Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 22 janvier 2020

Mais que va-t-elle faire à Davos?

Avec son bâton de pélerin
                                     Certainement pas pour aller faire du ski.
   Elle ne sera pas la reine de Davos, mais on l'écoutera quand même poliment, vu sa notoriété montante. Mais d'une oreille souvent distraite.
  A part au moins un, qui n'en manque pas une, et surtout veut le faire savoir
     Mais que fait la petite suédoise anti-Trump et anti-Bolsonaro, la prophesse de malheurdans cette galère dorée, chez les Boss de Davos très policés? 
   Dans ce club très huppé et très friqué  où il faut paraître et parler business, régler quelques petites affaires.
   Tout le monde ou presque finit, ne serait-ce que pour sa réputation, par s'engager pour la bonne cause, et dit vouloir sortir du simple greenwashing de surface. Le capitalisme vert sera l'avenir.
    Mais cela a-t-il un sens si on ne remet pas radicalement en cause et vite les bases et les présupposés d'un système économique, qui ne peut se modifier qu'à la marge et à condition qu'il y ait unanimité . Et le temps presse, disent les climatologues les plus engagés. Comment modifier efficacement et sans heurts majeurs le système productiviste et mondialiste qui fait le coeur du réacteur du développement et de la consommation sans fin, de la concurrence et du profit illimités.
    Immense défi, auquel Greta n'a pas de réponse. Les admonestations morales ne suffisent pas. Une mutation de fond s'impose. Certains tracent quelque pistes, mais souvent bien incertaines. Consommer moins, recycler, ne plus prendre l'avion, etc...autant de conseils qui ne sont pas à la  hauteur des enjeux, surtout quand on pense au nombre de populations en marge du développement que nos sociétés connaissent.
 Comment dépasser l'hégémonie capitaliste? Peut-on escompter sur un effet boule de neige? Pas si sûr.
   Le capitalisme est mort, vive le nouveau capitalisme!
______
                                   ...L’ONU prévoit qu’il y aura 200 millions de réfugié·e·s climatiques d’ici à 2050.Selon l’ampleur de l’augmentation de la température mondiale, il pourrait y avoir «un milliard de pauvres vulnérables ou plus déplacés de leurs foyers d’ici au milieu du siècle». Or, les gouvernements actuels ne sont pas en mesure de coopérer pour s’occuper de 6 millions de réfugiés syriens. Au lieu de cela, la plupart construisent des murs plus hauts, utilisent les gardes-côtes pour faire reculer les embarcations de migrant·e·s et construisent des centres de détention.

Et, bien sûr, on peut continuer… Je n’ai pas parlé des effets de l’agriculture à forte intensité de produits chimiques et de combustibles fossiles, de la consommation de bœuf, de la surpêche, des produits chimiques toxiques, des plastiques, de la pollution industrielle, etc. Je n’ai pas mentionné la grande perte d’autres espèces: au cours de mon temps de vie, la moitié de toutes les vies non humaines sur la planète va disparaître à l’occasion de cette sixième période d’extinctions massives. Notre destin est lié à celui des autres espèces avec lesquelles nous partageons la planète.
Que le dépassement des limites de l’écosystème planétaire soit une limite au capitalisme – et à la croissance de la population et à la consommation humaine – comme aucune autre limite à laquelle nous ayons été confrontés auparavant, c’est ce que le mouvement mondial des «grévistes scolaires» essaie de nous dire. C’est ce que nous dit le mouvement Extinction Rebellion.
        Qu’est-ce que cela signifie pour l’économie politique? Si je peux répéter l’argumentation que j’ai présentée dans les pages des Studies in Political Economy en 1994 (il y a 25 ans!), nous devons cesser de penser, de façon programmatique, en termes de croissance économique. Nous devons reprendre les appels à la décroissance – sous la forme discursive qui convient le mieux à nos contextes politiques – et à la décarbonisation rapide de nos systèmes de production, de consommation, de communication et de transport. Ce n’est pas le moment de se rallier à des approches graduées, contradictoires et souvent régressives sur le plan social, fondées sur le marché, en matière de réglementation environnementale. C’est le moment de faire évoluer le consensus populaire vers un programme de réformes beaucoup plus radical, ancré dans des principes écologiques et égalitaires. Ce programme doit être élaboré à l’échelle régionale, par les acteurs de la société civile, en tenant compte des écosystèmes locaux et d’autres facteurs, mais en liaison avec d’autres régions. Nous sommes à un carrefour où prévaudront soit l’apartheid mondial et les régimes autoritaires et nativistes [dans le sens de privilégier les politiques visant à protéger les habitants établis face aux immigrants], soit une démocratisation radicale «par le bas» fondée sur des valeurs humanistes et universelles ainsi que par l’attachement à la biodiversité.
Des actions comme les protestations et la désobéissance civile doivent être articulées à un programme de réformes pour réaliser la démocratisation politique et la transition verte. Là où la société civile est faible et désorganisée – comme dans la province d’Alberta [Canada, capitale Edmonton, cette province fournit 70% du pétrole et du gaz naturel exploité sur le sol canadien] – nous devons rassembler nos ressources intellectuelles, institutionnelles et de leadership pour élaborer un programme autour duquel nous pouvons mobiliser des forces. L’université est une ressource importante à cet égard, mais il y a encore des facultés et des structures aptes à stimuler des initiatives qui peuvent être gagnées afin que les ressources de l’université deviennent accessibles aux partenaires communautaires .
    Les élections semblent être des fenêtres d’opportunité et il est compréhensible que nous dirigions nos énergies vers des débats et des campagnes politiques, afin de prévenir les pires résultats [le Canada est un paradis pour les sociétés minières et extractives]. Mais étant donné les obstacles institutionnels actuels à l’élection d’un gouvernement de gauche et vert, je pense que nous devrions accorder la priorité au travail de formation de coalitions et à des propositions de planification démocratique – en proposant des solutions de rechange concrètes pour lesquelles les gens peuvent se battre. Le slogan «Que voulons-nous? Action pour le climat. Quand le voulons-nous? Maintenant» [initiative menée entre autres par des assemblées de jeunes] est un point de départ, mais il met la balle dans le camp des gouvernements (et des économistes) qui ne vont proposer que des mesures basées sur le marché – au mieux – ou retarder une action significative.
Voici quelques autres points concernant la planification de la transition verte:
  • Au lieu de penser en termes de plein emploi, nous devons réfléchir à la façon d’assurer une sécurité du revenu qui soit dissociée du travail salarié et – pour les agriculteurs – des prix des produits de base.
  • Au lieu de penser à l’augmentation des ressources budgétaires uniquement en termes de fiscalité, nous devons trouver comment financer une transition énergétique rapide et d’autres mesures par le biais de banques publiques et de la propriété publique des nouveaux secteurs.
  • Dans le contexte canadien, la transition verte doit également prendre comme point de départ la restitution des terres aux peuples indigènes et la reconnaissance de leur pleine souveraineté sur ces terres.
  • Une réflexion importante a été menée ayant trait aux orientations générales de la transition verte, et des coalitions commencent à se former aux niveaux provincial et municipal.
     Ce travail d’organisation est aussi une façon de faire face, psychologiquement, à l’immense peine que beaucoup d’entre nous ressentent à propos du monde que nous sommes en train de perdre – un monde que nos enfants ne connaîtront jamais – et du monde qu’ils habiteront dans les décennies à venir. Nous devons à tout le moins pouvoir dire que nous avons essayé.
     Greta Thunberg utilise la phrase: «Nous ne serons pas des spectateurs.» Je ne sais pas si c’est son intention, mais cette phrase pourrait être une référence aux choix qui s’offraient aux gens dans les années 1930, alors qu’ils observaient la montée du fascisme et la déportation des Juifs, des communistes, des homosexuels, des handicapés, des Tsiganes et d’autres vers les camps de «concentration» . L’appel de Thunberg est d’ordre éthique, car il reconnaît que les populations les plus pauvres du monde seront les plus dévastées par la déstabilisation du climat. Ceux d’entre nous qui ont le privilège de vivre dans l’hémisphère Nord et dans la classe moyenne mondiale doivent-ils rester «dans l’expectative» pendant que des millions de personnes meurent ou fuient les catastrophes provoquées par le réchauffement climatique?
    Allons-nous «rester les bras croisés» alors que la cupidité à court terme rend notre planète inhabitable pour les générations futures? Ou bien nous engagerons-nous pleinement à rendre possible un autre avenir? A arracher le pouvoir au 1% écocidaire [qui provoque un écocide] et à ses gouvernements?
                                                                         ________________________________


Aucun commentaire: