Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 7 juin 2019

Orwell à Pékin

Surveillance tous azimuts
                                            L'auteur de1984 n'aurait jamais osé l'imaginer.
         Une nouvelle adaptation du célèbre roman serait nécessaire, même si on peut en imaginer la thématique renouvelée et "modernisée". à la lumière de certaines applications du numérique à la police de la pensée et des moeurs.
    Le e-contrôle a de l'avenir...

 Les grand mères d'autrefois surveillaient le voisinage derrière leurs rideaux. Aujourd'hui on fait mille fois mieux. On n'arrête pas le progrès...On peut aujourd'hui, par écran interposé, instantanément et à grande distance, suivre le comportement de foules complètes et même l'expression faciale de chacun..    La reconnaissance faciale, malgré ses actuels défauts, peut toujours s'améliorer.
    Comme à Pékin, où un panopticon géant se met en place, plus que pour des raisons de sécurité, comme à Londres.
   Sans le savoir, des millions de chinois sont quotidiennement observés à leur insu, montrés du doigt, fichés, sanctionnés ou simplement... inhibés, sous la protection d'un oeil bienveillant toujours présent ou supposé tel.
   C'est mieux que la police, qui ne peut être partout et que l'on peut toujours déjouer.
       Un modèle de surveillance qui vient de loin, qui se concrétise et s'affine sans cesse grâce au numérique et aux algorithmes de plus en plus sophistiqués.
    Le fin du fin c'est d'être surveillé sans le savoir et se sentir en permanence susceptible de l'être, du moins dans son comportement social et citoyen.
        Dans Surveiller et punir, paru en 1975, Michel Foucault estime que cette « visibilité organisée entièrement autour d’un regard dominateur et surveillant » est au cœur du modèle disciplinaire moderne. « Le vrai effet du Panopticon, c’est d’être tel que, même lorsqu’il n’y a personne, l’individu... non seulement se croie, mais se sache observé, qu’il ait l’expérience constante d’être dans un état de visibilité pour le regard. » « Pas besoin d’armes, de violences physiques, de contraintes matérielles. Mais un regard qui surveille.
      C'est Big Brother en action au service du pouvoir
    La Chine "progresse" et...ouvre la voie.
 Xi Ping sait où il va. Mais jusqu'à quand?
    Bentham n'aurait pas osé en rêver. Le projet d'Orwell s'accomplit sous nos yeux.
       Caméras et algorithmes font leur travail sans fatigue ni états d'âme.
          Surveiller et punir, selon Michel Foucault peut aujourd'hui connaître une concrétisation inédite, en dehors du cadre carcéral...
_______________________

Aucun commentaire: