport à la
Chine notamment la rend vulnérable aux vicissitudes de sa "partenaire", atelier du monde, fournisseur essentiel de Wall Mart et
bailleur de fonds, sans lesquels le niveau de vie plongerait dangereusement. Le pays vit sous perfusion et ne tient que par le souvenir de son aura passé, par le pouvoir de battre monnaie à son gré et par sa puissance militaire déclinante. Les nouvelles technologies vont sans doute cesser de faire sa réputation, la Silicon Valley aura sans doute bientôt son équivalent en Inde ou près de Shangaï. Le rêve américain tournerait-il en cauchemar pour ce pays, un mauvais rêve dont il pourrait se réveiller tiers-mondialisé plus vite qu'on ne le pense? Faute de changement radical de politique et de modèle économique (énergétique notamment), peut-il se redresser?Sinon, le désastre serait au bout du chemin, qui aurait des effets dévastateurs sur notre Europe désunie, encore inféodée aux intérêts de son enfant historique...
Le risque est grand d'une fuite en avant vers les mêmes erreurs...

[« Les grandes puissances en déclin relatif réagissent instinctivement en dépensant plus d’argent pour la ’sécurité,’ détournant ainsi des ressources potentielles d’autres ’investissements’ et compliquant leur dilemme à long terme. »
__L’historien Paul Kennedy décrivant la « surexpansion impériale » dans "The Rise and Fall of Great Powers" (1989) [15]Dans ce classique de l’étude des empires, "The Rise and Fall of Great Powers : Economic Change and Military Conflict from 1500 to 2000," Paul Kennedy, l’historien de l’université de Yale, observe que lorsque les grandes puissances commencent à décliner, elles recourent presque invariablement à la guerre et à la belligérance, accélérant ainsi leur déchéance alors qu’elles gaspillent leur trésor national en dépenses militaires au détriment de leur économie et de leur peuple. Kennedy a décrit ce schéma par le terme de « surexpansion. » Les États-Unis ne sont pas immunisés par rapport à ces schémas historiques. L’héritage ultime de l’invasion de l’Irak en 2003 et son occupation pourraient un jour être interprétés par les historiens futurs comme l’événement pivot qui a rendu irréversible notre propre « surexpansion. » (D.L.W.)]

Peut-être..

Mais cela suffit-il pour déclarer l'empire irrémédiablement et durablement en déclin? N'est-ce pas un fantasme ou l'effet d'une illusion, d'un jugement hâtif relevant d'un manque de recul historique?
Les Etats-Unis ont déjà montré par le passé une grande capacité d'adaptation , de résilience, disent certains . Il est vrai que ce fut dans un contexte géopolitique totalement différent, le plus souvent dans des périodes d'efforts de guerre, de quasi monopole de la puissance industrielle, d'une certaine régulation financière,dans une unité du pays, qui aujourd'hui fait défaut.
Le constat de tendances constatées ne font pas une certitude pour l'avenir. Je ne suis ni prophète, ni devin. On peut juste s'avancer à extrapoler pour les quelques années qui viennent.
Rendez-vous dans dix ans...
__En attendant, pour se détendre
un peu et pour vous remercier de m'avoir lu jusqu'au bout, un petit divertissement, en toute zénitude...

-Vers la fin de l'hyperpuissance américaine?
-Hypothèse pour l'avenir proche
-
L’agonie du siècle américain
-Vers la très grande panne du système économique et financier mondial
-La colère des riches
-Les USA sont « très semblables à l’Allemagne de Weimar », s’inquiète Noam Chomsky
___________________________________
__________-
Article repris dans Agoravox

Aucun commentaire: