Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

dimanche 8 mars 2009

OTAN : c'est non!


-" On ne comprend rien au président, explique un analyste, si on ne mesure pas sa fascination pour les Etats-Unis. C’est elle qui dicte ses autres prises de position, notamment son engagement en faveur d’Israël. Il est convaincu que c’est parce que nous sommes alliés avec les Etats-Unis que nous pourrons peser sur la politique internationale. "_______

--"Les Etats-Unis ont (ainsi) pu faire de l’organisation politique et militaire de l’Alliance atlantique l’un des instruments privilégiés de leur politique étrangère." (PM de la Gorce)_______________________________

-"La stratégie européenne de recours à la force doit se différencier des concepts américains de destruction et avancer une stratégie de neutralisation..Enfin , l'Europe pourrait disposer de son propre système d'évaluation de crises et non plus dépendre des renseignements américains.." (Pierre Conesa)"
_________________


Le retour dans le commandement de l'Otan est un renoncement | Rue89:

"...Le 4 avril prochain –à moins que le Parlement français ne s’y oppose- Nicolas Sarkozy annoncera donc la réintégration de la France dans l’ensemble des structures de l’Otan lors du Sommet du 60eme anniversaire de la création de l’Alliance qui se déroulera fort symboliquement à Strasbourg et à Kehl.Cette décision est effectivement une petite mesure du point de vue technique. Elle peut être présentée comme marquant l’achèvement logique d’un processus engagé au lendemain de la guerre froide, permettant de signifier symboliquement notre attachement à nos alliés, en particulier américains, pour nous placer en position d’interlocuteur privilégié et nous donner un poids à la hauteur de nos engagements actuels.Le Gouvernement se garde bien pourtant de procéder à un bilan coût-avantage d’un choix qui est en fait aussi lourd que probablement irréversible. Les gains politiques et sécuritaires restent largement à démontrer tandis que le coût symbolique et diplomatique est considérable. Le retour dans l’Otan sera perçu comme la marque d’une banalisation de notre pays dans le camp occidental, d’un affaiblissement de notre autonomie et d’un renoncement à nos ambitions pour l’Europe.
La Présidence française de l’Union européenne (PFUE) avait placé le développement de l’Europe de la défense au premier rang de ses priorités pour montrer que nous ne tournions pas le dos à nos objectifs en ce domaine. Notre nouvelle attitude à l’égard de l’Otan devait même permettre de débloquer certains dossiers. Malheureusement, le bilan de la PFUE est maigre, au plan stratégique ou en matière de capacités, et il ne saurait donc justifier la politique engagée. Seule l’émergence d’un pilier européen dans l’Otan pourrait justifier le retour de la France dans la structure de commandement intégré.
La décision prématurée du Président de la République risque au contraire de signer la mort définitive de ce projet en entérinant une forme de division du travail entre l’Alliance et une Union européenne définitivement incapable de prendre en charge sa propre sécurité.Réintégrer l’Otan sans conditions aujourd’hui, c’est aussi cautionner une structure qui élargit ses missions et son champ d’action largement sous l’influence des décisions américaine, et ne propose aucune vision claire des objectifs politiques que nous devrons pourtant assumer par la suite..."

-Le retour dans l'OTAN : "une décision idéologique atlantiste"
"...Les avantages sont (donc) incertains et problématiques. Les inconvénients politiques sont évidents : envoyer au monde un signal de réalignement de la France, qui sera politiquement interprété comme tel, avec le déclassement et les risques qui en résulteront. On nous dit : c’est symbolique puisque nous sommes déjà presque entièrement intégrés ! Et bien oui, c’est symbolique, symbolique d’une volonté de normalisation qui, une fois la décision mise en œuvre, développerait par un effet d’engrenage, tous ses effets. Il semble bien finalement que décision ne soit fondée sur des considérations idéologiques, atlantistes ou occidentalistes, comme on voudra : mettre fin à une « anomalie » au sein de la famille occidentale. On peut souhaiter autre chose pour la France. Il est encore temps d’en débattre. "

-OTAN Sarkozy France:
"...Il est bien illusoire d'imaginer que les Etats-Unis donneront plus de place aux Européens et aux Français dans la nouvelle Alliance. Jaap De Hoop Scheffer a d'ailleurs bien précisé le 12 février 2009 à Paris que, si la France réintégrait le Commandement militaire intégré de l'Alliance atlantique, ce serait de toutes façons toujours à lui qu'il revenait "de gérer les choses au sein de l'OTAN, comme la position française au sein des structures de commandement, les généraux, etc". Tout au plus les Etats-Unis accorderont-ils quelques commandements militaires sans importance à un ou deux généraux français -- on parle vaguement d'un poste à Norfolk (Virginie, USA) ou à Lisbonne (Portugal) -- sans que cela puisse réellement permettre à la politique européenne de sécurité et de défense (PESD) de s'affirmer et de de peser significativement sur les décisions de l'OTAN. Dans tous les conflits (Afghanistan, Serbie, Kosovo, etc) où la France s'est retrouvée engagée aux côtés des militaires américains, ce sont systématiquement ces derniers qui décident et contrôlent de façon unilatérale toutes les opérations, en particulier les frappes, reléguant la France et les autres pays alliés au rang de simples exécutants. On ne les imagine guère se plier aux décisions des français dans l'avenir..."

-A quoi sert l’OTAN ?:
"...la « future défense collective de l’Europe » à laquelle s’est rallié le chef de l’Etat français s’organisera uniquement dans le giron de l’Alliance atlantique. Mêlant missions civiles et militaires, elle n’hésitera pas à se déployer très loin de l’ancien « rideau de fer », jusqu’aux confins du Pakistan. A l’intérieur même du parti de M. Sarkozy, deux anciens premiers ministres, MM. Alain Juppé et Dominique de Villepin, se sont inquiétés d’une telle orientation. C’est dire le danger du tournant qu’elle signale..."

-L'OTAN, un instrument de l'hégémonie américaine
-'Alliance atlantique, cadre de l'hégémonie américaine,
-OTAN, Europe : les Etats-Unis intensifient leur diplomatie:
"...Les Américains veulent redynamiser l'Alliance et redéfinir, avec les alliés, ses missions stratégiques face aux nouveaux défis apparus depuis la fin de la guerre froide et les attentats du 11-Septembre. L'élaboration d'un nouveau concept stratégique, qui viendrait remplacer celui de 1999, doit être lancée au sommet de Strasbourg – celui qui donnera lieu au retour de la France dans les structures militaires intégrées...."
------------------------------------------

- Le retour dans l'Otan sème le trouble à l'UMP
-Pourquoi il faut s’opposer à une France atlantiste, par Hubert Védrine
-Retour dans l'Otan: Bayrou réclame un référendum
-Retour dans l'OTAN : La machine de guerre est prête !
-Le retour de la France dans l’OTAN : un cas de haute trahison ? | AgoraVox
-La méduse, l'OTAN et l'Afghanistan
____________________________________
-Vers l'Union atlantique ?
- Diplomatie française : virage ?
-OTAN , suspends ton cours...!
-Alliance Atlantique : nouvelles missions ?

Aucun commentaire: