Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 29 janvier 2020

Acharnement

Julien Assange en grand danger.
                                   L'investigateur solitaire  et acharné connaît actuellement une période critique, dangereuse pour sa vie même. Poursuivi, harcelé par une justice aux ordres, après une aventure personnelle hors du commun, le voilà soumis à l'arbitraire de poursuites d'Etat, qui ne lui pardonne pas ses révélations sur les abus et les crimes commis, notamment sur certaines
pratiques de l'armée américaine destinées à rester secrètes. notamment en Irak à une certaine époque. Trop curieux, il a mis à jour les fameux dossiers dont on a tant parlé. La CIA, mais pas seulement, n'a pas apprécié du tout.
  C'est une intimidation de plus qui pèse sur une activité d'investigation marginale mais nécessaire aux yeux de Assange et de ceux qui le soutenaient individuellement ou institutionnellement., sans céder aux pressions poussant à ne pas révéler l'intolérable. Un peu comme dans l'affaire Deyfus, toute proportion gardée et à une autre échelle.
  Trump s'était juré d'avoir sa peau. Une vraie déclaration de guerre contre sa personne, malgré les soutiens dont il dispose encore. L'alerte est donnée, mais qui s'en soucie encore?
      Faudra-t-il mourir pour avoir rendu justice? La lutte est difficile et aléatoire pour faire valoir un minimum de droits dans une détention qui risque de s'éterniser et mener au pire, dans l'indifférence générale, après tant de harcèlements, au milieu de tant d'acharnements.
Julien n'est pas un saint, mais il a fait, avec ses appuis individuels et journalistiques, ce qu'il a estimé devoir faire. Il est des silences coupables.
   La revendication du secret d'Etat (comme celui des affaires) ne peut être défendue inconditionnellement; elle cache parfois de sombres pratiques dans certaines circonstances.
      Les lanceurs d'alerte ont une activité qu'il faut revendiquer comme nécessaire dans des circonstances où les droits de l'homme sont menacés, quand l'abus se présente comme activité normale ou vertueuse. Une reconnaissance bien tardive.
   On attend un sursaut collectif pour continuer ou reprendre le combat pour une personne qui représente plus que lui-même, une certaine exigence de transparence, un courage de parler et d'informer quoi qu'il en coûte. Malgré ses erreurs. Malgré tout
                                               ______________________________

Aucun commentaire: