Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 5 septembre 2018

L'ami l'arbre

    Pourrait-on (bien) vivre dans un monde uniquement minéralisé?
        Là où l'arbre, quel qu'il soit, n'aurait pas sa place.
                Auprès de mon arbre...♫♪

         Ce n'est pas seulement une question de poésie, de plaisir et de rêve.
   C'est aussi une question vitale.  Que serions-nous sans les arbres? D'une façon générale, la vie sans végétation?  Même si l'on revient sur le mythe de la forêt-poumon de la planète.
   IL y a une forte dimension symbolique dans cette présence souvent oubliée, souvent reléguée en périphérie des cités.
    Grandeur, longévité, calme et force...L'arbre incarne toutes ces valeurs projetées, et bien d'autres encore.. Nietzsche fait dire à Zarathoustra : « Il en est de l’homme comme de l’arbre. Plus il veut s’élever vers les hauteurs et la clarté, plus profondément aussi ses racines s’enfoncent dans la terre, dans les ténèbres et l’abîme – dans le mal ?
     On peut concevoir qu'il ait pu être objet de rites, voire de cultes anciens, combattus ou relayés.
          L’église a tout fait pour faire disparaître les cultes païens ou christianiser les arbres à cultes. La lecture des canons des conciles montre à quel point ces mythes et ces croyances étaient encore ancrés au Moyen Âge. Le concile d’Arles dit en 443 dans le canon 23 : « Un évêque ne doit pas permettre que dans son diocèse, les infidèles allument des torches ou vénèrent les arbres ».de culte.
     Planter un arbre (de la liberté, de l'union...) a encore de fortes connotations de force et de durée.
        En 1793, l'abbé Grégoire soutient avec enthousiasme la plantation des arbres de la Liberté...
      « L'arbre de la Liberté croîtra ; avec lui croîtront les enfants de la patrie ; à sa présence ils éprouveront toujours de douces émotions. Sa verdure fixera leurs regards par la couleur la plus amie de l'œ et la plus répandue dans la nature ; dans les beaux jours de l'été ils iront lui demander de la fraîcheur, et ce chêne dont les rameaux sortent à angles droits étendra son ombrage sur la famille commune. […] Là les citoyens sentiront palpiter leurs œs en parlant de l'amour de la patrie, de la souveraineté du peuple, de l'unité, de l’indivisibilité républicaine ; et l’étranger admis à ces scènes ravissantes en sortira pénétré d’admiration envers ce peuple qui s’est dévoué pour la liberté du monde.

   Certains arbres plus que d'autres ont une signification particulière, selon les lieux, les époques.
       Le chêne, bien sûr, l' olivier....
         
    Bref, l'arbre a une riche histoire, indissociable de celle de l'homme, qui a fait l'arbre autant que celui-ci le fait.
         La peinture en est une des expressions privilégiées, réssuscitant nos émotions enfouies ou émoussées.

_____________________

Aucun commentaire: