jeudi 28 septembre 2017

Macron: rêve européen

Ouverture prometteuse...
                                     ... ou poudre de berlinpinpin?
         Qu'il y ait lieu de refonder l'Europe, l'urgence n'a jamais été si manifeste, comme le note l'européiste convaincu, Jean Quatremer.
     Notre Président serait-il un nouveau Schuman ou un Don Quichotte se laissant entraîner par une rhétorique stimulante, mais vite vouée à l'oubli. A l'Est, c'est le silence poli. La principale concernée a bien à faire en ce moment à Berlin, à la recherche d'une coalition problématique avec des libéraux peu favorables à la voix parisienne du moment.
     Mais comment recoller les morceaux et sur quelles bases? Avec quels pays?
  Sans ostracisme vis à vis des enfants terribles, il n'a pas la zône euro honteuse
Des généralités stimulantes, qui paraissent bien loin des problèmes concrets de fond, notamment ceux des institutions et de la monnaie. Juste une allusion à la nécessité de refondre la zone euro. Ça ne mange pas de pain.
    Les malfaçons du projet demande d'autres ambitions. Il ne suffit pas de réveiller la belle endormie ou plutôt le malade comateux, et de faire un vague diagnostic. Comme il a été dit, l'esprit de Bruxelles n'est pas mis en cause, le Président reste constant, il a toujours affirmé son attachement à l’Union et n’a jamais esquissé de remise en cause profonde de ses politiques économiques et monétaires. Libéral et libre-échangiste, avec un vernis social, il est l’incarnation idoine d’un changement de forme pour une continuité de fond.  Le flou de sa profession de foi (« Je ne suis pas un européiste, pas un eurosceptique, ni un fédéraliste au sens classique ») et de son programme(« Une Europe qui protège les Européens ») n’a pas de quoi inquiéter au sommet de l’UE, tant sa foi dans le credo libéral est attestée. Lui-même est le produit assez pur des milieux politiques et financiers qui l’administrent directement ou indirectement – l’absence de toute mention des lobbies dans son programme étant d’ailleurs significative.
     L' énoncé programmatique se voulant quasi-messianique ne sera  pas viable pour certains, qui voient déjà vite retomber le souffle rénovateur de la Sorbonne et échouer la nouvelle tentative de couple franco-allemand, dernière planche de salut.    
     Un ambitieux projet sur certains points, mais qui laisse dans l'ombre un des idéaux fondateur malmené: la solidarité. Si l'Eutope reste à plusieurs vitesses, ouverte à un libéralisme sans frein, sans fédérer ses projets économiques, ses ressources... en renonçant aux multiples dumpings qui la minent de l'intérieur, elle est assurée de s'enfoncer un peu plus dans la dislocation. L'euro, tel qu'il est, ne peut être un dopant constructeur. Proposer des règles communes ne suffit pas et cela a déjà maintes fois été proclamé.
   En apesanteur dans le lieu hautement symbolique du Gransd Amphi, le Président se sentait sans doute inspiré, tenant un discours incantatoire assez proche celui de Mao à une époque: «Nous sommes au pied du mur, au bord du gouffre, vive le grand bond en avant!»
                                                    I had a dream...
__________________
   

Aucun commentaire: