Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 6 juillet 2018

Un putain de pognon

Soyons sérieux!
                        Il ne faut pas raconter n'importe quoi.
                                                                Certains sont bien trop pessimistes.
     La croissance existe bien...elle est même spectaculaire.
                  Elle peut entraîner le plus grand nombre dans son sillage.
                          C'est une conviction forte à l'Elysée.
    Même si la théorie du ruissellement est aujourd'hui officiellement contestée, il y a de quoi se dresser sur ses ergots Un vrai motif de fierté. Les écarts se creusent, me direz-vous. Mais à qui la faute? Il y en a trop qui s'en remettent au loto pour s'en sortir...
      C'est Challenges qui le dit, pas n'importe quel journal people. Merci à Bernard, à François et aux autres.
  Une fortune multipliée par trois depuis la crise,  l'industrie du luxe en tête.
      Mais comment font-ils?
   Les 1% des plus fortunés ont accaparé plus de 80% des richesses créées en France, nous dit la Tribune.
     C'est stupéfiant. Des exemples dont il faut parler, pas seulement à l'Elysée, mais aussi dans les chaumières HLM, pour redonner fierté et envie de réussite. Et ils ne manquent pas.
  Les 10% de pauvres y trouveraient la stimulation qui leur manque. De même pour les autres, qui vivent au plus juste.
    Et puis les pauvres peuvent encore attendre, ils en ont l'habitude, tandis que l'appât du gain, des coups financiers doit placer l'individu en vigilance constante. Et puis on verra, après la piscine.
   Pour tous ceux qui épargnent, combien sont endettés?
       Les décalages s'amplifient dans le temps, nous dit-on. Mais à qui la faute? Chacun n'a qu'à se soucier de son patrimoine, de l'immobilier, source principale d'inégalités, au lieu de consommer bêtement à Carrefour ou à Lidl des produits pas toujours très sains.
    On peut représenter la chose sous la forme d'un immeuble, dont les plus favorisés occuperaient le dernier étage. On comprend qu'il ne peut y avoir de la place pour tout le monde. Et si tous bénéficiaient des mêmes avantages, quel intérêt y aurait-il à avoir beaucoup de pognon? Logique.
      Heureusement, la précarité n'est pas le seul fait de la France.
   Voue me direz, les plus riches paient aussi des impôts. C'est vrai. Mais certains racontent qu'il est plus facile d'y échapper, d'une manière ou d'une autre, quand la richesse atteint des sommets.           Encore des mauvaises langues ou des jaloux.
____________________

Aucun commentaire: