Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 10 novembre 2018

Avant le son du clairon

Une sinistre aventure de sang et de boue se termine, le 11 novembre, 11heures, avec 11 coups de cloche.
                           Une marche somnambulique collective avait commencé quatre ans plus tôt.
         Un bilan humain hallucinant, de Ypres à Hartmannswillerkopf, où un oncle laissa sa vie, pour reposer loin des siens:
     [*Document officiel laconique: [02/04/1915- L.T. (21 ans) -Département : 68 - Haut-Rhin  Commune : Moosch Lieu, complément : Ambulance 2/58 Genre de mort : Mort des suites de blessures Mention Mort pour la France ]Oui]
              Pour ne parler que de la France.
Monuments aux morts pacifistes
    La commémoration poursuit son cours. L'ambiguë itinérance présidentielle fais la part trop belle à l'action des généraux, dont les décisions furent souvent critiquées dans les tranchées.
     Le paysan breton ou l'ouvrier corse ne figure plus que comme des noms presque effacés sur le marbre de villages autrefois décimés. 
    La pérégrination a parfois pris des connotations touristiques.
         Commémorer quand même, les victimes de cette séquence effroyable, inaugurant une guerre de trente ans... et leurs conséquences toujours présentes géopolitiquement. En Europe  comme dans les Balkans et ailleurs...Une guerre vraiment mondiale.
      L'armistice fut un puissant marqueur, mais Versailles inaugura le début d'une nouvelle séquence historique et prépara le terrain de  nouveaux malheurs.
           1914, __1915, __1916...VERDUN:
               Ce fut l' "Apocalypse"...
   Dès le début, ce fut le grand abattoir: 300 jours, 300000 hommes   morts. 
    De terribles années se suivirent, après les illusions des premiers jours.
 Ce fut Verdun, la terrible année 1917, le dernier Noël, qui ne connut plus les tentatives de fraternisations du début
  En aout 1918, les premiers signes d'une fin espérée. Enfin, la fin.
     Le prix de la guerre fut immense. Le bilan humain, indescriptible, malgré les traces de témoins comme Maurice Genevois ou Louis Barthas.
 Les traumatismes psychiques durèrent.
     A l'arrière, les souffrances furent muettes.
 L'intox joua un rôle majeur, sans laquelle la folle aventure aurait été compromise.Le cinéma de guerre joua son rôle.
   Au front, il fallait tuer le temps entre deux assauts.
  Les "grande figures", les Pétain et autres maréchaux prenant une place démesurée et contestée. Des deux côtés du Rhin. Une guerre on sait comment ça commence, mais...
   La fin des hostilités à l'Ouest ne fut pas la fin de la guerre. De plus, comme si ce n'était pas suffisant,  le 1er octobre 1918, la grande tueuse commençait son oeuvre en France. Sur le terreau des misères accumulées, l' épidémie de grippe espagnole, cette "tueuse" oubliée  fait plus de 1 000 morts en une semaine.
                 Un début de projet européen germa de la tragédie. Plus jamais ça!
___
- Ma guerre au jour le jour
- Des deux côtés du front
- Ressources et documents.
- Le carnaval tragique.
______________
Léger. Les peintres et la guerre.
Dessins et caricatures
______________

Aucun commentaire: