Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 10 mars 2020

La morale et le droit

Savoir raison garder.
                           Petits rappel de quelques principes à propos de l' "affaire".
   Les remous de la tumultueuse et très contestée soirée des César durent encore, le plus souvent dans la confusion, la contradiction et souvent la vindicte.  Chacun sur les plateaux y est allé de son couplet. Certains se sont tus., souvent embarrassés par le déroulement d'une cérémonie mal engagée et à la fin discutée.
   Le droit ne peut se rendre dans la rue, en prenant la forme du lynchage verbal ou de la vengeance.
    Si le droit est inexistant, insuffisant ou inopérant, il faut le constituer ou le réformer. La protestation a un rôle à jouer pour faire évoluer le droit défaillant, par exemple dans le cas sensible du viol, de la maltraitance en général.. L'histoire montre plus d'une fois que le droit n'a pu s'instaurer ou s'affirmer que sous l'action d'une protestation collective, parfois d'une violence légitime, active ou passive, comme aujourd'hui au Mexique. En Algérie aussi.
   Mais le dernier mot doit rester au droit, toujours perfectible.
 En sachant qu' "aucune accusation ne fait jamais la preuve de rien..."
    Le droit et la morale ne sont pas toujours dissociables, mais comme dit Goldman,  Je pense que deux causes s’entrechoquent, ce film et la cause féministe sur le combat contre le viol. Une noble cause. On est évidemment favorable à tout ce qui peut la faire avancer. Actuellement, on est à un moment particulier de ce combat-là : il n’a pas été déclenché par Roman Polanski mais par l’affaire Harvey Weinstein, qui met en lumière les abus dans le cinéma et l’entertainment en général....
     __Il y a le droit:
      On se pique d'avoir à le rappelermais aucune accusation n’est jamais la preuve de rien: il suffirait sinon d’asséner sa seule vérité pour prouver et condamner» écrivent ces 114 «femmes, avocates et pénalistes», «viscéralement attachées aux principes qui fondent notre droit» et «confrontées chaque jour à la douleur des victimes mais aussi, et tout autant, à la violence de l’accusation».??,
    __Mais il a aussi le fait:
           Il peut y avoir (et il y a souvent) des dysfonctionnements judiciaires.
    .... « Il est urgent de cesser de considérer la prescription et le respect de la présomption d'innocence comme des instruments d'impunité: en réalité, ils constituent les seuls remparts efficaces contre un arbitraire dont chacun peut, en ces temps délétères, être à tout moment la victime », estiment les avocates qui dénoncent le « tribunal de l'opinion publique »....
      __ Les mots contre les maux.
                                                _____________________________

Aucun commentaire: