Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 7 juillet 2018

Washington, Pékin et les autres

Une balle dans le pied?
                                     Après des années de relations plus ou moins apaisées, d'échanges économiques intenses et favorables aux grands groupes comme Wal Mart, qui faisaient des marges considérables avec les produits à bas prix de Pékin, ou comme les fabricants qui délocalisaient tout ou une partie de leur production, que ce soit dans le domaine de la chaussure ou de l'électronique, il semble que le vent tourne à Washington.
     La baisse des prix favorisait la pression sur les salaires et chaque partenaire y trouvait plus ou moins son compte, la Chine étant grande pourvoyeuse de fonds permettant de masquer l'énorme dette de Washington. Le dollar restait un pilier sûr et les deux pays se tenaient par la barbichette, dans un équilibre relatif. Mais cela pourrait ne pas durer.
    Depuis l'ouverture de Nixon à Pékin, les relations ne firent que se renforcer.
  Mais dans la perspective plus isolationniste imposée par Trumpus imperator, le ton monde contre le phénomène croissant des importations décrites comme destructrices d'emplois, malgré les réticences des grands groupes, californiens notamment, qui ne pourraient tenir leur prix et exporter si massivement.
    La Chine paiera, comme les autres. Une forme de guerre commerciale inédite se met en place, de manière assez brutale, même vis à vis d'alliés de longue date.
   Trump destrutor fait ce qu'il a dit au grand dam des agriculteurs californiens. Mais jusqu'où pourra-t-il le faire, même s'il flatte une grande partie de son électorat, dans sa vision à court terme.
    Washington se met une balle dans le pied, disent les plus clairvoyants de la presse américaine.
  Le multiculturalisme n'a jamais été un dogme absolu, mais le repli économique, qui n'est pas nouveau aux USA, se déroule dans un contexte particulier, non seulement d'échanges intenses  mais de très fortes imbrications technologiques et financières.
    Que les règles de libre-échanges soient revues, cela se disait depuis longtemps, mais là c'est un basculement soudain et violent qui ne lésera pas que l'Europe. L'habileté de Trump est d'utiliser, d'exploiter les faiblesses des Européens, trop longtemps atlantistes. L'Europe est dans l'impasse.
    Une guerre commerciale, qui ne dit qu'à moitié son nom, si elle est destinée à durer, peut être à l'origine de conflits pour l'instant larvés et de régressions économiques partagées par tous.
     Une Autre amerique est en train de naître et c'est tout le relatif équilibre né de la dernière guerre qui est en train de basculer.
     Un relatif processus de dé-mondialisation est en cours, qui ne pourra durer sans crises majeures, voire sans affrontements partiels, dans la Mer de Chine ou ailleurs. Pékin s'y prépare, par intimidation pour l'instant. Elle pourrait aussi nous coûter cher. Mais le retrait des fonds chinois du Trésor américain serait cataclysmique pour les USA. En tous cas, les tensions financières augmentent.
     Les enjeux sont énormes et il s'agit d'éliminer ou d'affaiblir les rivaux, au nom de principes que l'on n'a guère respectés.
  Au nom de la loi...américaine
_______________________________

Aucun commentaire: