Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

dimanche 12 mars 2017

L’après-Fukushima: le déni

Un problème sans fin?
           Six ans après, c'est le recueillement, mais sans perspectives
                   L'avenir est toujours sombre et les démentis sont de moins en moins nombreux avec le temps.
  Quelques années, plusieurs décennies, au moins plus de quarante ans...On ne sait plus.
     Les estimations n'ont cessé de varier selon Tepco, gestionnaire du site.
   Un site où l'on fait de l'improvisation permanente, du bricolage constant, faute de pouvoir avoir accès au coeur de la fusion,  Même les robots les plus sophistiqués montrent leurs limites techniques, là où la vie  d'un homme ne tiendrait pas quelques minutes.
  C'est l'incertitude totale concernant le degré d'enfoncement du corium, son évolution, ses effets sur les nappes phréatiques, l'océan proche, le devenir des immenses stocks d'eau et de terres radioactives entreposés sans perspectives d'avenir.
    Tous les mois ou presque, la centrale se rappelle à nous, du moins ce que l'on veut bien nous en dire.
    La pratique de la minimisation, de la dédramatisation, du déni se vérifie depuis le début, comme l'avait reconnu le Premier ministre de l'époque.
    La contamination des lieux et des alentours se vérifie de plus en plus, alors que l'on encourage les populations à revenir sur les lieux de leurs anciennes activités.
   Un phénomènes d'amnésie a frappé les responsables et par conséquent le public.
     L'incurie et la rétention d'informations ont été les caractéristiques de la gestion de ce drame, dont les conséquences ne concernent pas que le Japon.
   Pour le bon Mr Besson, ce n'est qu'un incident...
            Mais rien n'est réglé
________________________

Aucun commentaire: