Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 28 novembre 2017

Jobcenters en tous genres 

Les jobcenters, c'est super
                       En période de chômage ou d'emplois aléatoires et précaires.
               Mieux vaut être informé et orienté que pas du tout.
       Mais selon quels critères? Sur fond de quels choix économiques et sociétaux? Avec quels moyens?
    Chaque pays a ses particularités, malgré certaines similitudes.
      En Allemagne, les choix de Schröder-Hartz ont imposé des règles plutôt draconiennes, malgré la bonne santé revendiquée de ce qu'il est convenu d'appeler le miracle allemand, dans une société qui, comme ailleurs, allie chômage (masqué) et salaires très bas, où souvent, entre chômage et mendicité, il faut choisir. Un miracle bien relatif.
   Hartz IV est passé par là. 
         "L'allocation Hartz-IV pour les chômeurs de longue durée s’élève au départ à 374 euros. "C’est comme lorsque vous circulez en voiture, continue le porte-parole de l’Agence fédérale, il y a des règles auxquelles il faut se tenir. Si vous ne les respectez pas, vous encourrez des sanctions.
    L'Allemagne connaît une situation qui semble économiquement confortable sur le papier. «Il y a un effet psychologique. Les gens ont peur de la précarité. Ils font plus de concessions, ils sont prêts à prendre des emplois moins bien payés ou qui ne correspondent pas à leur qualification», analyse Lars Andresen, de l'agence pour l'emploi.
  Les chômeurs et les précaires paient le prix fort, parfois très fort.
      Travailler "à tout prix", tel est le slogan.
____Au Royaume-Uni, les jobcenters font encore moins de sentiments. Les règles sont drastiques.
             A l'américaine.
Les jobs zéro heure se multiplient. Un modèle de flexibilité....
____ En France, les évolutions de pôle emploi créent un malaise, pas seulement à cause des charges de travail qui rendent la fonction de conseiller souvent dénuée de sens.
  Ce qu'on a appelé le grand manège technocratique s'est adapté finalement aux exigences à courte vue des instances patronales, dans le contexte économique actuel.
  Les tours de passe-passe bien connus permettent de manipuler les vrais chiffres du chômage et de jouer avec des leurres
     Cachez-moi cette précarité que je ne saurais voir...
________________________

Aucun commentaire: