Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 11 octobre 2017

Trop fort, Rochefort!

Il a tiré discrètement  sa révérence
               Si ça continue comme ça, vous allez voir...ça risque de durer (Jean Rochefort)
                      Un homme jeune qui est incapable de faire une folie est déjà un vieillard (Gauguin)
          Il nous manque déjà. L'artiste dandy amoureux des chevaux était resté jeune, parce que toujours un peu fou. Jusqu'au bout. Jusqu'à une dernière évasion.
  Aux limites de la vie. Un exploit!
    Un fou d'une élégance rare, d'un désespoir souriant, facétieux imprévisible,  qui se gardait de se prendre  au sérieux.
    Un humour  parfois sur fond de déprime, une distance souvent désespérée.
  On retiendra de lui quelques bons mots, notamment celui-ci:
  « Quand on veut amuser les autres, on se doit d’être douloureux soi-même. »
    La politesse du désespoir. Telle est la formule qui pourrait s'appliquer à son humour.
     Quel amuseur ne se reconnaîtrait pas dans ces lignes?           Benoît Poelvoorde? Coluche? Muriel Robin? Nombre de "clowns" ont connu la dépression. Plusieurs scientifiques se sont d'ailleurs intéressés au lien qui pouvait unir humour et déprime voire noirceur... Une étude publiée en 2014 dans le British Journal of Psychiatry a montré que les amuseurs et humoristes avaient souvent de nombreux traits de caractère de personnalité psychotique, comme l'introversion, l'impulsivité...
        La gravité lui allait bien, la légèreté aussi. Ses sorties humoristiques impromptues, ses bons mots sont souvent des leçons de vie.
     Une vie vraiment si sérieuse? Spinoza faisait de la joie, de l'allégresse le vrai moteur de l'élan vital dénué de passions tristes, comme Nietzsche plus tard à sa manière, qui fustigeait le ressentiment.
   Hors des conventions, en baskets, Jean savait se faire proche, fuyant les mondanités.
         Son rire est inimitable. Une vraie philosophie de vie, que n'aurait pas démenti l'auteur du  Tractatus philo-comicus (dont on peut lire ici quelques lignes). Je ris donc je pense...Cogito rigolo.
         Si on s'amuse de soi, on n'a pas fini de rire...
                                       Même si c'est de façon un peu noire.
______________

Aucun commentaire: