Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 11 février 2016

Avis de tempête financière

Météo préoccupante 
                                  Selon de nombreux observateurs du ciel macroéconomique.
     Des nuages s'amoncellent à l'horizon proche, dus à une convergence de facteurs divers, qui s'amalgament et interagissent.
   Ils avaient dit que le beau temps était rétabli, que c'était fini, ou presque, que tout rentrait peu à peu dans l'ordre. (*)
 Or, on peut se poser des questions. Rien n'est réglé.
...La machine ne tourne pas rond
       La  tempête sera-t-elle plus forte que la précédente?
   Les problèmes banquiers, loin d'être réglés, ne seraient pas les seuls. Plus d'une banque majeure est encore douteuse, l'excès le liquidité devient périlleux, comme le prolongement des taux négatifs. Si on y ajoute les périls liés aux péripéties de l'économie chinoise du moment, le trop faible prix du baril de pétrole, les bulles qui se reforment ici ou là, on a un mélange détonnant.
    Mieux vaut être raisonnablement pessimiste que naïvement optimiste, la tête dans le sable.
       La planète finance est  toute entière secouée, à la différence du précédent accès de fièvre. Les symptômes sont là, mais le diagnostic n’y est pas, et les propos deviennent franchement alarmistes, sauf pour ceux qui, bardés comme toujours de certitudes, s’en remettent à des bons fondamentaux auxquels ils se raccrochent.
     La stabilité du système financier est en question, menacée par les mouvements massifs incontrôlés et de plus en plus rapides des capitaux, dont le volume ne cesse de s’accroitre en raison de la poursuite des opérations de création monétaire des banques centrales. Mais cela n’identifie pas pour autant le danger qui en est à l’origine. S’il faut choisir parmi les raisons qui sont pêle-mêle invoquées, la crainte d’un brutal atterrissage chinois tient aujourd’hui la corde. En second lieu viennent les faiblesses présumées du système bancaire, avec qui on n’en a décidément pas fini... 
   Les dirigeants chinois sont critiqués pour le pilotage illisible de leur transition, mais ont-ils les moyens de trancher ? Ils ont essayé de faire front devant la crise financière des pays développés, mais les injections financières massives de leur banque centrale ont été à l’origine de leur propre instabilité financière, porteuse de conséquences sociales qu’ils redoutent par dessus tout. Aujourd’hui, le monde est suspendu aux péripéties mouvementées de l’atterrissage de la Chine et à ses conséquences...
      Le secteur bancaire est toujours aussi opaque, ce qui explique les difficultés d’appréciation de sa solidité et la chute boursière de ses valeurs. Deux facteurs le menacent aujourd’hui, le prix du pétrole et la croissance des actifs non performants (les prêts qui feront défaut). Dans le premier cas, les banques américaines ont souscrit aux émissions obligataires high yield (à haut rendement) des sociétés du secteur énergétique, ou sont d’une manière générale exposées aux matières premières, et pourraient entrer dans la tourmente. Dans le second, les banques européennes subissent également les effets, qui se multiplient, de la politique de désendettement accélérée des États....
   Qu'on en juge: sans parler de certaines banques grecques ou italiennes, il suffit de regarder l'état de la DEUTSCHE BANK.  Rien ne va plus.
   On parle de chute libre...(**)
        Victime de l'ivresse bancaire, elle est un des éléments du problème à nos portes.
            Les Etats ont les mains liées et se taisent..
_____________
(*) La météorologie n'est pas une science très exacte. Heureusement...
_________________________
(**).... Pilier du système financier international, la Deutsche Bank a mené une politique d’expansion tous azimuts dans tous les métiers de marché, s’est portée présente dans tous les secteurs imaginables. Ses engagements font aujourd’hui frémir jusqu’à ses contreparties bancaires les plus fidèles. Selon des estimations bancaires, l’exposition totale de la banque allemande à tous les produits dérivés s’élèverait à 64 000 milliards de dollars. Une monstruosité. Comment expliquer que la BCE, lors des derniers tests de résistance des banques européennes, censés être sans concession, n’ait rien dit ?
« Compte tenu des effets de levier et malgré les restructurations et les réductions de coûts et d’effectifs, nous estimons que la banque a un besoin de  financement de 15 milliards d’euros », a averti la banque américaine Citi dans une note. Même si les financiers n’arrivent pas tous aux mêmes chiffres, ils tiennent tous le même raisonnement : la banque est en difficulté et a besoin d’une recapitalisation massive. D’où la fuite éperdue de tous les boursiers.
Mais la liquidation est encore plus massive du côté des détenteurs d’obligations et notamment les porteurs d’obligations convertibles en actions (contingent convertible bonds ou CoCo). La Banque centrale européenne et tous les régulateurs européens ont fortement incité les banques à recourir à ces produits pour renforcer leur bilan. Dans leur scénario d’après-crise 2008, ce sont les titres parfaits en cas de sauvetage bancaire : ceux-ci sont les premiers à être automatiquement transformés en actions – avant de faire appel, si nécessaire, à d’autres créanciers puis aux déposants –, ce qui permet de recapitaliser une banque sans faire appel aux contribuables et aux États.  
Ce mécanisme européen de sauvetage bancaire (bail-in) est devenu la règle dans toute la zone euro depuis le 1er janvier 2016. L’ennui est que les régulateurs n’ont pas anticipé la réaction des investisseurs. Dès qu’ils pressentent des difficultés, ils détalent, comme cela se passe actuellement à la Deutsche Bank, accentuant encore le problème.
« Nous sommes six ans après la crise financière et la confiance dans les banques n’est toujours pas revenue », dit un ancien chef analyste de Lehman Brothers cité par le Wall Street Journal. Et c’est bien l’un des problèmes. Depuis la crise financière de 2008, aucune action décisive n’a été menée pour en finir avec l’opacité, la complexité, mais aussi la vulnérabilité du système bancaire international, en dépit des déclarations des responsables politiques et des régulateurs. Résultat : tout le secteur bancaire est de nouveau sous tension.
Car il n’y a pas que la Deutsche Bank, même si ses difficultés sont pour l’instant les plus grandes. Au fur et à mesure que les peurs sur l’économie mondiale grandissent, toutes les banques sont rattrapées. Depuis début janvier, les cours boursiers des grandes banques ont perdu entre 14 % et 41 %. Et dans le même temps, toutes les conditions de financement se tendent...
______________________________

Aucun commentaire: